Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 16:03

Open WaterComme je vous le disais l'autre jour, The Reef n'est pas le premier film à mettre en scène des nageurs perdus en mer et attaqués par des requins : le précurseur, c'était Open Water. Le film avait connu un succès public et critique tout à fait honorable pour une production aussi modeste, mais depuis on ne peut pas dire qu'il soit resté dans les mémoires comme un classique du genre ni qu'il ait ouvert en grand les portes d'Hollywood à son auteur, vu que sa fiche IMDB a comme un grand trou de presque dix ans entre ce film et celui qu'il a tourné cette année, un remake du film d'horreur espagnol La Casa muda. Alors, petite perle trop vite oubliée ou truc moyen surévalué au départ puis redescendu à sa juste valeur ? En tout cas, sa valeur marchande étant descendue à 5€ (pour la version de supermaché dont vous voyez la jaquette ici, au moins, mais il y a une "édition prestige" avec plus de bonus chez Metropolitan qui coûte un peu plus cher), c'est l'occasion de se repencher dessus en ces pages.

Tout comme The Reef, Open Water se prétend "tiré d'une histoire vraie" mais se contente de divaguer très librement à partir d'un fait divers. Il poussait le bouchon un peu plus loin que son disciple, en flirtant encore plus ouvertement avec le style documentaire, sans aller jusqu'à nous la jouer "vidéo trouvée" quand même, mais pas loin. Les personnages ont même les vrais prénoms des acteurs, comme dans Paranormal Activity. Alors évidemment c'est un peu couillon au bout du compte, parce que c'est pas comme si on pouvait croire un seul instant qu'ils étaient réellement accompagnés par un caméraman venu filmer leur mésaventure sans intervenir. Et je ne sais pas si c'est lié à la caméra numérique utilisée sur le tournage ou à la qualité de l'édition DVD, mais à certains moments l'image n'est qu'une ignoble bouillie de gros pixels. Bref, ce n'est pas un très beau film. Mais bon, passons.


Open Water 05Le genre de long plan de transition dégueulasse dont le film abuse
pour atteindre une durée de long-métrage.


L'histoire est celle d'un couple en vacances parti faire de la plongée sous-marine avec un groupe de touristes. Au moment de remonter sur le bateau après leur petite escapade subaquatique, surprise : les deux jeunes gens tous seuls, perdus en mer. Les autres sont partis sans eux suite à une erreur de comptage. Et tandis que le courant les entraîne à la dérive, ils attendent sagement, pleins d'espoir, que les guides s'aperçoivent de leur gaffe et que le bateau fasse demi-tour pour venir les récupérer avant que les requins qui nagent dans les environs ne les croquent...


Open Water 02Il y a quelques scènes sous-marines avec des poissons,
mais les requins eux-mêmes apparaissent très peu.


Eh bien mes amis, dans le genre minimaliste, celui-ci, il se pose là. Seulement deux personnages pendant la majeure partie du film, et pas vraiment d'intrigue, puisqu'ils se contentent d'attendre et d'espérer. Alors de temps en temps pour meubler le vide on a un "c'était quoi, ça ?!" ou "un truc m'a piquée !" ou une dispute. Les requins se contentent de rôder à proximité sans attaquer, parce que le réalisateur n'a pu en filmer que des petits et que, tenez-vous bien, les petits requins ne sont pas très agressifs envers l'homme et qu'il voulait rester réaliste. C'est bien, c'est gentil, mais c'est peut-être pas très cinématographique hein ? Un film de requins avec des requins mous, dans le genre palpitant, merci bien. "Est-ce qu'ils vont essayer de les bouffer vivants ou attendre 1h15 de film qu'ils meurent de déshydratation et grignoter les cadavres ?" Je vous laisse deviner hein mais un indice : le réalisateur trouvait vraiment que c'était très important que son film soit réaliste. Parce que c'est tiré d'une histoire vraie, tu vois ?


Open Water 03Si le recomptage à bord se fait vraiment de façon aussi paresseuse,
je regrette moins d'avoir annulé mon initiation à la plongée l'été dernier...


Alors comme je disais, l'histoire vraie, on en sait si peu de chose que c'est vraiment un argument bidon. Une excuse aux facilités du scénario. Le coup des plongeurs oubliés déjà, je sais pas comment ça a pu se produire dans la vraie vie, mais dans le film l'explication est pas super convaincante, c'est un peu gros. Le mec fait des petits bâtons sur un bout de papier, quand il a assez bâtons hop on remballe et on file. Pas de recomptage des têtes, pas de recomptage des bouteilles d'oxygène. Puis personne ne s'aperçoit de rien pendant des heures et des heures et des heures. Pendant ce temps-là, les deux louzeurs ne font rien pour s'en sortir, et ça non plus on n'y croit pas tellement. Au départ, ils voient des bateaux et ils ne font rien, n'essaient pas de les rejoindre à la nage ni rien, parce que "c'est peut-être pas le bon bateau". OUI NORMAL, DANS UNE SITUATION COMME CA ON VA FAIRE LES DIFFICILES, BIEN SUR. Plutôt mourir que risquer d'être ramenés au mauvais hôtel, logique. Ils craignent quoi, ces couillons, des pirates somaliens aux Bahamas ?


Open Water 04Oh un bateau ! Mais c'est peut-être pas le bon alors attendons le prochain !


Pour tout dire, ces deux abrutis ne sont pas spécialement sympathiques. Certains films d'horreur choisissent des trous-du-cul pour héros et parviennent quand même à susciter de l'empathie pour eux chez le spectateur, mais ici, entre l'ennui ressenti face à leur inactivité et le fait que les rares traits de leur personnalités soient assez négatifs, on est plutôt du genre à s'impatienter de les voir disparaître entre les mâchoires d'un squale, ne serait-ce que pour mettre fin à leurs chamailleries. Petit moment rigolo quand même : se rappeler qu'en 2003, l'usage de l'e-mail au cinéma servait encore à montrer qu'un personnage était trop accaparé par son travail. Aujourd'hui, même votre grand-mère s'en sert pour vous spammer la gueule avec des chaînes de l'amitié toute la journée, mais en 2003 c'était encore principalement un truc pour communiquer au bureau, au moins aux yeux des gens de cinéma en tout cas, et donc c'était leur code visuel pour dire "elle est tellement à fond dans son boulot qu'elle a une boîte e-mail comme ça ses collègues et son patron peuvent la joindre tout le temps".


Open Water 01Pour les plus en manque, les scènes à l'hôtel au début
pourront à la rigueur faire office de film érotique.


Je n'ai pas tellement aimé The Reef, mais je peux dire maintenant que je l'ai trouvé bien meilleur qu'Open Water. Je comprends que le côté "exercice de style original et audacieux" ait pu séduire à l'époque, voire qu'il puisse aujourd'hui encore titiller la curiosité de quelques-uns, mais le résultat est loin d'être une réussite. Ca aurait aimé être un faux documentaire ou un genre de Projet Blair Witch mais ça ne peut pas vraiment, c'est trop mou pour rivaliser avec un bon thriller ou film d'horreur, les personnages et les dialogues sont trop insipides pour tenir le spectateur en haleine même si c'est très court, bref, pas grand chose à sauver. Bon, on voit la fille toute nue au début, ça n'arrive plus jamais, une actrice américaine qui ose ça de nos jours, mais ça arrivait encore à cette époque-là, alors quand je vois que je reçois la majorité de mes visites ici grâce à Kickboxing Angels je me dis que ça peut intéresser ceux d'entre vous qui ne voient pas souvent de nénés et de foufounes. Mais pour les autres, c'est un film assez superflu.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur