Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 09:00

KickboxerKickboxer c'est un peu le film que les gens qui s'essaient à des adaptations de Tekken ou King of Fighters n'arrivent  pas à faire alors que la formule n'a quand même pas l'air bien compliquée à reproduire et qu'ils feraient vraiment bien de s'en inspirer, surtout que le lien spirituel qui existait entre le cinéma de Van Damme et les jeux de baston est suffisamment évident pour qu'à l'époque quelqu'un ait pensé "tiens, je vais embaucher Van Damme pour le film de Street Fighter". Alors après je ne dis pas que Kickboxer est un grand film hein, et pour être honnête à le revoir avec des yeux d'adultes les bons souvenirs d'il y a 20-25 ans en prennent un petit coup, mais c'est la preuve qu'avec une formule simple utilisée avec compétence et discipline, et quelques artisans du mawashi-geri dans la gueule qui connaissent leur métier, on parvient à un film de baffes beaucoup plus divertissant et satisfaisant qu'avec un scénario alambiqué débile et des minets en costume bariolé.

Mais bon je mets la charrue avant les boeufs là. Kickboxer, c'est donc la deuxièle apparition du karatéka belge en vedette après quelques seconds rôles et Tous les coups sont permis. Au début du film c'est un brave benêt qui sert d'assistant à son frère aîné, champion de kickboxing arrogant et ignorant persuadé qu'être le meilleur combattant des Etats-Unis fait de lui le meilleur au monde. Mis au défi de s'imposer sur la terre natale de la discipline, les deux frères s'envolent pour Bangkok où le champion local, Tong Po, ne fait qu'une bouchée du grand frère de ce pauvre Jean-Claude. Le karatéka bruxellois décide alors de s'entraîner sur place pour venger son frangin humilié et désormais hémiplégique, et découvre au passage que son futur adversaire est sponsorisé par la pègre du coin, qui terrorise d'humbles villageois. Même s'il parvient à se mettre au niveau des plus grands pratiquants du Muay Thai, il se retrouve ainsi avec un handicap de plus à surmonter dans la lutte sans merci qui s'annonce.


Kickboxer 04Le réalisateur Mark DiSalle n'a pas fait une grande carrière après ça,
et c'est dommage car on sent qu'il avait ce goût du beau geste qui manque un peu aujourd'hui.


Vous voyez, il n'y a pas 12 personnages principaux, il n'y a pas de complot ourdi par une mystérieuse multinationale, de prophétie ancienne, de sorcellerie. Simplement des types qui veulent se castagner pour voir qui est le meilleur, une vengeance, et une petite intrigue secondaire pour diversifier un peu l'action. Je vous assure qu'on peut faire Virtua Fighter ou Fatal Fury rien qu'avec ça, bien sûr ça fera chialer quelques fans demeurés mais de toutes façons ils se plaignent aussi face à des choses comme La Légende de Chun-Li donc autant choisir l'option qui donne de meilleurs films. Kickboxer, en l'occurrence, est bien sympathique. Ca ne vole pas très haut, c'est même un peu crétin, mais il faut garder à l'esprit que c'est un film de poings dans la tronche qui ne cherche pas à être un film d'auteur à la Redbelt, Fighting, Warrior ou Fighter, donc sans tomber dans le "bah ça va hein c'est pas censé être du Shakespeare !" on peut rester réaliste sur ce qu'on est en droit d'en attendre. Ici donc on a une histoire simple mais qui tient debout, de bonnes bagarres, un méchant bien salaud qu'on veut voir se prendre une raclée, un héros aux motivations claires et auxquelles le public peut adhérer facilement.


Kickboxer 02L'intrigue ne s'encombre pas d'éléments inutiles, juste de quoi varier un peu l'action
entre les scènes d'entraînement et les scènes de kickboxing.

 
Evidemment, on est dans de l'exploitation de formule, donc faut pas vous attendre à trop d'originalité dans les grandes lignes. Heureusement, dans les détails, le film parvient à caser quelques petites touches personnelles, des trucs qui dévient un tout petit peu des clichés habituels. En fait on pourrait dire que le film est construit sur le modèle de Rocky IV mais qu'il cherche à en prendre le contrepied chaque fois qu'il peut. Ainsi, 20 ans avant les Hostel, on a un personnage de "Vilain Américain" prétentieux et méprisant, qui se balade à l'étranger comme en pays conquis, assez rare dans le cinéma hollywoodien. Et même si son adversaire se révèle être une ordure, le fait est qu'il l'étale à la loyale, c'est pas si courant non plus ça, un méchant qui triche pas. Le vieux maître est du genre "excentrique aux méthodes anticonformistes" comme on en a déjà vus plein, mais en revanche Van Damme se plie sagement à ce qu'il lui demande
au lieu de chouiner que ça ne mène à rien comme dans Karaté Kid, L'Empire contre-attaque ou Sang pour sang extrême.


Kickboxer 01C'est pas non plus tous les jours qu'on voit un instructeur de Muay Thai inciter une grande nouille
à aller se déhancher comme un délinquant sexuel pour parfaire son entraînement.


Quelques éléments sont un peu à double tranchant, pour certains spectateurs ils rendront le film ringard et ridicule, pour d'autres ils contribueront à son charme unique. Van Damme qui danse comme un couillon dans un bar pour déclencher une baston (je suis tenté de prétendre que la scène vaut à elle seule le visionnage du film, mais en fait elle se trouve sur YouTube). Tong Po joué par un rebeu maquillé, crédité au générique comme "Tong Po dans son propre rôle". Tellement balaise qu'il peut défoncer le pilier de son vestiaire en cognant dedans. La foule qui scande spontanément comme un seul homme "Nuk Soo Khao !", qui comme chacun sait veut dire "Grand guerrier blanc" en thaï, pour encourager le Belge dès qu'il se montre habile dans l'art de latter les autochtones. Les mains bandées trempées dans les éclats de verre avant le match, qui ont fini parodiées dans Hot Shots 2. Les ballades sirupo-rock bien kitschounettes par un mec qui aurait clairement aimé écrire les chansons de Rocky. Bon c'est vrai c'est un peu con-con tout ça, mais je trouve que ça a sa place dans une vandammerie sur le kickboxing.


Kickboxer 03On sent que les figurants manquent un peu de conviction dans leurs "Nuk Soo Khao".


Il faut être honnête, je doute que ça puisse convertir quelqu'un qui, à la base, n'est pas fan de l'art de mettre les pieds dans la gueule de ses contemporains. Pour un amateur en revanche, c'est peut-être pas un vrai classique du cinéma d'arts martiaux (ou à la rigueur ce qu'on appelle un "classique mineur"), et ça s'apprécie mieux vers 14-15 ans qu'à l'approche de la quarantaine, mais y a quand même les ingrédients qu'il faut pour passer un bon moment devant (merde, avec des formules inoffensives toutes faites comme ça, je vais finir à Télé 7 Jours). Pour 3€ (le prix auquel on le trouve facilement dans les petites échoppes parisiennes spécialisées dans le DVD et le CD pas cher), ça va, c'était pas du vol.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur