Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 09:17

Au cas où les plus grosses plaintes sur le premier épisode concernaient l'anonymat et l'amnésie de l'héroïne, la jaquette de la suite tient à rassurer les fans déçus : "Mon nom est Alice et je me souviens de tout". Eh ouais, qu'est-ce tu crois, c'est pas le Resident Evil de ton papa en 2002, c'est le Resident Evil moderne de 2004 avec une Milla Jovovich qui sait exactement qui elle est et d'où elle vient. Le film tient la promesse tacite faite à la fin du précédent : oui, cette fois, on va voir Raccoon City envahie par les zombies, comme dans les jeux vidéo. C'était pas garanti hein, les producteurs auraient pu se dégonfler comme ceux d'Halloween 5 ou Vendredi 13 VI. Après un bref récapitulatif, on revoit donc Alice se réveiller dans l'hôpital, désormais abandonné, où les savants de l'Umbrella Corporation l'ont transformée en mutante, et s'apercevoir à sa sortie qu'elle n'a pu contenir l'épidémie du Virus T. C'est la panique dans les rues, les survivants essaient de fuir les morts-vivants et quitter la ville, mais les dirigeants d'Umbrella mettent Raccoon City en quarantaine. Manque de bol pour Alice, c'est apparemment une ville fortifiée avec une seule porte de sortie. Son seul espoir d'en réchapper : l'une des huiles d'Umbrella cherche à retrouver sa fille, perdue au milieu des zombies au moment de l'évacuation des VIP, et a promis un hélicoptère à qui la ramènerait vivante. Très vite, tout ce qui a encore un pouls, une radio et un flingue est à la recherche de la précieuse gamine...

J'ai beau m'être moqué du slogan de la jaquette, il est clair que les auteurs étaient conscients de ce qui avait déçu dans le premier épisode, et qu'ils ont cherché à rectifier le tir plutôt que de se dire que leur succès commercial était la preuve qu'ils tenaient la bonne formule et qu'il suffisait de la réexploiter. Ils ont emprunté aux jeux vidéo plus d'éléments reconnaissables, ils ont mis plus d'action, ils ont fait en sorte qu'il y ait un peu plus de ce qu'on voit d'habitude dans les films de zombies. Et une fois de plus, le résultat est regardable pour qui n'est pas allergique aux films cons, mais n'est quand même pas bien fameux.

En cours de route, le film décide soudain de faire sortir les morts de terre dans les cimetières
pour faire comme chez Romero, même si ça n'est pas vraiment cohérent
avec ce que le 1er
Resident Evil et le début de celui-ci nous avaient appris de leurs zombies.

Il y a quelques idées intéressantes, comme l'origine du virus T. Plein de films de zombies nous font le coup de l'armée qui cherche délibérément à produire des zombies parce que ce serait "le super-soldat". Une créature qui n'est efficace qu'au corps-à-corps et en surnombre, incapable de tenir un flingue, ce serait la Pierre Philosophale pour les militaires. Ah ben ils n'ont qu'à élever des chiens d'attaque alors, au moins ça obéit aux ordres et ça sait distinguer les alliés des ennemis, mais vous voyez, dans les armées modernes les régiments de molosses ça ne se fait plus trop. En tout cas ici, les zombies sont un accident issu d'une tentative de militariser une invention qui servait à autre chose, ce qui est nettement plus plausible. Bon, c'est pas grand'chose je vous l'accorde, et c'est vous dire s'il faut un peu se forcer pour trouver des qualités au film.

Milla Jovovich qui court sur une façade d'immeuble plutôt que de la descendre en rappel, c'est amusant,
mais
Ultraviolet est tellement plus riche de ce genre de moment que je continue à le préférer.

Pour continuer dans un registre positif, mentionnons quelques trucs rigolos... Après le Lécheur de Resident Evil 2 (qui refait une apparition), le film emprunte un monstre à Resident Evil 3, le Nemesis. En version cinématographique, il ressemble à la mascotte d'Iron Maiden sous stéroïdes et se balade avec un bazooka et une mitrailleuse dans son imper. Et puis apparemment c'est un peu un cyborg aussi. En tout cas, on voit pas ça tous les jours. Alice s'étant fait injecter des superpouvoirs à la fin du premier épisode, on a encore quelques moments dans la veine du coup de pied sauté dans la tête du chien. Le coup du mec qui ne peut pas s'empêcher de regarder les femmes à poil, même zombifiées, c'est pas très fin mais je mentirais si je prétendais que ça ne m'a pas fait goleri, même si on pourra se chagriner à l'idée qu'en 2004, le seul Noir du film était là pour assurer le quota comique. Et puis il y a une scène qui évoque Peur Bleue, le film de requins avec LL Cool J, où un personnage qu'on pense être sur le point de devenir important se fait bouffer par surprise.

Une nette amélioration par rapport au précédent : le faire-valoir interprété par le fade Eric Mabius
a muté pour devenir une pochette d'album de hard rock.

Tout ça donne un peu de personnalité à Resident Evil: Apocalypse, mais ça reste trop peu pour compenser ses défauts. Comme ces idées qui ne fonctionnent pas vraiment sans pour autant en devenir comiques. La nouvelle co-héroïne Jill Valentine, par exemple : l'actrice qui joue le rôle n'est pas foncièrement moins convaincante que Milla Jovovich en dure à cuire, mais elle porte une réplique exacte de sa tenue de Resident Evil 3, ce qui donne l'impression de voir une fan déguisée accompagner les vrais acteurs, comme si Bryan Singer avait vraiment donné un collant jaune à Wolverine pour le premier X-Men plutôt que d'en faire un sujet de blague. Et puis l'intrigue se contente d'emmener ses personnages d'un décor à un autre pour les y mettre face à l'un des 2 seuls rebondissements qu'elle a en stock, "et là, tout à coup, il y a des zombies" ou "et là, tout à coup, il y a le Nemesis".

C'est pas que ce soit désagréable de voir Sienna Guillory se promener en minijupe,
mais son style jure complètement avec tout le reste.
Même Milla Jovovich en robe fendue rouge s'intégrait plus naturellement à son environnement.

Quand je me suis lancé dans les Resident Evil, le Chapitre Final n'était même pas encore sorti. Et vous voyez, je suis tellement motivé par le visionnage de ces films et l'écriture de ces articles qu'il n'est probablement déjà plus en salles alors que j'en suis à peine à chroniquer le deuxième épisode. C'est bébête mais jamais assez crétin pour me faire rire, les scènes d'action ne sont pas trop mal filmée mais assez banales, l'histoire et les personnages ne sont pas spécialement intéressants. Je garde espoir que ça finisse par décoller, mais pour l'instant, je me dis que j'aurais décidément pu continuer à ignorer cette série sans vraiment rater quelque chose.

 

--------------------------------------------------
Resident Evil: Apocalypse (2004), réalisé par Alexander Witt sur un scénario de Paul W.S. Anderson (Course à la mort). Avec Milla Jovovich (Jeanne d'Arc), Sienna Guillory (Eragon), Mike Epps (Very Bad Trip), Oded Fehr (La Momie), Sandrine Holt (Underworld : Nouvelle ère), Raz Adoti (Doom), Jared Harris (Sherlock Holmes : Jeu d'ombres), Iain Glen (Game of Thrones), Zack Ward (Transformers).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur