Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 09:11

Bien qu'elle n'ait pas marqué les mémoires, la première adaptation ciné de Hitman a quand même ramassé 100 millions au box office mondial mine de rien, et tout ça pour un coût modeste. Alors forcément, la Fox a voulu faire un deuxième film. Comme personne n'a aimé le premier, ils n'ont pas cherché à en faire une suite, ils sont repartis à zéro avec de nouveaux acteurs. Et comme ils voulaient répéter la même opération, ils y ont mis peu de moyens et compté sur la popularité des jeux du même nom pour que ça se vende quand même. Ils ont réengagé le même scénariste, un réalisateur qui n'avait fait que des pubs et des clips avant, et toujours pas de vraie tête d'affiche. Bon, moi, je suis pas du genre à renier mes origines : Ciné Discount est né d'un blog de jeux vidéo, je continuerai à chroniquer des films tirés de jeux même quand ils font pas envie du tout. Ne serait-ce que parce que je voudrais pas rater le jour où les meilleurs d'entre eux dépasseront le "c'est très con mais c'est rigolo" et le "c'est pas une grande réussite mais c'est chouette" pour atteindre enfin le "c'est vachement bien".

Comme le titre l'indique, on suit à nouveau l'Agent 47, cette fois joué par un second rôle de la série Homeland et issu de manipulations génétiques produisant des assassins dépourvus d'états d'âme et aux sens et réflexes accrus pour le compte d'une organisation spécialisée dans les meurtres sur commande. Une agence rivale qui souhaite obtenir ses propres super-tueurs recherche sans succès le savant à l'origine du programme, disparu depuis des années, et 47 est chargé de contrecarrer leurs plans. Pour cela, il compte les priver de leur dernière piste, une mystérieuse jeune femme elle-même lancée sur les traces du généticien en cavale. Alors qu'il est sur le point de lui mettre le grappin dessus, sa cible est sauvée par un inconnu, mais il se pourrait bien que l'homme cache ses véritables intentions à son sujet.

Hitman: Agent 47 vous est offert par la Audi RS7, une voiture qu'elle est bien pour la conduire,
surtout en rouge vif quand vous essayez de circuler discrètement en ville.

Hitman: Agent 47 aimerait bien avoir l'air d'un thriller sérieux, et pour cela il recopie ce qu'il a vu chez plein d'autres. Il y a des sociétés secrètes internationales avec des noms super originaux comme "L'Agence" et "Le Syndicat". Il y a des coupures de journaux et des photos et des indices punaisés au mur sur une carte parce que même à l'ère des smartphones ça reste apparemment le meilleur moyen de stocker tous les renseignements qu'on a sur la cible qu'on traque, même quand on est en cavale et qu'il faut tout remballer précipitamment à chaque déménagement. Il y a des ordinateurs qui font dzzzzziiiiit dziiiiit trrrrrrllll bliiiip bloup pendant que le logiciel reconnaît quelqu'un à partir d'images de vidéosurveillance floues. Il y a des coups de théâtre où en fait les gentils sont méchants et les méchants sont gentils, puis inversement, puis le contraire. Il y a une fille qui se bourre de cachets pour montrer qu'elle a une vie compliquée. Il y a un flic à l'air niais qui ironise quand son prisonnier qui a été assez bête pour se laisser capturer tout seul lui avoue qu'en fait il l'a fait exprès parce que c'est un super criminel et ça fait partie de son plan (le film vole même une réplique de Watchmen, "vous ne comprenez pas, ce n'est pas moi qui suis enfermé avec vous, c'est vous qui êtes enfermés avec moi"). Il y a un méchant qui dit à son ennemi "vous et moi, nous ne sommes pas si différents". Il y a des indices apparemment anodins qui amènent à des déductions qui tombent 100% juste, genre "l'homme que nous recherchons en vain depuis 20 ans aime les orchidées, il sera donc forcément demain matin à Singapour à 9 heures".

La fille décroche des articles de sa carte au fil des révélations,
pour signifier au public à quelle point elle est vive d'esprit
parce qu'elle vient de déduire que le type ne se cache pas dans l'océan Atlantique.

Les lieux communs se succèdent au fil d'un scénario légèrement insultant de bêtise. Bon, des fois c'est juste des petits détails idiots, comme quand la fille va récupérer un passeport commandé à un faussaire, n'est pas contente de sa qualité, menace le mec pour en obtenir un meilleur... qu'il lui donne immédiatement parce qu'apparemment il gardait en stock, juste au cas où, un deuxième faux passeport de meilleure qualité fabriqué spécialement pour elle (à moins que l'auteur pense qu'un faux passeport, c'est juste un passeport vierge que tu remplis toi-même au stylo après avoir collé ta photo dedans, et après ça passe tranquille à la douane). D'autres fois c'est un peu plus crétin, comme quand on découvre que "Le Syndicat", qui veut absolument pouvoir lancer son propre programme d'Agents, possède déjà la technologie pour produire des tueurs dotés des mêmes facultés, mais qui en plus sont invulnérables aux balles. On sent d'ailleurs que même 47 est perturbé par l'absurdité du plan parce que jusqu'au combat final, alors qu'il sait très bien que les armes à feu sont inutiles contre son adversaire, il tente encore de tuer le mec avec son flingue juste au cas où. Et puis à d'autres moments, là c'est carrément que le fameux type recherché par le Syndicat habite DANS LA MÊME VILLE QUE LEUR QUARTIER GÉNÉRAL, DANS LAQUELLE IL FRÉQUENTE UN LIEU PUBLIC SANS MÊME SE DÉGUISER. Attention hein ça n'est même pas qu'il a une ruse particulièrement astucieuse et audacieuse pour échapper à leur caméras et satellites hein, c'est simplement qu'il a cette chance incroyable que les mecs qui surveillent le monde entier sont trop cons pour surveiller leurs propres environs, quand bien même ils disposent de tous les indices qui permettent à plus malin qu'eux de deviner où il est.

Un mec qui fréquente assidûment un attrape-touristes et qui a besoin
d'un traitement médical expérimental pour son cancer des poumons,
c'est drôlement dur a repérer sur un territoire plus petit que le Luxembourg.

Au milieu de ce mélange de paresse et de stupidité, il y a un héros hélas pas très intéressant, joué par un acteur fade. Le problème de 47 c'est que sa profession en fait logiquement le méchant de l'histoire, ce qu'il est d'ailleurs au début du film, mais qu'il faut bien lui donner le beau rôle quand même. Et c'est faisable avec un assassin charismatique, pour peu qu'il ait une personnalité intrigante, un côté tragique, une cause juste, un code d'honneur de type "je tue que ceux qui méritent", mais ici ça n'est qu'une espèce de robot construit entièrement en clichés sur les tueurs à gages solitaires froids et méticuleux, qui abat sans sourciller tous ceux qui peuvent compromettre sa mission, parfois de manière gratuitement atroce, comme quand il balance un simple homme de main dans un broyeur. Il n'évolue pas en cours de route, même quand son rôle dans le film s'inverse, et on ne nous donne jamais une vraie raison de vouloir le voir gagner à la fin. C'est sous-titré Agent 47 et les mecs sont pas foutus de nous amener à nous soucier de l'Agent 47, ils comptent juste sur "c'est le héros du jeu vidéo, t'aimes ça les jeux vidéo non ?"

Il n'y a même pas un mot sur son passé de champion de limbo.

Mais le plus décevant, c'est quand on sait que les séquences d'action ont été mises en scène par le tandem David Leitch/Chad Stahelski et qu'elles se révèlent aussi moyennes. On reconnaît quand même la marque de fabrique des papas de John Wick, un personnage qui se déplace calmement à travers un décor en éliminant méthodiquement un par un ses adversaires avec un mélange de tirs ultra-précis et de combat au corps-à-corps, mais ici la sauce ne prend pas, entre autres parce que les environnements où se déroule l'action ne se prêtent pas à une chorégraphie très intéressante, mais aussi parce que le montage tend à casser la fluidité des échauffourées alors qu'elle fait partie intégrante de ce style qui a fait le succès du film avec Keanu Reeves. Le résultat est quand même loin d'être nul mais reste insuffisant pour relever le niveau.

Outre le fait que Rupert Friend et Hannah Ware
ne sont pas spécialement crédibles en héros de film d'action,
un hélipad n'est pas le meilleur endroit pour une fusillade à la
John Wick.

Je me souviens trop peu de l'original pour dire si celui-ci est légèrement moins mauvais ou encore pire. Après relecture de ma chronique de l'époque, j'ai l'impression que c'est un match nul : comme celle de 2007, la nouvelle version est un truc idiot au point d'être risible, avec un acteur mal choisi, éclipsé par la jolie mannequin qui l'accompagne, et des scènes d'action bien brutales et pas trop foireuses mais qui ne rattrapent pas le fait qu'on n'ait absolument rien à cirer de l'intrigue, sauf qu'ici en plus d'évoquer n'importe quel thriller bas-de-gamme de ces trente dernières années, est un mélange foireux de Terminator 2 et Hanna. Mieux vaut revoir John Wick.

 

-----------------------------------
Hitman: Agent 47 (2015) réalisé par Aleksander Bach sur un scénario de Skip Woods (Die Hard: Belle journée pour mourir) et Michael Finch (Predators). Avec Hannah Ware (Shame), Rupert Friend (Homeland), Zachary Quinto (Star Trek), Ciarán Hinds (Game of Thrones), Thomas Kretschmann (Avengers : L'Ere d'Ultron).

Partager cet article

Repost 0
Published by Toxic - dans Action
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur