Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2015 7 12 /07 /juillet /2015 08:56

J'ai tendance à croire naïvement que la distribution de merdouilles pour bacs de soldes se fait exclusivement par le biais d'éditeurs spécialisés dans ce domaine, comme Zylo ou Aventi. Mais non, parfois, c'est chez un vrai éditeur, sous une belle jaquette plutôt qu'un truc pondu par un graphiste stagiaire à qui on a simplement dit "il faut un dragon" ou "il faut des types avec des casques et des épées" sans même fournir une seule vraie image du film. Et du coup je me laisse avoir comme un couillon et j'achète en pensant que pour une fois je vais voir un vrai film et pas un navet tourné en dix jours dans les Balkans avec des acteurs de soap opera. Alors, c'est vrai que celui-ci est sorti en 3D dans une poignée de salles aux Etats-Unis, mais ça ressemble quand même plus aux téléfilms produits pour la chaîne Syfy qu'à ce que j'espérais. C'est la désillusion de Mammouth qui se répète.

L'action se déroule dans la plus petite ville du monde, New York, qui consiste en un seul pâté de maisons en Bulgarie. Des débris d'un satellite russe transportant des araignées mutantes s'écrasent dans la station de métro locale. Les bestioles se mettent évidemment à tuer des gens et l'armée débarque, non pas pour éradiquer la menace mais au contraire pour étudier la possibilité de l'utiliser à des fins militaires. La zone est placée en quarantaine et, pas de chance, il y a apparemment un seul appartement occupé dans la zone, et c'est celui de la future ex-femme et la fille du responsable de la sécurité du métro. Notre homme, qui a vu suffisamment de films catastrophes dans sa vie pour savoir que les pires désastres n'arrivent que pour permettre aux couples en crise de comprendre qu'ils doivent se remettre ensemble, décide donc de tout risquer pour les sauver. Mais il ignore que le scénariste a confondu les araignées avec les fourmis ou les termites (d'ailleurs le dialogue les appelle des "insectes") et qu'elles ont donc une "reine" gigantesque planquée dans un recoin de la station...
 


Décorateurs et accessoiristes se sont donné du mal pour reconstituer un petit morceau d'Amérique
à Sofia, mais malgré leurs efforts, leur Manhattan ne parvient pas à faire illusion.


Parmi les quelques éléments notables de Spiders, il y a le fait que même les figurants jouent mal. Des gens qui sont juste là pour marcher dans la rue derrière le héros, ou faire semblant de téléphoner ou de discuter avec quelqu'un en arrière-plan, parviennent à se faire remarquer par leur manque total de naturel. En dehors de ça, et de cette tentative dérisoire de représenter Manhattan avec les mêmes décors recyclés à l'infini (qu'on repère facilement parce qu'ils n'ont pas pris la peine de changer les devantures des faux magasins d'une prise à l'autre), c'est le même mauvais film de monstre que tant d'autres. Acteurs sans charisme qui jouent sans conviction, scénario bidon, effets spéciaux pas trop ridicules mais médiocres, vous avez probablement déjà somnolé devant ça un soir sur NT1 ou NRJ12, même si c'était peut-être des anguilles électriques ou des vélociraptors à la place des araignées.
 


Comme souvent dans ce type de production, les bébêtes ne sont pas minables,
mais pas réussies non plus, et on n'y croit donc même pas un tout petit peu.


Dans le dernier quart d'heure la créature de la jaquette se décide à sortir de sa tanière, et ce qui n'était jusque-là qu'un téléfilm d'animaux tueurs insipide devient alors un téléfilm de monstre géant insipide. Il y a un tank et un hélicoptère et une automitrailleuse et une escouade de types avec des fusils d'assauts qui tirent sur la reine des araignées sans l'égratigner, et des morceaux du décor qui explosent, et malgré ça la fin de Spiders n'est pas plus passionnante que les 65 premières minutes. On a beau revoir ses attentes à la baisse une fois qu'on a pigé la nature du produit, il n'y a vraiment rien à se mettre sous la dent, pas une idée originale, pas un personnage un tant soit peu intéressant, pas un acteur qui se donne du mal pour faire vivre un peu son rôle. L'histoire et ses rebondissements sont idiots, le rythme est mollasson. Et comme rien n'est jamais assez ridiculement mauvais pour être vraiment drôle, on s'ennuie ferme.
 


Il faut attendre la fin pour que la fameuse reine attaque, et en définitive elle ne fait rien
de plus spectaculaire que les araignées géantes-mais-plus-petites qui meublent le reste du film.


Dans le merveilleux monde des séries B super bas-de-gamme, il y en a qui sont techniquement plus mal faites, ou encore plus débiles, ou encore plus mal jouées, mais qui au moins apportent un peu de divertissement, soit parce qu'elles sont particulièrement nulles, soit parce qu'un ou deux éléments farfelus les sauvent de l'inintérêt total. Mais de Spiders, tout ce qu'il y a à tirer, c'est vraiment cette pauvre anecdote à partager avec les gens avec qui vous avez l'habitude de discuter de vos mauvaises habitudes de regarder des films pourris : "tiens, j'ai vu un film censé se dérouler à New York mais en dehors des stock-shots tu vois bien que tout a été tourné en studio dans deux rues factices", ce qui est clairement insuffisant pour justifier l'achat du DVD et le visionnage du film. La prochaine fois j'essaierai de me méfier un peu plus des belles jaquettes de chez Metropolitan.


------------------------------------------------
Spiders (Spiders 3D, 2013), réalisé par Tibor Takács (The Gate - La Fissure) sur un scénario de Joseph Farrugia (La Cité de la p.. ah, non, ça c'est Dominique, pardon). Avec Patrick Muldoon (Starship Troopers), Christa Campbell (Hell Driver), Sydney Sweeney (The Ward - L'Hôpital de la terreur), Pete Lee-Wilson (Blade II), William Hope (xXx).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur