Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 08:58

Dark Floors"Le gore, c'est du hard rock !" écrivait Alain Chabat en ouverture de sa préface au désormais introuvable Gore, autopsie d'un cinéma de Marc Godin. Loin de moi l'idée de contester cette affirmation, mais les choses ont quand même un peu changé depuis une quinzaine d'années. La "metalsploitation" à la Black Roses ou Rock'n'Roll Nightmare est tombée en désuétude, Black Sabbath et AC/DC servent à sonoriser des films de superhéros qui rapportent des centaines de millions plutôt que des histoires de tueurs masqués pour cinémas de quartier, et même Rob Zombie à renoncé à employer son groupe pour la bande originale de ses films après La Maison des mille morts. Mais quand j'ai appris que les merveilleuses andouilles de Lordi, le groupe de clowns costumés vainqueurs de l'Eurovision il y a quelques années, avaient fait un film d'horreur, j'ai pensé que des mecs bloqués dans le passé comme eux seraient enclin à renouer avec la tradition et nous pondre une belle histoire de chevelus en gilets en jeans et bracelets de force qui se frittent avec des démons sur fond de grosses guitares. Mais pour le meilleur et pour le pire Dark Floors, film finlandais tourné avec des acteurs britanniques, n'est pas vraiment le fils spirituel de KISS contre les fantômes.

Si vous avez aimé la petite Skye Bennett en fillette malade qu'un groupe d'adultes essaie d'aider à s'échapper d'un hôpital rempli de monstres dans Against the Dark avec Steven Seagal, vous serez probablement ravis d'apprendre qu'elle se retrouve dans un rôle et une situation similaires ici. Elle y incarne en effet Sarah, enfant autiste qu'aucun traitement ne semble en mesure d'aider, et que son père décide donc de faire quitter l'hôpital contre avis médical, lassé d'avoir l'impression qu'elle n'y est que pour servir de cobaye. Mais l'ascenseur qui doit les emmener vers la sortie se bloque et, lorsque les portes finissent par se rouvrir, Sarah, son père et les quatre autres occupants de l'ascenseur se retrouvent dans un hôpital désert. Ils pensent d'abord qu'un exercice d'évacuation a eu lieu sans qu'ils entendent l'alarme, mais après la découverte d'un cadavre et l'apparition d'un fantôme, ils se rendent à l'évidence : ils sont victimes de phénomènes paranormaux, et leurs vies sont en danger.


Dark Floors 01Les protagonistes font un peu "j'ai recopié les modèles suggérés dans
Ecrire des histoires d'épouvante Pour Les Nuls de Stephen King"
mais ça n'est pas le plus gros défaut du film.

 
Dark Floors aurait visiblement aimé être un film d'horreur sérieux qui fout la trouille pour de vrai, pas une série B marrante pour métalleux amateurs de monstres et de sang qui gicle. Et ça aurait presque pu fonctionner. Les acteurs sont plutôt bons, le décor est sinistre à souhait, les effets spéciaux sont tout à fait acceptables, dans les meilleures moments la combinaison d'une atmosphère macabre et mystérieuse et d'idées de scénario plutôt malignes et intriguantes laissent espérer un petit film original et réussi. Malheureusement, Dark Floors se retrouve vite tiré vers le bas par un premier boulet au pied : Lordi. Non pas que leur musique soit envahissante, au contraire, on n'entendra qu'un seul morceau du groupe, et encore, à condition de rester pour le générique de fin. Mais leurs personnages de monstres, qui servent de méchants, ne sont pas du tout adaptés au ton du film. Une histoire d'hôpital hanté, ça peut être flippant ; une histoire d'hôpital hanté par les ennemis de Musclor, c'est un peu ridicule.


Dark Floors 03Skeletor s'est juré de mettre la main sur les secrets
du Château des Ombres pour devenir le Maître de l'Univers, mais il s'est gouré d'histoire.

 
Alors évidemment on ne pouvait pas faire "The Lordi Motion Picture" sans Lordi, mais s'ils tenaient absolument à apparaître à l'écran en tant que gang de créatures en caoutchouc et cuir clouté, il fallait faire un autre film, vraiment à leur image, théâtral, grandiloquent, un truc avec des haches, des tronçonneuses, des grimoires maudits, des incantations diaboliques, des motos, des filles à gros seins, des sorciers, parce que là, ils pètent l'ambiance et ils se gâchent eux-mêmes. Lordi, ils sont faits pour se castagner avec Christophe Lambert dans un Beowulf 2, pour défier Jack Black dans une adaptation ciné de Brütal Legend, pour seconder Freddy Krueger ou Jacob Goodnight dans leurs prochains forfaits. Là ils transforment La Quatrième Dimension en Scoubidou et c'est assez regrettable. Pour ne rien arranger, on finit par deviner en cours de route que tout ce qui apparaissait au départ comme de bonnes trouvailles scénaristiques, comme lorsque les protagonistes comprennent que le temps est figé après avoir vécu le même moment de deux points de vue opposés, va finir en queues-de-poissons à la Lost.


Dark Floors 02Le décor, de plus en plus lugubre d'étage en étage, est l'une des plus grosses réussites
du film, mais ça ne suffit pas à excuser tout le reste.


Certes, un genre comme le fantastique s'accommode bien de zones d'ombres et parfois, ne pas chercher à tout expliquer est ce qu'il y a de mieux à faire. D'après les mots-clés de recherches qui amènent sur mon blog, je peux voir que pas mal de spectateurs sont frustrés de ne pas savoir le pourquoi du comment de l'histoire de boucle temporelle de Dark Country, mais c'est typiquement le genre de cas pour lequel je trouve qu'il vaut mieux accepter les choses comme elles sont, sans chercher plus loin. Ici en revanche, quand arrive la conclusion, ce côté "voilà, absolument plus rien n'a de sens... en apparence seulement bien sûr, mais maintenant c'est à toi, public, d'essayer de comprendre la clé de l'énigme !" ressemble un peu à du foutage de gueule, à une dérobade de scénariste qui a écrit au jour le jour sans savoir où il voulait en venir et qui, après s'être enfermé dans un cul-de-sac, s'en tire avec un "euh, voilà, alors en vrai peut-être que tout n'était qu'un rêve, ou bien en vrai ils étaient tous morts depuis le début, ou bien c'est à cause des univers parallèles, ou bien tout ce que vous voudrez" d'autant plus désagréable que, vraiment, un type qui fait un film sur des gogols déguisés en zombies klingons ne peut pas vraiment se permettre de jouer au plus malin.


Dark Floors 04

A moins de vous satisfaire de "tout ça c'était la faute de Gene 'The Demon' Simmons,
mais ses pouvoirs magiques n'affectent pas les gamines", l'épilogue risque de vous laisser sur votre faim.


Il y a vraisemblablement un film d'horreur ou de fantasy rigolo à faire avec Lordi, et une bonne histoire à raconter sur un groupe de malheureux prisonniers d'une faille temporelle cauchemardesque dont le salut est entre les mains de quelqu'un qui ne peut pas communiquer avec eux. Mais Dark Floors n'est finalement aucun des deux. C'est dommage, parce que le film n'est pas franchement nul, mais le fait est que, malgré les qualités que j'ai citées, il est raté. J'espérais un nanar, après quelques scènes je me suis mis à espérer un vrai bon film, et j'ai été déçu sur les deux tableaux. Je ne regrette pas de l'avoir vu, c'est une petite curiosité pas complètement inintéressante qui ne m'a pas coûté très cher, mais ça n'est pas pour autant un achat que je recommanderais à beaucoup de gens. C'est suffisamment regardable pour qu'un curieux qui tient absolument à voir à quoi peut ressembler un projet bizarre comme "le film de Lordi" ne passe pas un mauvais moment, mais pour le cinéphile moyen, ça n'est clairement pas un visionnage indispensable.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rico Balboa 09/11/2013 13:07


Question de feeling j'imagine, j'avoue que les plans métal dans les Argento m'ont toujours un peu gonflé, même sur des morceaux que j'aime alors que les plans "trois notes de Bontempi" des
Carpenter me plaisent vachement par contre.


La seule musique d'horreur qui m'ait réellement marqué c'est justement sur un Argento, la B.O d'Inferno par Emmerson, d"Emmerson Lake and Palmer,groupe que je n'apprécie pourtant pas.

Rico Balboa 08/11/2013 22:51


Putain ! Lordi... voilà déjà pas les boulets. J'ignorais l'existence de ce film et je l'aurais sans doute évité comme la peste si ce n'avait été le cas. Un homme averti en valant deux, on y
jettera peut être un oeil timde en sachant que c'est aussi naze que ça en a l'air.


Pour parler un peu du mariage hard rock/film d'horreur, je ne l'ai bizarrement jamais trouvé heureux. Je kiffe pourtant les deux, mais même le grand Argento n'a pas réussi à faire prendre la
sauce, malgré la présence de groupes comme Accept et Pretty Maids qui renvoient LORDI, Rob Zombie et tous ces groupes en carton au rayon jouet qu'ils n'auraient jamais dû quitter. 


Peut être du Manowar sur un bon nanar de fantasy...

Toxic 09/11/2013 11:47



C'est marrant je lisais justement une critique d'un film d'horreur (un Argento si je me rappelle bien) l'autre jour où le mec était gavé par la présence de hard rock sur la bande son et ça
m'étonnait qu'un amateur d'horreur ne supporte pas cette musique... Bref, je sais pas, c'est vrai que quand la musique est le thème central du film ça donne rarement des chefs-d'oeuvre, mais
quelques morceaux pour sonoriser un film d'horreur, ça m'a toujours paru naturel...



Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur