Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2015 1 31 /08 /août /2015 07:17

Invoquer "l'an 2000", ou une année deux-mille- quelque-chose, dans le titre d'un film, jusque dans les années 80 ça passait encore. C'était un raccourci simple pour signifier au spectateur qu'on allait l'emmener dans un futur lointain. En version optimiste c'était plein de vaisseaux spatiaux et de robots, en version pessimiste l'inévitable 3ème Guerre mondiale entraînait l'avènement d'une dictature fasciste ou la destruction de la civilisation et son remplacement par des hordes de barbares motorisés. Dans les années 90 c'est devenu plus rare, pour s'y risquer encore il fallait vraiment tenir à indiquer "ceci est un film d'anticipation réaliste sur les dangers vraisemblables qui nous attendent pour de vrai à cause des ordinateurs et de la science dans un monde qui est juste là, à nos portes". Le problème c'est qu'après, en 2015, ben autant un truc comme La Course à la mort de l'an 2000, t'en as entendu parler, tu sais que c'est un classique et tu leur en veux pas de s'être gourés dans une prédiction faite en 1975, mais quelque chose du genre de Contagion 2009 ça t'évoque rien et tu te doutes immédiatement que c'est de la SF ringarde. Malgré ça, en 2004 le distributeur français de ce modeste direct-to-video canadien a décidé qu'il valait quand même mieux s'appeler comme ça que garder le titre original Sci-Fighters, quitte à paraître périmé très vite. En tout cas, à cause de ça je l'avais longtemps laissé traîner en craignant qu'il ne s'agisse que d'un banal téléfilm catastrophe. Il aura fallu que Piper claque pour que je me décide à le visionner.

Dans la grande tradition des films tournés à Toronto ou Vancouver et qui se passent à New York, celui-ci nous montre que dans le futur proche d'il y a 6 ans, Boston aura la gueule de Montréal. Mais l'histoire démarre sur la Lune, dans une prison où un détenu a trouvé un moyen original de s'évader : se laisser contaminer par une maladie extraterrestre dont les symptômes le feront passer pour mort, obligeant les autorités à rappatrier son corps sur Terre. Une fois sorti de son sac à cadavre, il se met à tuer des gens et à répandre le virus tandis que son état physique et mental se dégrade à vue d'oeil. Un flic l'identifie grâce à un portrait-robot, mais comme le suspect est officiellement mort, tout le monde refuse de le croire et il mène l'enquête seul dans son coin. Il est d'autant plus déterminé que le tueur n'est autre que son ancien collègue, condamné pour avoir une femme qu'ils aimaient tous les deux.

 


Bien entendu, il fait nuit tout le temps et quand le héros a un petit creux entre deux retraits de réplicants
harcèlements de suspects, il va dans un quartier rempli de néons, d'inscriptions asiatiques
et de jeunes gens habillés et maquillés bizarrement.


Autant Epreuve mortelle et Jungle Ground étaient crétins mais sympa, autant là on a les défauts des productions à petit budget pour le marché de la vidéo sans en avoir les qualités. Le début laisse espérer (ou craindre, après tout, si c'est pas votre truc, je vous juge pas) un nanar, avec cette base lunaire gérée par une sorte de Daft Punk du pauvre et dont les détenus ont accès sans surveillance à plein de matériel dangereux et se battent en duel à la ponceuse du futur. Mais assez vite on s'oriente simplement vers de la SF bas-de-gamme, pas très intelligente, pas très originale, pas très énergique, pas très bien écrite (ni très bien traduite en VF), pas très bien jouée. Ca s'inspire de Blade Runner, d'Alien, mais faute de budget et d'idées ça se contente d'en copier quelques éléments sans rien faire d'intéressant avec. Et au bout du compte c'est surtout une énième histoire de flic obstiné qui cherche à coincer l'assassin de sa femme, dans un décor vaguement science-fictionneux. De temps en temps il y a une méchante pieuvre extraterrestre qui explose un thorax, ou un personnage qui se décompose sur pied sous l'effet de la maladie, mais ça donne plus l'impression d'être du remplissage que le sujet principal de l'intrigue.
 


Contagion 2009 n'arrive même pas à être un peu cohérent avec les clichés de science-fiction qu'il emprunte.
Certaines victimes du virus ont une vilaine pieuvre qui leur explose le thorax pour aller infecter
d'autres gens, d'autres non. Les pieuvres elles-mêmes sont assez ridicules mais les maquillages sont pas mal.


Piper fait ce qu'il peut avec un personnage assez foncièrement antipathique de flic qui agit en marge de la loi parce qu'il lui reste encore son badge de l'époque où il faisait partie d'une unité d'élite. Il n'y a visiblement plus que lui qui y accorde une quelconque valeur, mais le film traite ça comme si ça voulait juste dire que son chef était décidément un sacré emmerdeur qui ne comprend pas qu'il devrait le laisser faire ce qu'il veut parce que c'est un homme qui souffre à cause de son passé tragique, plutôt que réagir négativement comme ça à chaque abus de pouvoir ou utilisation de son temps de travail pour enquête non-autorisée. Mais pour le spectateur, c'est un peu difficile de l'accepter comme un type bourru mais cool, rigolo et charmeur dans les scènes où il dragouille la petite scientifique, alors qu'à côté de ça on le voit abattre et torturer des suspects, traiter ses collègues comme des domestiques, brandir son fameux badge à tout bout de champ pour signifier "vos gueules, je vaux mieux que vous tous". Son personnage apparaît moins complexe que mal pensé.
 


De temps en temps, il y a une scène d'action, un truc qui pète, une cascade,
mais le rythme est plutôt mou et on a régulièrement le temps de s'ennuyer.


Finalement, le seul qui tire un peu son épingle du jeu dans tout ça, c'est l'affreux Billy Drago en serial killer dont l'état physique et mental se dégrade de scène en scène. Bon, le doubleur français le massacre à force de refuser de choisir la voix et le ton qu'il veut lui donner, mais il reste sa gestuelle, ses mimiques. Le film est un peu moins ennuyeux quand il est à l'écran. Mais il en faudrait plus pour sauver ce médiocre thriller sans suspense et sans ambition. Même pour les gens qui aiment écumer les bacs des solderies, c'est pas vraiment ce que j'appellerais une chouette petite trouvaille, c'est plutôt raté et vraiment à réserver aux inconditionnels de Roddy Piper qui seront contents d'avoir un film de plus pour 1€.

 

----------------------------------------------
Contagion 2009 (Sci-Fighters, 1996), réalisé par Peter Svatek (Hémoglobine) sur un scénario de Mark Sevi (Scanner Cop II). Avec Roddy Piper (Invasion Los Angeles), Jayne Heitmeyer (Invasion Planète Terre), Billy Drago (Les Incorruptibles), Chip Chuipka (Highlander III), Tyrone Benskin (300).

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Toxic - dans Science-fiction
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur