Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 11:52

Rassurez-vous, on en a fini avec les thèmes, mais je me suis dit que ce serait quand même rigolo après deux Universal Soldier sans Van Damme d'enchaîner avec un Van Damme sans Universal Soldier. J'ai choisi Timecop parce que même si ça a été l'un de ses plus gros succès en salles, aujourd'hui il me semble que quand on évoque ses "classiques" on pense plutôt à ses premiers films d'arts martiaux à petit budget comme Kickboxer ou Full Contact qu'à ses gros films de studios comme Chasse à l'homme ou celui-ci. Accessoirement, c'était l'occasion de jeter un oeil au travail de Peter Hyams (le père de John), un réalisateur qui a tourné de grosses productions avec de grosses vedettes sans jamais vraiment s'imposer parmi les grands noms du cinéma d'action de son temps, plutôt comme un de ces types qu'on embauchait quand James Cameron, John McTiernan ou Richard Donner étaient trop cher et que Renny Harlin et Chuck Russell étaient déjà occupés.

Adapté d'une obscure BD, Timecop parle de voyages dans le temps, un sujet qui exige généralement beaucoup d'indulgence de la part du public vis-à-vis de possibles incohérences dans le scénario. Et ici il faut effectivement renoncer à toute logique d'un bout à l'autre. En 1994, un savant travaillant pour le gouvernement américain met au point une machine temporelle. Elle ne permet pas d'explorer le futur "parce qu'il n'a pas encore eu lieu", et il est décidé d'un commun accord qu'il ne vaut mieux pas l'utiliser pour aller dans le passé parce qu'on risque de créer des catastrophes en le modifiant ("ce serait tentant de tuer Hitler, mais le résultat pourrait être encore pire !"). Ah bon ben ok, du coup, la machine sert à rien et y a pas de film alors ? Si, si, parce qu'on craint que quelqu'un n'utilise cette technologie à mauvais escient. Qui donc, puisqu'il n'y a qu'une seule machine au monde ? Tant qu'elle est bien gardée, a priori ça craint rien. Fin du film, alors ? Non, non, imagine, quelqu'un d'autre a une machine. La liste des suspects doit être très courte, vu les moyens qu'il faut pour voler cette technologie et se construire sa propre machine. C'est probablement un coup du mec qui supervise toute l'opération et qui a tellement une gueule de fourbe que le film ne cherche même pas une seconde à dissimuler que c'est lui le méchant. Arrêtons-le et le film est fini alors. Non, non, créons plutôt une police spéciale qui traquerait les criminels du temps. Comment ses agents reviendront dans leur présent au fait, puisque celui-ci deviendra un futur qui n'a pas encore eu lieu ? Non, vraiment, faut pas trop réfléchir devant Timecop.
 


Apparemment en dix ans les plus féroces ennemis de l'Amérique ont fini par développer
ou dérober la technologie des voyages dans le temps, mais ils sont suffisamment disciplinés pour ne l'utiliser
que pour de petits méfaits qui peuvent se réparer en envoyant un flic ou deux, pas pour foutre le bordel complet.

 

Au milieu de ce bordel absurde, il y a Van Damme. Je ne sais pas s'il est censé être d'origine allemande ce coup-ci plutôt que française ou louisianaise, mais en tout cas il s'appelle Max Walker plutôt que Toulouse Robideaux ou Jean-Pierre Napoléon, et sa propre femme le vanne sur son accent "incompréhensible". Après, elle se fait assassiner, et il ne reste plus à Walker qu'à se donner corps et âme à son nouveau boulot de flic du temps. Pendant dix ans, il traque des criminels qui utilisent leurs connaissances historiques pour s'enrichir en interceptant des cargaisons d'or ou en investissant, à une époque où leurs actions sont au plus bas, dans des entreprises devenues florissantes. Il finit par découvrir que c'est le sénateur à la tête de la commission de contrôle du temps qui organise ces malversations pour financer sa campagne présidentielle, et comprend qu'il va être difficile de rassembler des preuves et témoignages contre son propre patron. Il part néanmoins enquêter en 1994 parce que ça coûte moins cher à produire que des décors futuristes ou historiques et que c'est aussi l'année où est morte sa femme, du coup je vous laisse deviner si tout ça l'amènera à empêcher son assassinat en plus de contrecarrer les plans du méchant.



Timecop c'est surtout un voyage dans le temps pour le spectateur, avec un retour vers
cette période mystérieuse que fut le Hollywood des années 90, où tous les délinquants
prenaient Bart Simpson pour modèle et avaient des rollers ou un skate et une casquette à l'envers

 

Fusillades, cascades, effets spéciaux (qui ont pris un méchant coup de vieux)... Clairement Van Damme cherche à râtisser un public plus large que celui de ses fans habituels, à jouer dans la cour des Schwarzenegger, Stallone et Willis. Mais ça reste une production plutôt modeste, pas un concurrent sérieux aux films à grand spectacle des années 90. Cela dit, là où cette volonté de ne plus simplement faire du Van Damme se ressent le plus, c'est finalement dans ses tentatives maladroites de s'essayer à l'art de la vanne. Hélas, ses répliques censément percutantes, tombent toujours à plat, et ça ne colle pas vraiment à son personnage de veuf éploré. On peut quand même apprécier cette tentative de se renouveler un peu, surtout qu'il ne perd pas son identité au passage. Il ajoute quelques notes à son répertoire mais n'oublie pas ce qui a fait son succès : il distribue généreusement les coups de saton dans la gueule, fait plusieurs démonstrations de son grand écart facial, et montre évidemment ses fesses dès le premier quart d'heure du film.
 


L'éditeur du DVD sait à quel point tout le monde apprécie cette prouesse et a décidé
de l'utiliser non seulement pour illustrer la jaquette, mais comme curseur dans les menus.


En tout cas, et au risque de me répéter, il vaut mieux voir ça dans un certain état d'hébétude parce que dès qu'on y réfléchit plus d'une demi-seconde on s'aperçoit que c'est quand même complètement crétin et on regrette l'époque où Van Damme faisait des films simples mais qui tenaient debout. "Machin participe à un tournoi d'arts martiaux et latte la tronche à tout le monde pour venger son frère", c'est basique mais au moins tu passes pas le film à te dire "attends, y a besoin de créer une police du temps alors que personne n'a encore de machine à part la police du temps ?" ou "attends, en 1929 il peut se matérialiser précisément dans le bureau du type et en 1994 il apparaît au milieu de la route ou au-dessus de l'eau ?" ou "la machine elle disparaît mais elle va nulle part, et pour rentrer il faut juste un boîtier sans machine ?" ou "vraiment, y avait pas plus simple pour s'enrichir ? Comme vendre la technologie des voyages dans le temps en loucedé ?" ou "les mecs peuvent localiser précisément où et quand ont lieu les crimes temporels mais pas leurs points de départ ?" Et je dis ça en tant que fan de Retour vers le futur et Terminator, qui sait que même ces films-là ne résistent pas à un examen poussé. Mais Timecop est encore plus couillon et vraiment pas assez inventif ou spectaculaire pour se permettre de l'être autant.
 


Le film n'a malheureusement pas assez de grosses scènes d'action,
mais ça ne fait quand même pas trop
direct-to-video bas-de-gamme.


Je suis un peu déçu, ayant lu que c'était un des plus gros succès publics et critiques de Van Damme je m'attendais vraiment à mieux qu'un film aussi crétin, qui n'a vraiment pas très bien vieilli. Pour quelqu'un qui aime bien ce qu'il fait, ça se laisse regarder, c'est pas chiant, c'est pas Légionnaire, le casting est sympathique, le côté idiot et daté est un peu rigolo et contribue à le rendre divertissant, mais disons que le DVD est loin d'être indispensable à votre collection.

 

-------------------------------------------------
Timecop (1994), réalisé par Peter Hyams (2010, l'année du premier contact) sur un scénario de Mark Verheiden (The Mask). Avec Jean-Claude Van Damme, Ron Silver (Ali), Mia Sara (Labyrinthe), Bruce McGill (Rizzoli & Isles - Autopsie d'un meurtre), Gloria Reuben (Urgences).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur