Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 23:27
Comme c'est vendredi 13 aujourd'hui et avant de regarder Skinwalkers du même réalisateur j'ai voulu me refaire Jason X, un film que je n'avais pas vu depuis longtemps mais dont je gardais un très bon souvenir et qui à mes yeux, valait d'être réhabilité dans la mesure où d'après ce que je lis à droite à gauche, le film est plutôt mal vu même par les amateurs du genre.

Jason X est comme son nom l'indique mal le 10ème épisode de la série Vendredi 13. Et pour tenter de se renouveler un peu, le scénariste a eu la même idée que celui de Leprechaun 4 (ouais je sais, on fait mieux comme modèle) : envoyer le monstre dans l'espace. Forcément, si à la base vous n'êtes pas attiré par les idées nanaresques comme ça, ça a peu de chances de vous séduire. Et même si vous aimez ça, vous savez sans doute que malheureusement, une bonne idée débile ne donne pas forcément un bon film débile, parfois ça donne The Creeps ou Doomsday.

Heureusement, le réalisateur a su traiter Jason X comme il le méritait, c'est-à-dire sans trop se prendre au sérieux tout en évitant l'écueil du "mais c'est un nanar assumé alors on peut faire n'importe quoi n'importe comment, ça sera forcément trop marrant parce que quand même, Vendredi 13 dans l'espace, rien que de le dire ça suffit à faire marrer pendant 1h30". Vous savez, le fameux écueil Des serpents dans l'avion. Il ne suffit pas d'avoir une bonne accroche pour remplir 90 minutes de film, il faut encore avoir de bonnes idées rigolotes pour en faire un vrai divertissement sympa.

Pour la petite histoire, le film démarre en 2010, et le fameux tueur du vendredi est en phase d'être cryogénisé par les autorités qui ne savent plus quoi faire de lui (bien que condamné à mort, il a survécu à toutes les méthodes d'exécution classiques). L'opération est annulée à la dernière minute alors qu'un groupe de militaires vient récupérer le bestiau afin de se livrer à des expériences pour découvrir le secret de son pouvoir de régénération. Evidemment, Jason en profite pour se libérer et semer la mort ; une responsable du labo de cryogénisation parvient in extremis à le piéger et le congeler quand même, mais se retrouve prisonnière avec lui... Des siècles plus tard, en 2455, alors que l'humanité a migré vers une autre planète, un groupe d'étudiants en sciences en visite sur Terre pour des travaux pratiques découvre les deux corps en hibernation et les embarquent à bord d'un vaisseau. Et comme il faut s'y attendre, après le décollage, Jason dégèle, met la main sur un instrument tranchant, et se remet au travail comme au bon vieux temps...

Vivement un Jason contre Star Trek dans lequel notre con gelé
s'en prendra, bien entendu, au Capitaine Picard.

Alors certes, le scénario se résume un peu à "Jason traque tout le monde dans les couloirs du vaisseau et massacre les membres d'équipage un par un jusqu'à se faire tuer par les derniers survivants" et les personnages sont quasiment tous de simples figurants destinés à vite disparaître après avoir prononcé une à cinq répliques, l'héroïne elle-même n'ayant pas vraiment une personnalité bien marquée. Bref c'est un Vendredi 13, si vous vous attendez à du grand cinéma ou à un classique de la science-fiction vous allez en être pour vos frais. Reste que c'est un petit film d'horreur tout à fait divertissant, parce qu'il assure dans les domaines où l'amateur du genre attend qu'il assure.

Les temps changent, mais même dans l'espace
rien ne vaut une bonne machette.

Déjà, c'est l'un des quatre épisodes de la série où le personnage est incarné par Kane Hodder. On pourrait croire que pour un lourdaud muet et masqué dont les activités se limitent à découper, éviscérer ou démembrer des gens, l'acteur dans le costume importe peu, et il faut être honnête, on ne peut pas dire que Hodder lui apporte de la profondeur. Mais il lui donne une présence, une gestuelle à lui. C'est pas énorme, hein, juste un petit quelque chose dans la façon de tourner ou incliner la tête, dans la démarche, mais c'est ce qui peut faire la différence entre un bon et un mauvais personnage de ce genre. Il en impose, c'est un bon croisement entre le Terminator du 1er film et un animal dangereux. Si votre tueur n'est pas un bavard comme Freddy ou Chucky, c'est bien d'avoir Kane Hodder dans le rôle.

Comme dirait Bourvil, maintenant il va marcher beaucoup moins bien, forcément.

Un des éléments qui ont assuré la pérennité de la popularité de Jason auprès d'un certain public, c'est qu'il se montre "créatif" dans ses meurtres, au sens où au fil des films, il a utilisé des dizaines d'accessoires et méthodes pour assouvir sa soif de sang au lieu de tout faire à la machette. Il continue ici, on a droit à quelques joyeusetés comme un visage éclaté en morceau ou type qui meurt en tournant sur une vrille après y avoir été empalé, mais cette fois en plus, c'est dans l'espace, et le film en tire profit. Vous voyez, quand on veut faire du "nanar volontaire", il faut assumer pour de vrai son idée de nanar volontaire. Le réalisateur de Des Serpents dans l'avion met un champion d'arts martiaux dans son avion avec les serpents, et ce nullard n'ose pas aller au bout de son propos et nous offrir une scène de kickboxing anti-reptiles. Le réalisateur de Jason X, n'a pas été aussi frileux. Il a Jason dans l'espace en 2455, et il sait que c'est couillon, mais il sait aussi que si on annonce Jason dans l'espace à son public, il y a quelques promesses tacites à tenir par rapport au contenu. A ce niveau-là, on en a pour son argent, Jason affronte des aliens dans un jeu de réalité virtuelle, se bat contre une androïde, provoque des dépressurisations pour aspirer ses proies dans le vide intersidéral, se propulse à travers l'espace à la poursuite des survivants...

Avec les nanotechnologies futuristes, on peut rattacher les membres que Jason coupe.

Je regrette un peu que la jaquette (et à l'époque de la sortie ciné, l'affiche et la bande annonce) ne gâche la surprise de la métamorphose du colosse de Crystal Lake en ce que le générique appelle "Uber Jason", vu qu'elle ne survient que dans les dernières minutes du film. Et le costume de cyborg est moins réussi que dans mes souvenirs. Ca reste une idée rigolote, et la preuve que les auteurs ne se sont pas retenus de faire un film farfelu, tout en introduisant de manière naturelle leurs touches de fantaisie (à l'inverse de Neil Marshall sur Doomsday par exemple, où tout fait forcé). Ils ne se sont pas gênés non plus pour suivre l'exemple de La Fiancée de Chucky en parsemant l'horreur d'une bonne dose d'humour sans pour autant transformer le film en grosse farce. Et ils arrivent même à blaguer sur le fait que Jason s'en prenne avant tout à ceux qui baisent sans que pour autant les gags à ce sujet se limitent à ce qu'un personnage pointe du doigt le fait que c'est un cliché idiot de film d'horreur.

Qu'il soit au 20ème ou au 25ème siècle,
Jason a toujours du mal à accepter la sexualité chez les jeunes.

J'ajoute que même si le film n'est que "déconseillé aux moins de 12 ans" et donc finalement pas très gore, les trucages liés aux tueries sont réussis, et que les effets numériques ont un poil vieilli mais sans être trop ringards. Sans avoir l'air d'une superproduction, le film fait largement moins cheapos que Leprechaun dans l'espace par exemple. Tout cela étant dit, je dois être tout à fait honnête : après ce deuxième visionnage, j'avoue que le film est un peu moins bien que dans mes souvenirs. Je le voyais plus jouissif, il va un peu moins loin que ce que je pensais dans le genre "crétin mais drôle". Néanmoins, ça reste très chouette dans son genre. Si vous pouvez apprécier une petite série B/Z à la fois brutale et déconnante, je crois que vous serez d'accord avec moi sur le fait que Jason X vaut largement la petite poignée d'euros pour laquelle les supermarchés le fourguent.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur