Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 09:18

C'est marrant, je croyais me souvenir que le premier Resident Evil n'avait pas été un franc succès lors de sa sortie en salles. Qu'à l'époque, de l'avis général, c'était un film d'action médiocre, que les fans des jeux avaient été déçus qu'il n'y ressemble pas beaucoup, et que ça manquait de sang et de tripes pour les amateurs d'horreur et de zombies. Et puis les suites se sont accumulées, et nous voilà 15 ans plus tard avec un sixième épisode (et dernier avant qu'ils décident de repartir à zéro avec de nouveaux acteurs en garantissant que "cette fois on va être super fidèle à la source !™") au cinéma depuis quelques semaines, et la série a ramassé un milliard de dollars au total sans jamais dépenser des budgets énormes, et on serait tous bien infoutus de dire dans quoi d'autre Milla Jovovich a joué après sa période Luc Besson (à part le merveilleux Ultraviolet, bien entendu), et il faut donc que je me rende à l'évidence, je m'étais drôlement gouré, le public kiffe ces Resident Evil après tout. Une longévité et un succès pareils, ça finit par rendre curieux même quelqu'un comme moi qui avait trouvé le premier raté, et qui n'avait eu envie d'en voir aucun autre jusqu'à présent. Alors voilà, ces jours-ci je vais tous me les faire, pour voir si je suis passé à côté de quelque chose pendant 15 piges ou si c'est à classer avec Underworld dans ces phénomènes que je n'arrive pas vraiment à m'expliquer.

Ca démarre plutôt pas mal, une séquence nerveuse et brutale nous plonge dans un labo top secret dont les travaux louches sont inconnus du personnel lui-même, à l'exception des chercheurs. Un virus mortel y est relâché lors d'un vol et l'intelligence artificielle qui gère la sécurité des lieux décide qu'il vaut mieux bloquer toute évacuation plutôt que de prendre le risque de répandre une arme bactériologique. Tout le monde crève dans un grand mouvement de panique, sans comprendre ce qu'il lui arrive, et l'idée que les méchants du film ne sont pas des savants fous clownesques mais des grands patrons prêts à sacrifier froidement des employés (même pas conscients des risques qu'ils couraient) pour éviter un scandale, et à confier la tâche à une machine, paraît plutôt bien vue (en plus d'être salement plausible).

On ne reconnaît aucun personnage du jeu mais au moins
leurs costumes permettent d'identifier qui a une petite chance d'atteindre le dernier niveau
et qui est un pion anonymedestiné à crever rapidement.

Malheureusement, après ça, ça se gâte, avec l'irruption d'un commando paramilitaire qui découvre  deux personnages rendus amnésiques pour une raison vaseuse mais ça fait un prétexte pour expliquer l'histoire. Et l'histoire c'est qu'en fait la méchante IA a agi de son plein gré, ce qui est assez décevant, et qu'il faut infiltrer le labo souterrain pour la désactiver. A partir de là, ça devient un film d'action gentiment con avec des gens avec des fusils d'assaut piégés dans un complexe high tech qui le plus souvent ressemble à un bête hangar parce que ça coûte moins cher, et qui de temps en temps tirent sur des zombies sans dire "zombie" et sans avoir aucune idée de ce que c'est parce qu'on est encore en 2002. Comme c'est tiré d'un jeu vidéo ça essaye de faire genre "hé t'as vu ami jeune, je m'y connais en nouvelles technologies" et donc il y a un hologramme, des lasers, un plan de la base en 3D sur des ordis qui font bzzzzz et dut-dut-dut parce que le mec a vu Blade Runner.

Les effets spéciaux n'ont pas très bien vieilli, mais au moins ils permettent de donner vie
à quelques éléments directement tirés des jeux vidéo comme le "Lécheur".

Je pensais que maintenant que des considérations comme "pffff ça n'a rien à voir avec le jeu vidéo" ne me chagrinent plus comme dans ma jeunesse j'allais pouvoir réévaluer le film à la hausse, mais il reste plombé de défauts rédhibitoires. Le coup de l'amnésie, c'est paresseux et con. Le coup de l'IA qui prend l'aspect d'une fillette au jeu d'actrice pénible, c'est agaçant. Le premier rôle masculin pour Eric Mabius malgré son charisme de doublure lumière de second rôle de téléfilm, c'est un choix discutable. Et puis les maquillages des zombies sont quasiment inexistants, et on a droit à tous les poncifs du genre, le personnage qui se fait mordre et qui fait promettre aux autres qu'ils feront "ce qu'il faut" avant sa transformation, celui qui n'a plus qu'un chargeur et qui garde sa dernière balle pour lui-même, même à cette époque où les morts-vivants n'avaient pas encore été surexploités ça sentait déjà le réchauffé.

A quelques rares exceptions près, les efforts du département effets spéciaux sur les zombies
se sont limités à un peu de fond de teint pâle et de faux sang,
ce qui la fout un peu mal pour un film sur un jeu de zombies
.

Tout cela étant dit, le film n'est pas aussi inintéressant que dans mes vagues souvenirs. Ce coup-ci, plutôt que de regretter que ça ne ressemble pas aux jeux, j'ai trouvé rigolote l'idée que le film invente un personnage inédit mais typiquement "héroïne de jeux vidéo" : pas bavarde, affublée d'une tenue sexy totalement inadaptée à l'action, dont la couleur permet de la distinguer facilement des "personnages non-joueurs", assez faiblarde au début mais qui acquiert de nouveaux pouvoirs pour péter des gueules en cours de route. Elle n'a même pas de nom, il faut attendre le générique de fin pour savoir qu'elle s'appelle Alice, comme dans les vieux jeux où, si tu te donnais pas la peine d'aller le chercher dans le mode d'emploi, tu ne savais pas que ton guerrier s'appelait Paul ou Vince ou Hiryu ou Simon Belmont. Et puis, il y a quelques scènes d'action potables, comme la baston contre les chiens zombies.

Soyons juste, c'est pas dans tous les films qu'on voit des clébards se manger
des coups de pied sautés rotatifs, quelque chose comme
Ratchet & Clank
aurait jamais fait l'effort d'aller chercher un truc pareil.

Alors voilà, disons que si le reste de la série se révèle vachement bien et que je décide, de temps en temps, de me la refaire en marathon comme ça, revoir le premier à chaque fois ne sera pas une corvée, mais ce sera vraiment juste pour dire que je revois toute la série. Et si les suites se révèlent du même niveau, ça me manquera pas de ne plus jamais le revoir. C'est trop médiocre pour se hisser au niveau d'une honnête série B comme Tomb Raider, et trop platement con pour être aussi amusant à regarder que Mortal Kombat, du même réalisateur. Au moins, ça ne m'a pas dissuadé d'aller au bout de mon projet, c'est déjà ça, mais dans un domaine qui place aussi bas la barre que celui des adaptations de jeu vidéo, Resident Evil se contente de trébucher dessus et se console en se disant qu'au moins il l'a quand même franchie.

 

----------------------------------------
Resident Evil (2002), écrit et réalisé par Paul W.S. Anderson (
Alien vs. Predator). Avec Milla Jovovich (Le 5ème élément), Michelle Rodriguez (Avatar), Eric Mabius (Ugly Betty), James Purefoy (Rome).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur