Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 09:51

La-Legende-de-Beowulf.jpgComme tout le monde, je n'ai jamais lu le poème épique Beowulf ni vu le film Beowulf avec Christophe Lambert et Rhona Mitra. Mais j'étais quand même intrigué par cette nouvelle adaptation, du fait de l'étrange originalité du produit : c'est un film tourné avec de vrais acteurs qui ont ensuite été repeints aux images de synthèse pour que ça ressemble à Shrek 4 en plus gore et un peu grivois. Sur le coup ça paraît saugrenu, on se dit, pourquoi faire ça au lieu de faire comme tout le monde et se contenter de coller des acteurs au milieu de décors et créatures en images de synthèse ? Alors j'avoue, je n'ai que la version pas chère du film, celle de l'offre Warner "10 DVDs pour 50 €", sans aucun bonus donc sans making of dans lequel Zemeckis expliquerait son choix. Du coup je me contenterai d'imaginer que c'est parce qu'un jour il regardait King Kong de Peter Jackson et qu'il s'est dit, "putain, ce singe est censé être le top du top des effets spéciaux, et c'est vrai qu'il est impressionnant, la façon de bouger, la fourrure, tout ça, j'ai jamais vu mieux en matière d'images de synthèse c'est sûr, et en même temps on dirait juste un putain de personnage de jeu vidéo qui s'intègre pas du tout au reste, j'ai l'impression de regarder Roger Rabbit mais en largement mois bien, ah la la comment je déchirais trop à l'époque de Roger Rabbit n'empêche, quand je pense qu'après j'ai fait des trucs genre Contact, Apparences ou Seul au monde, moi qui ai fait les Retour vers le futur putain, enfin bref, toutes ces conneries de monstres en images de synthèse ça paraitrait sûrement moins factice finalement si TOUT était en images de synthèse et pas seulement les effets spéciaux, tiens je vais faire un film de monstres comme ça pour voir."

 

Enfin je ne peux que supputer hein. Concrètement j'en sais rien, mais si c'est vraiment comme ça qu'il a eu l'idée je dirais qu'en théorie il n'avait pas complètement tort. Alors sans vouloir niquer le suspense, je dirais qu'en pratique le résultat ne fonctionne pas vraiment mieux que s'il avait mélangé prises de vues réelles et dragons en pixels, mais quand même, c'est bien d'avoir essayé, je trouve. C'est vrai, ça donne un ensemble plus harmonieux, mais du même coup, tout fait factice, au lieu que ce soit seulement les créatures surnaturelles. Donc c'est pas encore ça.

 

Beowulf 05

Les scènes d'action font un peu trop penser à des séquences de jeux vidéos
façon "Quick Time Events" de
God of War sur PlayStation 2
pour être considérées comme de vrais moments de cinéma à grand spectacle.

 

Pour en revenir au film lui-même plutôt qu'à l'expérimentation qu'il représente, c'est donc l'adaptation par Neil Gaiman (Coraline, Sandman...) et Roger Avary (un pote de Tarantino) d'une vieille légende. Histoire d'avoir l'air intelligent je me suis renseigné rapidos sur le Beowulf original (pas celui avec Christophe Lambert hein donc, suivez un peu) et visiblement ils ont pris des libertés avec l'histoire, mais des libertés que je trouve pas inintéressantes du tout, donc pour ma part, je ne leur en tiens pas rigueur. La Légende de Beowulf telle que racontée par les deux compères est celle d'un vieux roi danois, Anthony Hopkins dit "Gros Dégueulasse 1er", qui a bien des soucis avec un horrible géant qui vient foutre le bronx dans sa salle des fêtes dès qu'il y a trop de bruit. Nommé Grendel, l'affreux a la fâcheuse habitude de démembrer ou manger ses meilleurs guerriers et Gros Dégueulasse ne sait plus quoi faire pour s'en débarrasser. Arrive alors Beowulf, jeune héros vantard, qui affirme pouvoir occire Grendel. Malheureusement, Grendel n'est pas le seul démon à hanter les environs, et en fourrant son zgueg dans n'importe qui comme l'a fait avant lui Gros Dégueulasse, Beowulf va attirer sur lui une malédiction digne d'une tragédie antique...

 

 

Beowulf 03

Pour un film d'animation classé "Tous publics", La Légende de Beowulf

met tout de même en scène quelques exécutions bien sanglantes,

par contre il est évidemment hors de question d'y montrer l'ombre d'un téton.

 

Je ne vous en dis pas trop pour laisser quelques surprises à ceux qui n'auraient encore lu aucun résumé du film, mais si l'on peut avoir quelques préjugés sur un film d'animation hollywoodien avec un méchant géant, une sorcière et un dragon, je trouve qu'en définitive le scénario de La Légende de Beowulf se révèle loin d'être con. Il se permet même de s'aventurer sur des terrains inattendus dans ce genre de production, ne se conclut pas sur une happy end, sa toute fin étant même assez "ouverte", puisque le film s'arrête juste avant qu'on puisse savoir avec certitude si cette fois tout le monde a bien retenu sa leçon ou si au contraire la malédiction est destinée à se poursuivre indéfiniment.

 

  beowulf gif

Pour une bête image générée par ordinateur, il a largement plus de charisme

que cette pauvre nouille de Christophe Lambert.

 

Je ne vais pas prétendre que c'est un film intelligent qui fait réfléchir, mais tout de même, y a quelques éléments qui le tirent vers le haut. Les personnages, par exemple, ont une certaine épaisseur et ça devient rare. Grendel n'est pas qu'une abomination anthropophage qu'il faut exterminer pour avoir la paix, c'est une pauvre chose biscornue dont l'existence n'est que souffrance. Beowulf, sans être un anti-héros moderne genre "je suis beau et ténébreux et parfois je traîne un peu dans les bars et j'arrête de me raser pendant trois jours parce que j'ai plein de douleur en moi et des fois je dois contourner les règles pour mener ma mission à bien", n'est pas non plus le héros classique à l'ancienne. C'est un peu un enfoiré sur les bords, il ment à propos de presque tout à presque tout le monde, ça ne le gêne pas d'hériter d'une épouse comme si c'était un objet, il la trompe, puis il délaisse ses maîtresses... Et tout ça, tout en gardant quand même aussi un côté "homme d'honneur et guerrier à la bravoure sans faille". Ca le rend un peu plus intéressant qu'un Aragorn version Viggo Mortensen par exemple (et je dis ça, j'aime bien Viggo Mortensen hein).

 

Beowulf 08

En cherchant bien, on doit pouvoir trouver une traduction du poème original

qui précise que la mère de Grendel avait des pieds à talons aiguilles.

 

Et puis il y a quelque chose qui ancre tout ça dans la réalité, ça n'est pas qu'une succession de batailles dans un monde imaginaire comme Le Seigneur des Anneaux de Jackson. On pourrait presque dire que c'est un film sur l'infidélité et l'irresponsabilité masculines. Tout ce côté "ouais bon ok on a baisé, mais je pouvais pas faire autrement, c'est pas ma faute, c'était impossible de résister, n'importe quel mec en aurait fait autant à ma place" autour du personnage d'Angelina Jolie. C'est pas que ça dise quelque chose de vraiment profond et original sur le sujet mais je trouve ça déjà pas mal que ça ne se limite pas à "et alors le héros qui était super fort et super courageux prit son épée magique et tua le dragon et l'ordre revint dans le royaume".

 

Beowulf 09

Je ne veux pas trop vous dévoiler le look des créatures mais

reconnaissons déjà au film le mérite d'avoir un dragon,

un élément trop rare au cinéma je trouve.

 

A côté de ses qualités, malheureusement, le film est salement plombé par un paquet de défauts. Bon, déjà, on sent que ça a été mis en scène pour être vu en trois dimensions dans une salle équipée pour. Zemeckis pointe ou projette tout ce qu'il peut vers le spectateur, et avec de belles lunettes 3D dans une grande salle ça devait être sacrément chouette tout ça, mais sur un bête téléviseur, la très désagréable impression d'avoir raté quelque chose qu'on ne retrouvera forcément plus jamais (puisqu'il est peu probable que le film revienne à l'affiche) gâche salement l'ambiance chaque fois qu'une hache ou une pointe de javelot s'arrête bêtement à l'écran au lieu de le traverser pour entrer dans le salon.

 

Beowulf 04

Ca c'est typiquement le genre d'image qui devait être très chouette au cinéma en relief

mais qui fait un peu couillonne quand on doit se contenter de deux dimensions.

 

Un autre gros problème, c'est que les meilleures images de synthèse du monde sont encore très, très, très loin du photoréalisme total. Certains personnages semblent être en cire, d'autres en plastique, aucun n'a l'air réellement humain, vivant. Les mouvements ne sont pas du tout naturels, ça va parfois jusqu'au ridicule (les chevaux qui galopent par exemple), des gestes tout simples comme empoigner un objet font totalement faux, c'en est au point où finalement le personnage le plus crédible est le difforme Grendel. Quand je disais que ça ressemblait à du Shrek, c'était pas (que) pour faire un gag, ça y ressemble vraiment, l'impression d'être face à des marionnettes empêche de s'immerger vraiment dans cet univers.

 

Beowulf 07

Tiens, les mecs de Kaamelott sont au musée Grévin maintenant ?

 

Le choix d'acteurs connus nuit également à l'histoire. Cette reine en caoutchouc qui ressemble presque à Robin Wright Penn mais avec un gros nez, par exemple, ça ne va pas du tout. On la voit et on ne se dit pas "pauvre reine, son premier mari était un porc qui l'a cédée à un autre comme si elle faisait partie des meubles et son deuxième mari tringle une petite servante, tragique destin que le sien", on se dit "elle a vraiment un si gros nez la vraie Robin Wright Penn ?", ça pète l'ambiance. John Malkovich qui fait un accent rigolo, ça ne va pas non plus, sans compter qu'au bout du compte son personnage ne sert à peu près à rien quand on y pense. Encore heureux que le héros soit joué par un quasi-inconnu qui ressemble à peine à son avatar et que j'ai du mal à imaginer mieux qu'Angelina Jolie pour personnifier la poupée à fantasmes qui rêve d'avoir plein d'enfants, parce que sinon ça aurait vraiment été le désastre, que des célébrités venues faire des accents genre "j'ai été cohomédien deuh théââââtre moi, je peux faire genre je joue du Shakespeare".

 

Beowulf 01

Non mais sérieusement elle a vraiment un pif comme ça, la meuf de Santa Barbara ?

 

Le film est également desservi par un certain nombre d'éléments ou de scènes vraiment crétines dans des moments où l'ambiance n'est pas à la comédie. Je pense notamment au passage où Beowulf décide d'affronter Grendel tout nu. L'idée elle-même n'est pas risible, au contraire elle sert à établir quelques traits de caractère du personnage (c'est un combattant loyal car il veut être d'égal à égal avec son adversaire, c'est un malin car il sait que contre un être surnaturel une armure et une arme normales ne feront que le ralentir, c'est un prétentieux car il veut montrer à tout le monde que non seulement il peut buter le monstre, mais en plus il peut le battre à poil). Malheureusement, suite à son effeuillage, ça vire à un remake des scènes des différents Austin Powers où l'on voit Mike Myers se promener en tenue d'Adam, avec toujours un objet du décor savamment placé pour lui cacher la teube. Hollywood a vraiment du mal à assumer les teubes en images de synthèse, à la sortie de Watchmen la moitié des critiques amerloques ne parlaient que de la quéquette bleue du Dr Manhattan, et donc dans La Légende de Beowulf impossible de dévoiler la biroute virtuelle de Ray Winstone. Enfin bref, la scène se retrouve largement risible alors que ça devrait être un moment de tension fort.

 

Beowulf 06

Beowulf n'hésite pas à lancer des fumigènes pour ne pas que

tout le monde découvre qu'il en a une petite.

 

La Légende de Beowulf se traîne ainsi beaucoup trop de boulets aux pieds pour qu'on puisse y voir un vrai bon film. C'est loin d'être ennuyeux, mais c'est également loin d'être une réussite et en DVD, ça fait surtout regretter de ne pas être allé le voir en trouadé (enfin, quand on est du genre à pouvoir apprécier un film 3D comme une amusante attraction de fête foraine). Pour 5 €, ça n'est quand même pas du vol, l'histoire reste bonne, l'expérience "tout en images de synthèse même les vrais gens" est bizarre mais intriguante, l'ensemble assez attachant malgré tout. En revanche, je ne recommande pas la version "Director's Cut", qui ajoute des scènes pas forcément utiles, et casse le rythme.

 

---------------------------------
La Légende de Beowulf (Beowulf, 2007), réalisé par Robert Zemeckis (Retour vers le futur) sur un scénario de Neil Gaiman (Mirrormask) et Roger Avary (Killing Zoe). Avec Ray Winstone (Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal), Anthony Hopkins, Angelina Jolie, Brendan Gleeson (Troie), Robin Wright (Princess Bride), John Malkovich.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur