Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 08:07

Piege en haute merC'est moi ou il avait un peu disparu de la circulation, celui-ci ? Depuis quelques années, plus moyen de le trouver en DVD autrement qu'en occaz (l'exemplaire que j'ai fini par acheter est dans un de ces vieux boîtiers carton-plastique à rabat, avec une étiquette de prix en francs !), plus de passage télé... Et puis là, coup sur coup, diffusion sur NT1, réédition, et distribution cette semaine par un célèbre hebdomadaire de programmes télé qui semble avoir pris Steven Seagal pour mascotte. C'était donc l'occasion rêvée (en plus du fait que le blog a eu quatre ans il y a deux jours) pour vous parler de Piège en haute mer, premier film à gros budget pour sa vedette après une série de productions modestes qui avaient fait de lui une star, et pour lequel il retrouvait le réalisateur de ses débuts, Andrew Davis.

Comme le titre français l'insinue discrètement, c'est une sorte de version maritime de Piège de cristal, avec un type coincé dans un lieu isolé et qui doit y lutter seul contre un groupe de criminels qui prétendent agir dans un but politique. Seagal joue son personnage habituel, un expert en arts martiaux viré des forces spéciales pour insubordination (mais qui avait raison de se rebeller). Il s'appelle ici Casey Ryback et aspire désormais à une vie plus tranquille en tant que cuisinier à bord du légendaire cuirassé USS Missouri (celui sur lequel les Japonais ont signé leur capitulation en 45 et qui a servi jusqu'à la première guerre du Golfe). Il se doute qu'il y a une couille dans le pâté quand Krill, le second du navire, lui annonce qu'il ne préparera pas le repas d'anniversaire du Capitaine, et le fait enfermer dans la chambre froide. Krill est en effet un traître chargé de faciliter la prise du cuirassé par un groupe terroriste mené par un ancien de la CIA, Strannix. Lorsque Ryback parvient enfin à quitter sa geôle, il entreprend de sauver équipage prisonnier et de récupérer le Missouri des mains de Strannix, qui menace Honolulu avec les missiles atomiques présents à bord.


Piege en haute mer 03Contre-attaques fulgurantes et cassages de poignets sont au menu de ce chef
un peu particulier. Un gag récurrent est son insistance à répéter qu'il n'est qu'un simple cuisinier.


Drôle de carrière tout de même que celle de Steven Seagal. Même si Machete l'a un peu relancée récemment, quand on pense qu'il n'y a pas si longtemps il en était à
faire la guest-star pour des trucs imbitables tournés pour 50€ en Bulgarie c'est difficile d'imaginer qu'il y a 20 ans, à l'époque de Piège en haute mer donc, il suffisait de son nom et sa tronche sur une affiche pour vendre un film à des dizaines de millions de spectateurs à travers le monde. Il était parti pour devenir l'égal de Schwarzenegger et Stallone mais il manquait d'élan, alors en route il a suffi qu'il se plante deux fois (avec Terrain miné et Menace toxique) pour se transformer en Christophe Lambert. Du coup, ce sera probablement difficile de vous convaincre aujourd'hui que certains de ses premiers films, comme celui-ci, sont de vrais bons films d'action. Pourtant, le futur réalisateur du Fugitif signait là un thriller de bonne facture avec un scénario pas trop tarte et une belle galerie de seconds rôles (Tommy Lee Jones, Gary Busey, Colm Meaney...) pour épauler sa vedette.


Piege en haute mer 01Les amateurs de séries télé retrouveront plein de visages (et pas que des visages) connus :
Tuco Salamanca de Breaking Bad, Erika Eleniak d'Alerte à Malibu,
le réceptionniste des dernières saisons d'Urgences, le chef de la sécurité présidentielle de 24H chrono...


Bien sûr, l'intrigue repompe celle d'un autre film, mais elle le fait de façon plutôt habile et ne manque pas de bonnes idées, les terroristes qui utilisent la surprise d'anniversaire du capitaine pour s'infiltrer sur le bateau en hélicoptère, le vétéran de la Deuxième Guerre mondiale venu pour les festivités et qui sait encore utiliser les anciennes pièces d'artillerie du Missouri (une idée piquée par cette bouse de Battleship, qui utilise d'ailleurs le même cuirassé) pour riposter alors que Strannix contrôle les missiles... Et puis l'aspect politique est original, malgré la contribution visiblement généreuse de l'US Navy (il y a un sacré paquet de matériel militaire à l'écran, le cuirassé, un sous-marin, des jets...) le film se permet de véhiculer un message cher à Seagal sur l'absence de scrupules et de perspicacité du gouvernement américain qui arme des fous dangereux pour faire son sale boulot avant de les voir se retourner contre lui. Eh ouais, les gens se foutent beaucoup plus de sa gueule que de celle de Stallone, mais au final, à qui l'Histoire a donné raison hein ? A Rambo III ou à Piège en haute mer ?


Piege en haute mer 04

L'une des marottes de Seagal depuis son premier film :
la dénonciation des pratiques de la CIA qui forme elle-même les futurs terroristes
contre lesquels elle est censée lutter.


Bon enfin après je vais pas prétendre que c'est un brûlot gauchiste qui fait réfléchir, ça reste du divertissement grand public avec des cascades, des fusillades, des explosions, un agent secret invincible qui défonce tout le monde sans une égratignure, une playmate hystérique qui finit par se découvrir des aptitudes guerrières, et Tommy Lee Jones et Gary Busey qui s'en donnent à coeur joie dans le registre "je suis trop un méchant taré qui pète les plombs". Et Seagal n'est clairement pas un super acteur, même s'il n'est pas aussi nul que le prétendent ceux pour qui il n'est qu'un sujet de blague. Quand il fait le bon copain blagueur ou le type qui pète des bras ça va, mais dans les moments où il joue le plus faux c'est assez embarrassant à voir et ça tire l'ensemble vers le bas. Mais ça reste pas trop débile et c'est raconté avec un vrai sens de la narration qui fait défaut à un Michael Bay ou un Roland Emmerich par exemple.


Piege en haute mer 02Busey et Jones campent des psychopathes rigolos, mais ne donnent pas dans la subtilité.


J'aurais aimé qu'il y ait un peu plus d'arts martiaux. L'inconvénient de s'être aventuré dans le domaine du cinéma hollywoodien à gros budget, pour Steven Seagal, c'est qu'il a dû partiellement sacrifier ce qui fait sa spécificité au cinéma, l'aïkido et le sabre, au profit d'une action plus "classique", qui sans être ratée n'est pas franchement très originale ni à couper le souffle. Il y a quand même quelques "belles" exécutions mais pour tout dire je suis même un peu déçu que le métier de cuisinier du personnage n'ait pas été incorporé à son style de combat, j'aurais bien aimé le voir étaler un adversaire à coups de presse-purée, de hareng ou de coupe-raviolis. Du coup, Piège en haute mer ne parvient pas vraiment à se hisser au rang des meilleurs représentants du genre. C'est un bon film d'action mais pas un grand film d'action. Pour un amateur de série B ça reste une acquisition intéressante et pour un fan de Seagal c'est l'occasion de le voir dans autre chose qu'un produit bas-de-gamme ; je ne dis pas qu'il faudra casser sa tirelire pour l'édition Blu-Ray qui sort en janvier, mais en DVD pas cher ça vaut le coup.

Partager cet article

Repost 0
Published by Toxic - dans Action
commenter cet article

commentaires

Rico Balboa 10/11/2013 12:29


Non, c'est pas un tort, juste une particularité. Faut le savoir et maintenant je le sais. La lecture de la chronique ne laisse pas de doute sur le fait que tu le considère comme un bon film, le
reste c'est juste des étiquettes. 


Pour ce qui est de la carrière de Seagal, j'avoue que j'ignorais les scores de ses films et c'est vrai qu'il n'a pas plongé direct dans les trucs moisis tournés au rabais dans les pays de l'est,
mais je me souviens qu'à l'époque "Terrain miné" avait sérieusement entammé sa crédibilité chez moi et mes potes qui étions bien fans pourtant. Après être allé le voir en salle, en sortant on
trouvait qu'il avait pris un coup de vieux avec sa veste à franges et son message bidon en fin de film. On lui a accordé le bénéfice du doute, c'est Seagal quand même, mais "Piège à grande
vitesse" ne nous a pas vraiment rassurées. Et alors après... C'est pour ça que j'associe le début de la fin à "Terrain miné".

Rico Balboa 10/11/2013 11:55


Le meilleur Seagal sans l'ombre d'un doute, même si j'aime aussi beacoup "Désigné pour mourrir". Je te trouve un peu dur de le cantonner à de la série B par contre, pour moi c'est typiquement le
genre haut du panier de la série B qui tutoie le bas de la série A. Le genre de truc qui brouille les frontières et qu'on peut mettre un jour en première division, le lendemain en deuxième selon
son humeur du moment. Je l'ai revu plusieurs fois et je continue à plutôt le considérer comme un très bon film de cette époque durant laquelle Stallone se fourvoyait (pour peu de temps
heureusement) dans des comédies minables et Willis après le sous estimé "Dernier samaritain" faisait de même. Heureusement que Seagal était là pour tenir la barre (humour maritime). Par contre,
dès le film suivant, c'est vrai que la carrière du gars à plongé profond (humour maritime encore). 


Si tu connais pas je te conseille les parodies de Seagal par Sasso :


http://www.youtube.com/watch?v=ZO25vI1slno 


ma préférée, mais il y en a plein d'autres.

Toxic 10/11/2013 12:12



J'ai tendance à classer, à tort sans doute, tout le cinéma de genre dans la "série B", même quand c'est très bien fait et avec beaucoup de pognon. Comme de toutes façons c'est le cinéma que je
préfère, je ne vois pas ça comme un jugement péjoratif. C'est plus un terme que j'emploie quand j'écris pour éviter de répéter trop souvent "cinéma de genre", "cinéma d'action"...
Pour Seagal, sa carrière n'a pas plongé tout de suite, il a fait encore cinq gros films dont deux gros succès (Piège à grande vitesse et Ultime décision) avant de partir faire
du direct-to-video.



Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur