Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 13:22

FightingAvec le succès grandissant des mixed martial arts, les films de compétitions illégales de combat à mains nues reviennent à la mode. Je dis "reviennent" parce que ça n'a pas attendu l'arrivée de l'ultimate fighting pour exister, la preuve rien qu'ici j'ai déjà chroniqué des vieilleries comme Cage et même Ring of Steel qui tentait d'adapter le genre au duel armé, mais donc là, ça refleurit. On ne reçoit pas tout en France et ça sort directement en DVD, mais on a quand même eu le sympathique Redbelt, le que-j'ai-pas-vu Never Back Down, l'excellent Blood & Bone, et nous aurons probablement le plutôt moyen Damage avec Steve Austin. Fighting a également été distribué chez nous l'an dernier, et si vous fréquentez assidument les bons coins à DVDs pas chers, vous devriez comme moi pouvoir le trouver autour de 7-8 € maintenant, ce qui est quand même un peu mieux que les 20 € qu'il coûtait à sa sortie.

Tiens, petite parenthèse : les prix des films qui sortent directement en DVD, c'est quand même un truc qui me troue un peu. 20 € pour un truc qui débarque de nulle part, vous trouvez pas ça un peu cher, vous ? Si le film a été produit dès le départ pour une simple sortie DVD, on peut s'attendre à un tout petit budget, et que des acteurs pas connus ou has been. Et je sais bien que le pognon et les stars ne font pas automatiquement un bon film, mais bon, Gary Busey et 300 dollars non plus. Et si c'est un film sorti à l'origine au ciné mais qui n'a pas trouvé preneur pour une distribution en salles en France, là aussi, ça donne l'air suspect (même si dans certains cas, on tombe sur de vraies petites perles). Alors vous je ne sais pas mais moi j'aurais du mal à claquer 20 € à l'aveuglette dans un "DTV". Fighting, c'est comme Punisher : Zone de guerre, il me tentait dès le début mais psychologiquement, vingt euros, c'était pas possible, quoi. Je comprends bien que s'ils veulent quand même gagner un peu de sous dessus ils peuvent pas se permettre de les lâcher à 5 ou 10 € d'entrée de jeu, mais bon, disons 15 € ? Je suis trop exigeant ?


Fighting 06
Enfin bref. Malgré son titre qui va droit à l'essentiel, Fighting n'est pas un film bourrin où la moitié des rôles seraient tenus par de vrais combattants de l'Ultimate Fighting Championship comme le susmentionné Never Surrender par exemple. C'est presque un petit film d'auteur mais avec de la baston dedans. Channing Tatum (GI Joe : le réveil du Cobra) joue Shawn, jeune gars de la campagne tentant de survivre à New York en vendant à la sauvette des faux Ipods et des faux Harry Potter. Il se fait avoir par de petits escrocs plus expérimentés que lui mais parvient à les tabasser un peu avant qu'ils ne s'enfuient. Ces quelques mandales impressionnent le mentor des loubards, Harvey (Terrence Howard, Iron Man), qui propose alors à Shawn de le faire participer à des combats de rue pour de l'argent. Shawn accepte, mais après quelques victoires, il commence à trouver que le fric ne rentre pas assez vite, car il a rencontré une jolie fille dans le besoin et, en brave con idéaliste, il aimerait bien devenir le prince charmant qui la tirera de la misère. Alors, il presse Harvey de lui organiser un gros combat particulièrement lucratif, mais Harvey sait qu'il n'a aucune chance de l'emporter...


Fighting 02Evidemment, il y a Luis Guzman, parce qu'il y a TOUJOURS Luis Guzman quelque part.


Comme je le disais plus haut, ici l'accent n'est pas mis sur les combats ; il y en a quatre dans tout le film, assez brefs, peu spectaculaires, le deuxième ne va même pas jusqu'au bout. Le film se focalise sur les personnages et leurs rapports. Ca tombe bien parce qu'à défaut d'être champions d'arts martiaux, les acteurs sont convaincants. Totalement transparent dans GI Joe, Channing Tatum est ici plutôt bon en grand dadais bagarreur mais timide, gauche, introverti. C'est pas une grande prestation, mais ça fait de lui un héros assez inhabituel. J'avais des doutes sur les talents d'actrice de la nana dont il tombe amoureux, Zulay Henao, d'abord parce qu'elle rappelle vaguement Eva Mendes qui joue quand même atrocement mal, et surtout parce que son personnage s'appelle Zulay comme elle. Alors c'est peut-être idiot comme préjugé mais ça sentait la ravissante idiote qui doit absolument jouer un personnage qui s'appelle comme elle pour pouvoir sortir ses répliques au bon moment quand on s'adresse à elle. Genre comme les abrutis des sitcoms AB Productions de notre jeunesse. Mais en fait non, elle est loin d'être nulle, assez naturelle, et si le personnage s'appelle Zulay c'est sans doute plutôt parce que le réalisateur a adoré ses boucles d'oreilles personnalisées et voulait qu'elle les porte à l'écran.


Fighting 04Les boucles d'oreilles s'appellent Zulay, il fallait bien que le personnage ait le même nom.


Le rival est interprété par Brian White (The Shield, Dead or Alive) mais sa présence à l'écran est très limitée, son rôle presque un peu "cliché". La performance du film revient à Terrence Howard, dans le genre de rôle qui malheureusement pour lui ne rapporte pas trop d'Oscars, vu qu'il n'est ni handicapé mental ni déguisé en célébrité ni homosexuel. Pourtant, il compose  en finesse un personnage assez différent des traditionnels escrocs de cinéma. Il a quelques ruses dans son sac mais ça n'est pas un petit malin qui sait embobiner tout le monde. Il n'est pas spécialement honnête avec ses protégés mais ça n'est pas le genre grosse ordure suintante. Il n'a aucune envergure, il fait assez tocard has been, mais ça n'est ni un loser magnifique comme on les aime à Hollywood, ni un gros raté complètement pitoyable. Il vit d'embrouilles mais n'aime pas que ça soit trop compliqué, trop risqué, il n'a plus de rêves de grandeur, il cherche juste à survivre tranquillement avec des petites combines bas-de-gamme. Il n'a pas la classe d'un génie de l'arnaque mais du coup il fait plus authentique, ce n'est pas un promoteur haut en couleurs à la Don King mais ça reste un personnage singulier.


Fighting 01L'excellente prestation de Terrence Howard se révèle être le principal atout de Fighting.


Bref, Fighting doit beaucoup à ses acteurs, et à une façon de filmer New York d'une façon qui ne cherche à la rendre ni glamour ni sordide, une caméra qui ferait presque documentaire pour ainsi dire, qui met le spectateur au coeur d'une petite jungle de paumés raccrochés à pas grand chose. Le problème, c'est que donc le "fighting" du titre ne fait pas seulement référence à la lutte quotidienne pour la survie dans une grande ville sans pitié, mais aussi au monde des combats de rue évidemment, et qu'à ce niveau-là le film ne fonctionne pas vraiment. Pas seulement parce c'est pas du Van Damme ou du Seagal, mais aussi parce que ça n'est pas présenté de façon super plausible. On a du mal à croire que des sommes aussi élevées que celles annoncées se retrouvent en jeu pour voir deux inconnus échanger des coups de poings sur un parking. On nous dit que gravir les échelons du circuit prend du temps, et après une victoire chanceuse et un match nul Shawn défie déjà des adversaires de haut niveau. On nous dit que le rival de Shawn est un authentique champion dans des compétitions officielles, et il prend quand même le risque de participer à des matchs illégaux et dangereux. Peut-être pas de quoi hurler au scandale, mais le fait est qu'on ne croit pas beaucoup à toute cette organisation pourtant au centre de l'histoire.


Fighting 03Quelques combats pourtant peu probants suffisent à Shawn pour devenir une vedette du circuit
et se battre chez des millionnaires pour de fortes sommes.


Mais le pire de tout, c'est la fin du film, que je ne vous gâcherai pas au cas où vous comptez le voir quand même, mais qui est un véritable virage à 180 degrés par rapport au reste, et fait basculer Fighting dans la guimauve hollywoodienne, transformant une petite chronique urbaine intimiste et quasi-réaliste en mauvais épisode de Rocky. C'est pas la peine de mettre tout le monde face à un dilemme terrible si c'est au final pour avoir le beurre et l'argent du beurre.


Fighting 05Dans la grande traduction du cinéma moderne, les combats sont filmés à la
"cadre trop près et tremble tout le temps, comme ça les gens comprendront que c'est une scène d'action".


Ca n'est pas complètement raté, mais ça vaut surtout pour ses acteurs et son ambiance, l'intrigue ne tenant pas complètement bien debout et ne tenant pas ses promesses. Et même si je l'ai classé en "action" pour pas me casser l'cul, j'insiste sur le fait que les combats n'ont que peu d'intérêt et qu'il ne faut pas acheter ça en espérant le nouveau Tous les coups sont permis. A 20 € j'aurais bien fait la gueule quand même ; là, c'est une déception mais c'est quand même pas un film inintéressant.

Partager cet article

Repost 0
Published by Toxic - dans Action
commenter cet article

commentaires

jakbonhom 20/10/2010 12:06



Je viens de tomber sur ta critique de Fighting. J'ai vu il y a quelques jours - bon, c'était plutôt quelques semaines, voire quelques mois, mais peu importe - un film dans lequel
Terrence Howard joue quasi le même rôle: Hustle & Flow. Le film traîne régulièrement dans les bacs à DVD pas chers.



Snowman 01/05/2010 23:51



Si tu veux parler de Michael Jai White dans un film qui se trouve à pas cher, Un Seul Deviendra Invincible 2 doit se trouver pour le prix d'une barquette de sardines.



Snowman 30/04/2010 18:46



Never Back Down, il est à voir rien que pour le sous-texte homo, assez hilarant.


Après les personnages sont des caricatures, les fights durent 2-3 minutes et le scénario prévisible.
Djimon Honsou est impeccable dans un second rôle cela dit.


 


Perso j'attends te chronique de Blood & Bone, malgré les critiques positives, j'hésite encore à me payer le blu ray.



Toxic 01/05/2010 22:39



J'ai fait un Papier Culture sur Blood & Bone qui normalement paraît dans le prochain Canard PC qui sort là maintenant. Comme le DVD est à 15-20 €, pour l'instant je ne pense pas le
chroniquer ici, par contre. Mais en résumé, ça déchire. L'ambiance est plus "série B" et moi "petit film d'auteur intimiste" que dans Fighting mais il y a quand même de bons acteurs et
de bons personnages (Michael Jai White il roxxe, et y a aussi le mec qui jouait Kareem Said dans Oz), en plus d'excellentes scènes de combat.



Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur