Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 13:12

De nos jours, tous les gros studios veulent leur part du gâteau des superhéros, et d'après les projets pas encore tournés mais déjà annoncés on voit qu'ils sont prêts à tenter le coup avec à peu près n'importe quel personnage et pas seulement les plus connus. Et ils aiment bien débaucher des réalisateurs prometteurs ou prestigieux mais dont les précédentes oeuvres n'ont rien à voir avec les petits miquets qu'ils sont chargés d'adapter, comme ça en cas d'échec, ils peuvent toujours rejeter la faute dessus plutôt que d'admettre qu'il faut arrêter de faire des films sur tout ce qui porte un costume bariolé. Eh bien figurez-vous que le phénomène n'est pas vraiment nouveau. Après le succès de Superman c'était la même chose, et c'est comme ça qu'en 82 Wes Craven s'est retrouvé aux commandes de la version cinéma de La Créature du marais (pour les jeunes qui ont grandi après la mondialisation, c'est comme ça qu'on appelait la BD Swamp Thing en France à l'époque), les aventures d'un justicier mi-homme mi-plante imaginé par le papa de Wolverine (qui lui-même en ce temps-là s'appelait encore Serval). Et, tout comme L'Eté de la peur et Shocker, le résultat fait partie des titres qu'on ne cite pas trop quand on le décrit comme un Maître de l'Horreur et pas un simple réalisateur de séries B.

Ray Wise (le père de Laura Palmer dans Twin Peaks) joue brièvement le professeur Holland, botaniste qui espère nourrir tous les affamés du monde en combinant de l'ADN végétal et animal pour créer des cultures capables de pousser dans les conditions les plus difficiles. Ses recherches attirent la convoitise du méchant Docteur Arcane, qui envoie des mercenaires voler le fruit de ses travaux et se débarrasser de lui. Evidemment, ce qui doit arriver dans une histoire de superhéros arrive : lors de l'attaque sur son labo dans les marécages de Louisiane, Holland est contaminé par sa propre invention et laissé pour mort, mais en réalité, le voilà devenu un mutant, un monstre amphibie à la force surhumaine, capable de régénérer ses blessures et celles des autres. Arcane n'ayant pas réussi à reproduire sa formule malgré le vol de ses notes, il décide de capturer cette Créature du marais...
 


Bien que le décor et le personnage se prêtaient à une ambiance horrifique,
Craven a préféré profiter de l'occasion pour s'essayer au film d'action.


1982, c'est presque 30 ans après L'Etrange créature du Lac Noir, et on pourrait être tenté de croire qu'à l'époque le public n'était déjà plus très réceptif aux cascadeurs déguisés en monstres aquatiques en caoutchouc, sinon Le Continent des hommes poissons aurait probablement été une production hollywoodienne plutôt qu'un bis italien exporté à l'international par Roger Corman. En tout cas pour nous en 2015, c'est tentant de penser que Craven a sciemment réalisé un film impossible à prendre au sérieux, en hommage aux couillonnades pour drive-in des années 50. Cela dit, il faut peut-être garder à l'esprit qu'en ce temps-là on pouvait faire un carton à la télé avec un Incroyable Hulk sans images de synthèse, simplement en collant une perruque et du maquillage sur Lou Ferrigno. Alors qui sait, peut-être bien que la Créature n'était pas censée faire marrer (ouaf, ouaf). Mais le fait est qu'entre les monstres risibles, les personnages caricaturaux, les plans nichons, et les scènes au ton mélancolique devant lesquelles on ne peut que sourire parce qu'elles sont jouées par un mec déguisé en légume avarié, on a l'impression d'être devant une sorte de pré-Toxic Avenger.
 


Le pauvre bout de bois sur pattes ressemble au fils que Clint Eastwood aurait fait,
par l'intestin, à la sorcière du
Magicien d'Oz.


Autrement dit, ça ne ressemble ni aux Batman de Nolan ni aux superproductions Marvel, on dirait un pilote de feuilleton télé parodiant les vieux films de monstres kitschs avec un humour tellement pince-sans-rire qu'on ne serait jamais tout à fait sûr que ça n'est pas simplement une vraie série Z. Et quelle qu'ait été l'intention de l'auteur, le résultat n'est pas franchement réussi puisque ça reste trop sage pour combler un amateur de nanars mais que ce qui aurait pu être un honnête thriller familial devient impossible à apprécier au premier degré chaque fois que le colosse boueux vient mettre des baffes à une jeep ou se morfondre sur sa condition de génie scientifique/amoureux transi piégé dans un corps de brute hideuse. Ca reste divertissant parce qu'il y a ce qu'il faut de poursuites, fusillades et bagarres, mais c'est décevant.
 


Travailler à un film commercial pour un gros studio a dû imposer quelques contraintes à l'auteur,
comme une séquence de pub pour les produits Coca,
mais le malicieux papa de Freddy s'est offert une petite vengeance en y glissant une affiche Pepsi.


Si Craven avait osé partir dans une direction plus fantaisiste, ou au contraire s'il avait limité les apparitions et la visibilité de son héros à l'écran pour en faire une figure mystérieuse, tragique et inquiétante, plutôt que cette espèce de clown triste, j'aurais sans doute été beaucoup plus enthousiaste. Là, je peux pas dire que j'ai détesté, parce que ça ne laisse pas le temps de s'ennuyer, parce que c'est pas désagréable de voir un film de superhéros où, pour une fois, ce n'est pas le sort de l'Univers entier qui est en jeu dans un déferlement d'images qui semblent nous dire "allez, rassurez-vous, la prochaine fois qu'il pleuvra des ruines de gratte-ciels à New York, tout va bien se passer", et parce que je suis peut-être un peu mieux disposé que la moyenne à l'égard des "craignos monsters". Mais ce n'est pas un film que je conseillerais à n'importe quel fan de Scream ou des personnages DC Comics. Avouons que même la jaquette n'est pas malhonnête là-dessus, donc voilà, si en la voyant vous vous dites, "tiens, c'est vrai que j'aimerais bien savoir ce qui se passerait si les hémorroïdes du Géant Vert prenaient vie (et puis j'aime bien regarder courir Adrienne Barbeau, aussi)", n'hésitez pas à tenter le coup.

 

-----------------------------------------
La Créature du marais (Swamp Thing, 1982), écrit et réalisé par Wes Craven (La Colline a des yeux). Avec Adrienne Barbeau (New York 1997), Dick Durock (Ca va cogner), Louis Jourdan (Octopussy), Ray Wise (RoboCop), David Hess (La Dernière maison sur la gauche), Nicholas Worth (Darkman).

Partager cet article

Repost 0
Published by Toxic - dans Science-fiction
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur