Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 08:42

BlissLa filmo d'un acteur n'est pas forcément un indicateur très fiable de son potentiel en tant que réalisateur quand il se décide à passer derrière la caméra. La preuve, Michael Jai White défonce tout mais  Never Back Down 2 est pas terrible, par contre Thomas Jane était dans le mauvais Punisher mais son  Dark Country est bien. Mais j'avoue que si je n'avais pas lu une bonne critique chez Outlaw Vern sur Bliss, je n'aurais jamais eu la curiosité de mater le premier film de Drew Barrymore, vu que rien ne laissait présager d'une grande cinéaste chez la vedette de Charlie et des Drôles de Dames. Et en définitive j'avais raison, ça n'a pas l'air d'une grande cinéaste, mais bon quand même ça va. C'est tiré d'un roman autobiographique de Shauna Cross (scénariste de Ce qui vous attend si vous attendez un enfant, qui sort mercredi prochain en salles) qui s'appelle chez nous Bliss, métamorphose d'une jeune fille ordinaire et ça raconte la découverte du roller derby par une ado qui rêve de quitter son bled paumé et les concours de beauté auxquels sa mère la fait participer.

Alors je sais pas si vous connaissez le roller derby, mais moi j'avoue que même après avoir vu le film j'ai toujours pas trop compris en quoi ça consistait. Enfin, l'univers du roller derby ok, j'ai l'impression d'avoir pigé, pour les filles c'est un défouloir et pour les mecs fétichistes des tatouages et des collants résille c'est un moyen de se rincer l'oeil tout en se donnant bonne conscience genre "j'assiste à une compétition sportive et en plus c'est girl power, je suis trop un mec féministe." Mais les règles du jeu au centre de tout ça ? Je sais pas, c'est pas très bien expliqué. Mais bon dans les grandes lignes c'est un truc où deux équipes de nanas font des tours de piste en patins à roulettes et se tapent sur la gueule. En gros c'est comme Rollerball mais sans balle ni James Caan ni objectif compréhensible pour un simple spectateur.


Bliss 02

Il faut aller vite mais c'est pas la peine que toute l'équipe aille vite
et des fois on peut tabasser les adversaires mais des fois c'est mal vu
et bon ok en fait j'ai rien compris j'avoue.


Ellen Page reprend son rôle de Juno mais cette fois-ci elle s'appelle Bliss. Elle est lycéenne et serveuse dans un fast food en banlieue d'Austin, au Texas. Elle enchaîne sans conviction les élections de Miss ceci ou cela mais aimerait bien trouver un truc plus rigolo à faire de son temps libre. Lorsque le hasard lui fait découvrir le roller derby, c'est la révélation : elle aussi, elle veut s'éclater avec toutes ces trentenaires qui adoptent des surnoms de catcheuses, boivent, gueulent, écoutent de la musique de jeunes et se castagnent dans une ambiance bon enfant. En cachette de ses parents, elle intègre une équipe et participe au championnat local à Austin. Au départ, c'est le bonheur : elle se révèle vite douée, commence à sortir avec un beau gosse évidemment musicien, goûte aux joies d'une ville qui bouge un peu plus que son petit patelin... Mais elle finit par s'apercevoir que sa nouvelle vie s'accommode mal avec l'ancienne, et que son secret ne survivra pas longtemps à la petite notoriété que lui amène le sport.


Bliss 05

Pas mal de têtes connues à l'affiche puisqu'on retrouvera entre autres
Juliette Lewis de
Tueurs nés ou Kristen Wiig de Mes meilleures amies.


Un peu à la manière de Never Back Down, Bliss est un film qui vous rejoue sagement toutes les scènes que vous avez déjà vues dans les autres films du même genre. Tous les lieux communs des films sur les sports d'équipe et des comédies dramatiques "indépendantes" sont au rendez-vous. Si vous n'aimez pas être surpris, vous allez être ravis. La nouvelle joueuse qui est exactement ce qui manquait à son équipe de nullardes qui du coup réussissent une improbable remontée de la dernière à la première place du championnat suite à un discours solennel de l'entraîneur, la rivale qui prend les choses trop au sérieux, l'héroïne qui risque de manquer la finale, rassurez-vous, tout y est. Tout comme les parents gentiment ringards mais avec le papa forcément plus cool que la maman, les remontrances sur le thème "tu ne te rends pas compte que je fais ça pour que tu aies les chances que je n'ai pas eues à ton âge", la meilleure amie qui boude parce qu'elle se sent mise à l'écart, le petit copain qui au départ est romantique et merveilleux puis prouve que décidément les mecs ne pensent qu'à baiser avec autant de filles que possible. Même si l'ambiance se veut un tout petit peu plus trash pour être dans l'esprit du roller derby, le scénario reste assez plan-plan tout du long.


Bliss 03

Ah bravo, mater un film où une gamine de 17 ans se met en sous-vêtements,
c'est du propre, espèce de gros pervers.

 

On peut se montrer indulgent quand même, d'abord parce que c'est un premier film et ensuite et surtout parce que, malgré ce manque d'audace, Bliss reste tout de même assez sympathique. Ses personnages, et les acteurs qui les incarnent, y sont pour beaucoup : si les situations ne sont pas originales, les protagonistes en revanche s'éloignent un peu des caricatures qu'on pouvait craindre. J'ai dit qu'Ellen Page rejouait Juno mais ce n'est pas tout à fait vrai, c'est sûr que ça reste une petite-maligne-trop-cool-qui-se-la-pète-pas-mal-mais-attendrissante-quand-même, qui est probablement de toutes façons le rôle qu'elle continuera à jouer dans tous ses films jusqu'à sa puberté vers 40 ans, mais en version un peu plus humaine et moins "personnage de film qui ne parle qu'en jargon simili-ado et néologismes ridicules". La mère pourrait être l'habituelle harpie psychorigide castratrice caricaturale qui sert fréquemment de méchante dans le cinéma dit indépendant (genre Annette Benning dans American Beauty) mais se révèle là aussi plus nuancée, plus crédible. Et même les personnages les moins développés ont presque tous au moins une scène qui permet à chacun d'apporter un petit moment d'authenticité au film au-delà des clichés hollywoodiens.


Bliss 01

Marcia Gay Harden bute grave, que ce soit dit.

 

Finalement, le seul élément que j'ai trouvé franchement raté, ce sont les scènes de roller derby. Dans un film sur le roller derby, ça la fout mal un peu quand même, faut avouer. J'ai pas compris les règles, j'ai pas compris ce qui se passait pendant les matchs. Des fois elles se collent des pains dans la tronche et personne ne trouve rien à redire, des fois y en a une qui tombe et c'est un drame et des plaintes à l'arbitre pour tricherie. Des fois y a des points marqués parce qu'une fille franchit la ligne d'arrivée, sauf qu'on comprend pas trop pourquoi il lui a fallu 2 minutes à fond la caisse pour faire le tour d'une piste minuscule comme ça. C'est mal expliqué, pas très bien mis en scène, le seul moyen de piger qui est en train de gagner c'est quand la caméra montre le tableau des scores. C'est filmé plus habilement que les scènes d'action à la Catherine Hardwicke mais ça ne parvient pas à raconter d'histoire comme ça devrait.


Bliss 04

Le film poursuit hélas la tradition d'Ultimate Game  qui consiste à embaucher Zoe Bell
parce qu'elle était cool dans Boulevard de la Mort , puis à ne rien lui donner d'intéressant à faire.

 

Dans l'ensemble, c'est loin d'être un mauvais film. C'est pas très original certes mais c'est bien joué et pas désagréable à regarder. Maintenant pour être tout à fait honnête, ça m'a pas non plus passionné et je pense que c'est parce que c'est plus vraiment de mon âge. Je dirais pas que c'est "un film de filles" comme le proclame la jaquette, plutôt que c'est un film de jeunes. C'est pas que ce soit niais ou même sonorisé par de la musique de merde, mais disons qu'il y a un moment où les disputes parce que "t'as trop changé, je croyais que t'étais ma meilleure amie" ou la première séance de picoti-picota avec un garçon trop craquant ne sont plus vraiment des sujets qui vous touchent beaucoup. Ok bon peut-être que c'est un film de filles finalement. Je ne sais pas. C'est un film pas mal en tout cas. Ca se trouve autour de 10€, ça reste un peu cher pour du "pas mal", mais si vous pensez être en plein dans le public visé, vous pouvez tenter, c'est un premier film tout à fait honorable.

Partager cet article

Repost 0
Published by Toxic - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur