Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 08:36

Jennifers BodyJe ne vais pas prétendre que je ne comprends pas du tout pourquoi Megan Fox est devenue en temps record le sex symbol n°1 mondial. D'abord parce que c'est effectivement une nana plutôt pas vilaine et pas mal foutue, et pas timide à l'écran. Ensuite parce que comme disait Romain Gary (eh ouais, culture et tout, tavu) dans l'excellent Au-delà de cette limite votre ticket n'est plus valable, les gens ont besoin de "garanties de désirabilité. Si tant d'hommes rêvaient alors de Marilyn Monroe, c'est parce que tant d'autres hommes rêvaient de Marilyn Monroe..." et donc puisque beaucoup de mecs ont décidé de s'astiquer sur Megan Fox, beaucoup d'autres vont avoir envie de faire pareil, ce qui en amènera encore d'autres à faire pareil, etc, c'est comme ça, ce genre de plébiscite n'est pas nouveau et n'a rien de spécialement étonnant, même si après on peut toujours faire l'aigri et râler que ça ne soit pas tombé sur quelqu'un a l'air moins vulgos et plus intelligent.

Ce qui est plutôt étonnant en revanche, c'est que les distributeurs de Jennifer's Body aient décidé d'axer toute la pub du film sur elle. La réalisatrice avait eu le Grand Prix du Jury à Sundance pour Gilrfight, la scénariste l'Oscar du Meilleur Scénario pour Juno, mais le devant de la jaquette préfère vous vendre Megan Fox en décolleté et minijupe plutôt que de se vanter de ces récompenses. Et tout ça alors qu'elle n'est même pas le personnage principal. Du coup, ça fait tout de suite couillonnade pour puceaux en rut plutôt qu'un honnête film que vous pouvez regarder avec votre épouse sans qu'elle vous soupçonne de l'avoir choisi pour vous rincer l'oeil, ce qui est assez regrettable, et a probablement au moins autant nui à la carrière du film en salles que ses critiques pour le moins tièdes.


Jennifers Body 01Ceux qui ont acheté le DVD spécialement pour ce genre de spectacle
risquent d'être un peu déçus, rien n'est jamais très coquin ou sulfureux.


Enfin bon, moi ce que j'en dis, hein. Et puis y a quand même un truc rigolo sur cette jaquette, c'est le faux avertissement à la "mangerbouger.fr". Et puis surtout y a un film vendu en bonus, derrière cette photo de Megan Fox en écolière cochonne. Le film donc c'est Jennifer's Body, l'histoire de deux copines inséparables qui arrivent à l'âge où s'éloignent les copines inséparables, parce qu'on change, parce qu'il y a les garçons, le sexe, tout ça. La vie de Needy et Jennifer bascule après le passage dans leur petite ville d'un jeune groupe de rock en mal de gloire. Needy ne sait pas exactement ce que Jennifer est allée fricoter avec eux après leur concert, mais la soupçonne (à juste titre) de n'être pas totalement étrangère à la série de morts atroces qui frappe Devil's Kettle depuis cette nuit... Se pourrait-il que Jennifer soit devenue une croqueuse d'hommes... au sens propre ? Un indice : oui.


Jennifers Body 03Avec Needy on pense avoir affaire à la lycéenne moche hollywoodienne typique,
c'est-à-dire une jolie actrice de 25-30 ans
qui n'a qu'à retirer ses lunettes et lâcher ses cheveux
pour passer du statut de paria à celui de nouvelle coqueluche de l'école,
mais le personnage se révèle moins cliché que ça.


Après Æon Flux, on pouvait s'attendre au pire de la part de Karyn Kusama, et pour être tout à fait honnête je pense que le film méritait mieux qu'elle, mais disons que cette fois-ci son travail n'est pas catastrophique. Le début est intriguant, il y a quelques idées originales, les effets numériques sont à peu près discrets et pas spécialement risibles, les interprètes sont plutôt bons, y compris Megan Fox d'ailleurs. En fait, le film réussit là où on ne s'y attend pas : la fameuse égérie des jeunes onanistes du monde entier n'est pas une si mauvaise actrice que ça (même si les mauvaises langues diront que jouer une pouffiasse décérébrée ne doit pas être trop dur pour elle), les dialogues de Diablo Cody ne sont pas aussi insupportables que dans Juno (malgré quelques répliques encore plus débiles que celles d'Inception, style "Move on Dot Org!") , les personnages et leur petit monde ne sont pas trop précieux et factices. Et pourtant ça reste la déception qui prime parce que justement, avec tous ces éléments-là, on était en droit d'espérer mieux que le résultat final.


Jennifers Body 09Evidemment, qui dit film moderne pour nos amis les jeunes dit obligation de caser
des mots comme "MySpace" ou "Google dans le dialogue
pour montrer qu'on vit pleinement avec son époque.


Le film essaie d'être trois choses en même temps, mais n'excelle dans aucun des trois genres. En tant que comédie, même si quelques répliques et situations font sourire, ça n'est pas très drôle. En tant que film d'horreur, ça manque de piment, de nouveauté, c'est plutôt sans surprise, sans scène vraiment mémorable. C'est encore en tant que film sur l'adolescence et les relations entre copines que ça pourrait être le plus réussi, mais comme ça passe assez vite au second plan et que l'aspect horrifique ne laisse aucune vraie place au doute concernant ce qui est en train de se passer, ça affaiblit beaucoup l'idée que cette histoire de succube dévoreuse de chair masculine est une métaphore sur les changements et les jalousies qui brisent les amitiés.


Jennifers Body 07Les rapports entre les personnages sonnent juste, avec un côté touchant
sans être insupportable de "mignonnerie".


Il faut dire aussi que le début, qui s'inscrit dans la grande tradition des films qui commencent par la fin, amènera sans doute plus d'un spectateur à imaginer qu'il sert à mettre en place un coup de théâtre plus tard. Needy apparaît comme pensionnaire violente d'un asile de fous... est-elle victime des adultes qui n'ont pas cru à l'histoire qu'elle va nous raconter, ou va-t-on découvrir qu'elle a tout inventé pour justifier un acte atroce ? Alors sans vouloir vous gâcher la surprise, justement, non, y a pas de surprise. On l'attend et elle ne vient jamais, ce qui fait que cette séquence d'introduction ne sert en fait qu'à casser tout suspense d'entrée de jeu. Dans le registre du pétard mouillé, le sort exact de Jennifer lors de la soirée du concert est gardé secret pendant une grande partie du film, mais au moment où la grande révélation arrive, on se dit que si ça n'était que ça, c'est bon, merci, on avait déjà plus ou moins deviné par soi-même en fait.


Jennifers Body 05Joué avec ce qu'il faut d'arrogance, de cynisme, de prétention et de charme,
le groupe de rock est l'une des principales sources de rires du film..


Mais les auteurs ont de toutes façons décidé qu'il fallait tout vous dire clairement et ne laisser aucune ambiguïté sur rien. Donc les choses sont bien ce qu'elles ont l'air d'être, les déductions que vous pourrez faire seront justes, et même le générique de fin s'emploiera à vous montrer une ultime séquence totalement inutile pour vous confirmer que oui, après la fin de l'histoire il se passe bien ce que vous croyez qu'il va se passer, tel un épisode de Lucky Luke qui ajouterait deux planches après la case de la chevauchée vers le soleil couchant, pour vous rassurer sur le fait que le pauvre cowboy solitaire ne va pas aller jusqu'au soleil et mourir brûlé, il va s'aventurer dans une autre ville pour y arrêter de nouveaux desperados.


Jennifers Body 06Egalement vu dans Juno, JK Simmons a ici un rôle de prof à bon fond
mais plutôt dépassé par les trahiques événements qui ravagent la ville.


Bref, y avait du potentiel, mais qui s'est retrouvé bêtement gâché. Pendant à peu près la première moitié du film tout va bien et on se dit qu'on est face à quelque chose de vraiment pas mal, puis Jennifer's Body s'enlise, ne confirme jamais la première bonne impression qu'il donne au départ, se contente d'être un film d'horreur plan-plan, pas vraiment abominable mais pas du tout indispensable. Et pour ne rien arranger, le film souffre de la comparaison avec d'autres plus réussis sur des thèmes assez proches, comme Teeth ou Sex Addict. Je n'irai pas jusqu'à vous le déconseiller fortement, mais tant que c'est au-dessus de 5 €, pas la peine de vous précipiter dessus non plus.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur