Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 08:18

Un jour il faudra obligatoirement arrêter les films de zombies, pas parce qu'on sera redevenus créatifs et qu'on aura eu des idées neuves, pas parce que ça n'intéressera plus personne, pas parce que Danny Trejo sera mort pour de vrai et qu'il n'y aura plus d'acteur connu pour accepter de faire la tête d'affiche dans une merde au budget ridicule, mais parce que les mecs seront arrivés au bout du dictionnaire, à court de noms communs et propres à accoler à toutes les variations possibles de "Zombies", "Living", "Dead" et "Living Dead". Un petit malin tenterait un Afternoon of the Living Dead, un Night of the Living Fred, un Zombies vs Zombies ou encore un The Moonwalking Dead et finirait au tribunal pour plagiat plutôt que dans le bac à 1€ pour réalisation d'un direct-to-video pourri. En attendant, et même si ce genre est hélas devenu le refuge des pires cinéastes amateurs, je ne vais quand même pas laisser passer un mois d'octobre sans morts-vivants (bon ok il y en avait dans L'Etrange pouvoir de Norman, mais c'est pas pareil) donc penchons-nous sur Autumn of the Living Dead (également vendu sous le titre Autumn, fin du monde, sans les zombies sur la jaquette), qu'un petit studio britannique s'est dépêché de produire pour profiter du quart d'heure de gloire de son auteur David Moody, qui venait de vendre à Universal les droits d'un autre de ses romans autopubliés (cherchez pas quel est l'autre film, finalement l'adaptation ne s'est jamais faite).

L'action démarre donc en automne, c'est très important parce que... euh, tu vois... les feuilles mortes... la chute... le symbolisme, et tout, tu vois ? Enfin, si c'était pas important, je doute qu'on nous remontrerait aussi souvent le même plan de feuilles tombant des arbres au ralenti. Un jour, 99% de la population mondiale meurt en crachant du sang. D'un coup, comme ça, simultanément, paf. Ca se passe tellement vite et de façon tellement bien synchronisée qu'il n'y a même pas le temps pour des hordes d'émeutiers et de pillards de se former et de foutre le bordel partout ni pour l'armée d'instaurer une horrible dictature. Les survivants se retrouvent donc cette situation inédite pour un film de zombies : zéro danger dans les rues (il n'y a même pas encore de morts-vivants au départ), des abris où on veut, et des tonnes de provisions à ramasser partout. Mais par politesse, ils se comportent quand même comme on est censé le faire dans un film de zombies : on ne prononce jamais le mot "zombie", on se réunit en groupe hétéroclite avec une femme enceinte, un criminel, un taré qui a pété les plombs, un type qui garde son sang-froid et essaie d'organiser les choses, un vénèr qui lui rétorque "et pourquoi ce serait toi le chef d'abord hein ?", et on fait monter la tension en s'engueulant parce qu'on n'est pas d'accord sur la marche à suivre.
 


L'automne, mec ! Tu piges la métaphore surpuissante ? Les feuilles mortes qui tombent
toutes en même temps en crachant du sang, tout ça.

 

Au bout d'un moment, quand même, les morts finissent par se relever et, même s'ils ne montrent aucun signe d'agressivité, trois des survivants (le seul vrai acteur à avoir un vrai rôle, une fille qui n'a aucun autre crédit sur IMDB, et le fils du réalisateur) se disent qu'il vaudrait mieux aller se mettre en sécurité ailleurs et partent à la recherche d'un coin tranquille. Qu'ils trouvent facilement. Ainsi qu'un générateur et des vivres. Et là on se dit que, certes, les trente premières minutes du film ont paru bien longues déjà, mais que c'est probablement rien à côté des quatre-vingt qui vont suivre. Et on se rappelle qu'il y avait le nom de David Carradine sur la jaquette et on comprend que techniquement, elle ne ment pas quand elle raconte que "David Carradine, dans l'un de ses derniers rôles, y incarne un survivant solitaire dans une ville déserte", mais que l'éditeur est quand même bien facétieux d'avoir omis de préciser "dans une séquence de 5 mn sans aucune incidence sur le reste" et préféré imprimer ça à la suite d'une comparaison avec Je suis une légende pour laisser entendre que c'est lui le héros du film.
 


Le héros de
Kung Fu n'a visiblement fait qu'un passage éclair sur le tournage
et on devine que le réalisateur a simplement arraché à la va-vite une page du scénario au hasard
en lui disant "tiens, voilà, on n'a qu'à dire que c'est ça ton rôle, joue ça".


Un bouquin autopublié adapté par un réalisateur qui a autoproduit tous ses films, ça donne une oeuvre qui a clairement manqué de la présence d'un vrai professionnel lucide pour dire aux aspirants artistes que non, vraiment, écoutez les gars, vous êtes gentils et tout, mais vous êtes nuls, et votre truc n'a aucun intérêt, parce que l'enthousiasme et la motivation ne remplacent pas la compétence, sans même aller jusqu'à parler de talent, et donc vous allez chercher un autre métier, voilà, merci et sans rancune. On sent qu'à la base l'auteur espérait épater la galerie en déviant des clichés habituels des histoires de zombies, sauf qu'il a oublié de les remplacer par quelque chose d'intéressant. Il sait à quoi tu t'attends, alors il commence par te faire croire que c'est effectivement ce qu'il va te servir, mais en fait non, surprise ! C'est pas du tout ça ! Et à la place, c'est... rien ! Par exemple, quand les trois protagonistes quittent le groupe, tu penses que la situation va dégénérer non pas à cause des morts-vivants, mais parce que les deux mecs vont s'entretuer pour les faveurs de la fille. Eh bien non, petit naïf ! C'est pas du tout ça qui va se passer ! Il va se passer... rien ! Et quand ils partent chercher à manger, tu croirais qu'ils vont se retrouver en danger parce que la joie puérile de pouvoir consommer tout ce qu'ils veulent dans un commerce abandonné va les rendre imprudents. Haha, que nenni, gros bêta ! En fait, ce qui va se passer, c'est... rien ! Tu vois, Autumn refuse de tomber dans les lieux communs. Mais en même temps, comme les éviter pour de vrai, c'est dur, il se contente de rester planté devant.
 


Les maquillages de cadavres putréfiés c'est ringard, tout le monde fait ça, le spectateur
s'y attend trop, alors que des figurants avec la tronche passée au cirage, ça c'est novateur tu vois ?


En cours de route on finit par comprendre que la grande ambition du film, c'était de montrer des zombies qui évoluent au fil du temps. Bon, en soi, c'est pas une mauvaise idée, même si ça n'est pas franchement révolutionnaire. Mais concrètement ça ne veut pas dire qu'on obtient des créatures radicalements différentes des zombies habituels, ça veut juste dire qu'elles mettent 1h50 à devenir les zombies habituels. Au début, elles bougent pas du tout. Au bout d'une demi-heure elles se mettent à errer sans but, en se cognant aux portes vitrées. Après elles commencent à piger que, là où il y a du bruit, il y a probablement des gens vivants. Plus tard encore, elles arrivent à encercler un caniche, l'attaquer et le bouffer. Et puis elles comprennent enfin qu'elles peuvent attaquer et bouffer les gens ! Aaaaah, ça y est, les choses sérieuses peuvent commencer ! Sauf que non, parce que, sans exagérer, entre le moment où les zombies font leur première victime humaine et le générique de fin, il s'écoule UNE MINUTE. Tu croyais que perdre trois quarts d'heure à te réexpliquer qui est Superman ou Spiderman chaque fois qu'on relance leurs aventures était une perte de temps voire du foutage de gueule, mon pauvre ami, t'avais encore rien vu.
 


Rassurez-vous, le film n'est pas seulement très ennuyeux,
il est aussi extrêmement laid.


C'est horriblement filmé avec une caméra vidéo pourrie, sonorisé par un farceur qui s'est amusé à mettre de la musique grandiloquente dans des moments où il ne se passe rien, interprété par de pauvres gens qui n'ont pas envie d'être là, assemblé par un demeuré qui a cru qu'il était simplement censé mettre tous les rushes bout à bout en utilisant au hasard les quelques effets dérisoires de son freeware de montage pour les transitions d'une séquence à l'autre, sans rien couper, sans aucune considération pour le rythme, la fluidité, ou quelque chose d'aussi trivial que le cycle jour-nuit. Et c'est tant mieux, parce que s'il avait fait son boulot, tout ce qui aurait subsisté c'est une vidéo youtube de 10 minutes sans aucun intérêt. Alors que là, c'est évidemment irregardable par les gens normaux, et je peux même pas dire que c'est un nanar parce qu'un nanar c'est rigolo alors que ça, c'est vraiment une souffrance, même pour quelqu'un comme moi qui a vu La Vengeance de Morsay en entier. Mais il y a forcément des James Cameron de l'exploration des abysses de la série Z qui seront curieux d'aller constater par eux-mêmes à quelle profondeur un pareil équipage d'incapables a pu couler.
 

 

 

-------------------------------------------
Autumn of the Living Dead (Autumn, 2009), réalisé par Steven Rumbelow sur un scénario de Steven Rumbelow et David Moody. Avec Dexter Fletcher (Arnaques, crimes et botanique), Dickon Tolson (Médecins de l'ordinaire), Lana Kamenov.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Superjé 10/10/2015 12:18

Pas terrible certes mais pas particulièrement pitoyable. Je veux dire, si t'es curieux, j'ai l'impression que le film sera meilleur que 80% de tes chroniques ici. C'est bien filmé, et les passages avec les cannibales sont bien bisseux. Après, c'est un peu trop contemplatif (càd mou).

Alors, a priori, je serai intéressé par un Darkman ou Maniac Cop mais avec le rythme de ma prépa actuelle, j'ai pas le temps pour regarder des films, alors est-ce que ça sert à grand chose que je pose de nouveaux dvds sur ma pile de DVDs à voir ? ;)

Toxic 10/10/2015 14:15

Vous autres les jeunes vous pensez qu'aux études, c'est pas avec ça que vous réussirez dans la vie.

Superjé 09/10/2015 23:37

Yo !

Rien à voir avec cette chronique ci (au passage, le James Cameron de l'exploration des abysses [...] c'est surtout toi), j'ai chécké ta liste FPTP sur amazon. Il s'avère que j'ai le dvd de La montagne cannibale, que je m'en fiche un peu d'avoir l'objet et que c'est regardable sans être particulièrement bon. Par contre c'est pas la même version. Ca te tente ? (surtout qu'on avait parlé de se filer des DVDs fut un temps et ça c'est jamais fait).


Bisous du Var

Toxic 10/10/2015 02:22

Disons que je suis Jacques Piccard alors, et qu'il doit bien y avoir un James Cameron quelque part.
Pour le film, si tu me dis que c'est pas terrible, je te fais confiance, c'est pas forcément la peine que tu t'embêtes à me l'envoyer, sauf si vraiment c'est soit ça soit tu t'en débarrasses.
Tant qu'on est dans ce genre de considérations, t'es intéressé par Darkman, les 3 Maniac Cop, ou Les Guerriers du Bronx ?

Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur