Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 00:00

Judge DreddUn des rares souvenirs que j'avais de Judge Dredd, c'est qu'à sa sortie plein de gens se sont plaint que "ça trahit complètement l'esprit des comics, d'ailleurs il enlève son casque". Je ne sais pas si c'était vraiment que la BD avait tant de fans que ça, ou si c'est parce que c'étaient les débuts du partage d'opinions sur internet et donc de cette tendance non seulement à chialer pour des conneries, mais aussi à répéter ce qui a déjà été dit par d'autres plutôt qu'à formuler son propre avis, de peur d'avoir l'air du seul con qui n'a rien compris ou du guignol qui cherche à faire l'intéressant. En tout cas, comme je me rappelais de rien d'autre (alors que je l'avais vu), c'est que ça ne devait pas être un super film, mais ça me paraissait intéressant de me re-pencher dessus vingt ans plus tard pour voir si c'était effectivement si indigne que ça, ou si c'était un honnête petit film de SF à redécouvrir, à défaut d'être une super adaptation de la BD éponyme.

Dans un New York futuriste qui s'appelle désormais Mega City One, des superflics lourdement armés tentent de faire régner l'ordre en agissant directement en tant que juges et éventuellement bourreaux sur les scènes de crimes où ils interviennent. Stallone joue le plus efficace et impitoyable d'entre eux, le Juge Dredd. Mais il se retrouve accusé d'un double meurtre qu'il n'a pas commis, et envoyé en prison. Parvenu à s'évader lors de son transfert, il va tenter de comprendre qui l'a piégé ainsi, et découvrir que son frère Rico, un ancien Juge qu'il croyait mort, magouille pour imposer sa loi à Mega City One.


Judge Dredd 07Le film remonte à l'époque où le cinéma de science-fiction voulait encore nous  faire imaginer la ville du futur
comme une forêt d'immeubles gigantesques peuplée de voitures volantes plutôt
que de nous avouer que ce sera simplement tellement pourri que ça ressemblera à un bidonville sud-africain.


Il y a dans Judge Dredd de quoi faire au moins un peu plaisir à ceux qui, comme moi, ont grandi avant l'ère du tout numérique : c'est un film dont le gros budget est passé dans la construction de vrais décors, de vrais véhicules, de vraies prothèses et de vrais robots, pas dans un ordinateur capable d'incruster quelques acteurs dans un jeu Playstation. Ca ne réinvente pas vraiment l'image de la mégalopole du 21ème siècle imposée par Blade Runner et que tout le monde recopie sagement depuis, mais il y a quelques petites touches personnelles, comme la Statue de la Liberté coincée entre des gratte-ciels pour cause de surpopulation. Et la marionnette animatronique qui sert de garde du corps à Rico est bien plus vivante que n'importe quelle créature en images de synthèse d'aujourd'hui. Je suppose qu'il y aura des connards de jeunes pour trouver que ça a l'air ringard, mais à mes yeux ça a beaucoup mieux vieilli que certains films plus récents comme les derniers Star Wars par exemple.


Judge Dredd 06Le robot tueur vole la vedette aux autres seconds rôles qui incluent pourtant
des grands noms comme Max von Sydow.


L'ennui c'est que tout ça, ça coûte des ronds, et quand on engloutit des montagnes de pognon dans un film on a besoin qu'il ratisse large pour récupérer sa mise. On sent que le studio et la vedette ont mis un homme de paille derrière la caméra (Danny Cannon, qui depuis se contente de tourner pour la télé) pour pouvoir lui dicter leurs caprices et éviter qu'il prenne le risque de faire un film original. Ils ont payé le droit de porter le nom d'une BD parce qu'ils ont vu les copains toucher le gros lot avec Batman, The Mask et Les Tortues Ninja, mais comme c'était pas vraiment une BD super connue, le plus sûr c'était de simplement en faire un film d'action sur Stallone qui défonce tout le monde avec des gros flingues. Ils se sont offert des scénaristes dont les CVs rassemblent quelques-uns des polars et films d'action les plus marquants des années 80-90 (Piège de Cristal, Terminator 2, Commando, 48 heures...) mais on a l'impression que toutes leurs idées ont été remaniées en cours de route.


Judge Dredd 03Quand il y a 70 millions de dollars en jeu, on ne s'amuse pas à se moquer de l'archétype du superhéros
bien droit dans ses bottes qui impose sa loi dictatoriale aux faibles et aux pauvres,
on fait comme tout le monde un film où le gentil se fait courser par une boule de feu dans un tunnel
avant d'aller péter la gueule au méchant.


On a ainsi un protagoniste victime d'un système extrémiste qu'il a lui-même défendu aveuglément... et qui au final le réintègre sans jamais avoir vraiment remis en question sa validité. Il doit même se faire aider par un type qu'il a lui-même condamné injustement... mais dont la présence sert moins à souligner l'ironie du sort de Dredd qu'à nous infliger un de ces faire-valoir comiques pas drôles que certains producteurs de films d'action semblaient trouver indispensables à l'époque. Et on devine une volonté de faire plaisir aux fans en incluant un maximum d'éléments tirés des comics... mais la personnalité du héros, en revanche, s'efface complètement au bout de quelques minutes pour laisser la place à un Stallone sans relief, qui s'ennuie. Qu'il tombe le casque et l'uniforme, à la limite, on s'en fout (enfin, quand on est une personne normale, pas le genre d'abruti qui pense qu'une fidélité intégriste à un petit miquet serait un gage de qualité), mais le vrai problème, c'est qu'on voit bien qu'il arrête du même coup de jouer le rôle et de s'amuser.


Judge Dredd 05L'histoire inclut une excursion hors de la ville dans un désert post-apocalyptique
et une rencontre avec une famille de cannibales dont l'un des membres est un genre de cyborg difforme,
mais ça ne dure guère plus de 5 minutes parce que c'est tellement moins intéressant
que d'envoyer Stallone et son gros flingue vers une nouvelle fusillade ailleurs, n'est-ce pas ?


C'est loin d'être une catastrophe, c'est simplement un grosse production insipide mais regardable, le genre de gâchis qu'on obtient quand on évacue tout ce qui pourraît être un peu original ou malin par peur de désorienter le public. Renonçons à tout aspect satirique, ça pourrait être trop subtil. Ne nous attardons sur aucune idée ou situation, les gens préféreront qu'on passe le plus vite possible à la scène d'action suivante. Oublions qu'il y a aussi de la place au box office pour des anti-héros, et racontons une fois de plus comment un brave justicier sauve le monde. Si les films d'action cons et les effets spéciaux à l'ancienne ne vous rebutent pas, ça n'est pas la pire façon de perdre 1h30 de sa vie, mais à choisir je reverrais plutôt la version avec Karl Urban que celle-ci.

 

--------------------------------------------------------------------------

Judge Dredd (1995), réalisé par Danny Cannon (Souviens-toi... l'été dernier 2) sur un scénario de William Wisher (Terminator 2) et Stephen E. de Souza (Piège de cristal). Avec Sylvester Stallone (Arrête, ou ma mère va tirer !), Armand Assante (Les Mambo Kings), Rob Schneider (Demolition Man), Diane Lane (I Love You, je t'aime), Max von Sydow (L'Exorciste), Jürgen Prochnow (Das Boot).

Partager cet article

Repost 0
Published by Toxic - dans Science-fiction
commenter cet article

commentaires

Rico Balboa 14/03/2015 15:29


Salut à toi,


Pour répondre à la question que tu te poses en début de chronique, je pense que les fans de Judge Dredd étaient assez nombreux et assez justement déçu par cette merde pour légitimement crier à la
trahison et pas pour se la pêter. Tout ce qui faisait la force et la subversion du matériel d'origine est ici dénaturé ou carrémént absent, un peu comme si le Club Dorothée avait adapté Scarface.
La seule bonne chose, on est d'accord là dessus, c'est le robot, issu d'ABC warriors, une autre BD publiée par 2000AD, le magazine anglais cultissime et génial qui publiait égalemen Judge
Dredd. 


Et franchement montrer la gueule de Dredd est probablement l'idée la plus conne de cette soupe kitchissime et gentillette, dans la BD il dort même avec son putain de casque. 


Enfin bref, ce film est une petite merde pour qui ne connait pas la BD, et une grosse bouse pour les autres. Le Dredd de 2012 est bien meilleur tout en étant bien plus proche de l'esprit de la
BD.


Ce commentaire avait pour double objectif de 1) dire que oui, à l'époque il y avait pas mal de fans de la BD qui était loin d'être inconnue et 2) que même si tu croules pas sous les commentaires,
y'a des mecs qui te lisent et qui kiffent.


Keep up the good work !

Toxic 16/03/2015 20:15



Ce qui me faisait tiquer à l'époque, c'est que les questions "d'infidélité" à la BD revenaient chez TOUS les gens qui s'exprimaient sur le film... Alors clairement oui la BD avait suffisamment de
fans pour qu'ils décident d'en faire un film, mais en même temps, clairement aussi le film était destiné à un public beaucoup plus large que celui de la BD, et du coup j'avais du mal à croire que
le film n'ait été vu que par des fans de la BD, ou qu'aucun non-fan n'ait quoi que ce soit de négatif à dire dessus après l'avoir vu...
En tout cas les commentaires font toujours plaisir



Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur