Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 08:31

RazorbackPrès de 40 ans après Les Dents de la mer, les studios comme The Asylum en sont à aller inventer des Sharknado et des Sharktopus pour continuer à vendre du requin tueur, mais dans les années 70 et 80, les producteurs qui voulaient profiter du succès du film de Spielberg ne puisaient pas de nouvelles espèces de squales mutants dans l'imagination de scénaristes toxicomanes, ils trouvaient un autre animal dangereux à mettre en scène. D'abord il y a eu les orques, les piranhas, les crocodiles et alligators, et puis ils sont passés sur la terre ferme, avec des serpents, des grizzlys... En Australie, quand ils ont décidé de faire leur version du film d'animal tueur, ils auraient pu céder à la facilité et en revenir aux requins, mais ils ont préféré l'originalité et choisi le "razorback", un cochon sauvage carnivore.

Le prologue montre l'attaque d'une énorme bête capable de défoncer les murs pour aller chercher sa pitance, et qui enlève ainsi un bambin confié à son grand-père. Ce dernier se retrouve accusé du meurtre, personne ne croyant à son histoire d'intrusion d'un sanglier géant dans la chambre du petit, mais il est acquitté faute de preuve. Quelques années plus tard, le vieil homme est devenu un chasseur qui traque sans répit tout ce qui ressemble à un porc à travers le bush (et non pas à Bush mangeant des travers de porc). Une journaliste new-yorkaise venue enquêter sur le braconnage des kangourous dans la région se retrouve à son tour victime du gros ongulé, même si la version officielle est qu'elle est tombée dans un puits de mine. Son mari se rend à son tour en Australie pour en avoir le coeur net, et après avoir appris la vérité par le vieux chasseur, va se retrouver embrigadé dans la lutte contre le terrible razorback.


Razorback 03Le monstre, qui ne fait que de rares et brèves apparitions,
et se révèle plus crédible que bien des créatures numériques modernes.

Je ne me rappelais pas grand'chose de Razorback. En fait, j'en gardais surtout le souvenir d'une époque plutôt que du film lui-même, celle des vidéoclubs où t'allais demander au gérant ce qu'il comptait faire de son affiche de Critters quand il déciderait de la remplacer par celle d'un film plus récent, celle des deuxièmes parties de soirées le samedi sur Canal, où l'on découvrait des séries B aussi diverses que Paperhouse, Puppet Master, Darkman ou Le Retour des morts-vivants 3. Du coup, je suis bien content de l'avoir redécouvert, parce que figurez-vous que c'est pas mal, malgré ce qu'on pourrait craindre de Russell Mulcahy, qui en dehors du premier Highlander n'a pas vraiment signé beaucoup de films réussis (on lui doit entre autres le pire épisode du Roi Scorpion), ou d'une histoire de méchant cochon, dans la mesure où ce n'est pas vraiment une bestiole terrifiante en soi (même si Chuck Norris utilise sa viande comme instrument de torture). L'exploitation de formules éprouvées, ça donne certes pléthore de machins insipides voire nuls, mais ça peut aussi être une base solide pour du bon cinéma de genre, et si Razorback ne réinvente pas le film d'animal tueur, il parvient néanmoins à tirer son épingle du jeu en copiant intelligemment son modèle tout en sachant s'en démarquer quand il le faut.


Razorback 01Le film n'est pas très sanglant, et mise surtout sur son ambiance, avec ses nuits toujours brumeuses
sur lesquels se découpent des silhouettes inquiétantes...

Razorback 02...et ses paysages de fin du monde.

Les apparitions de la créature sont d'autant plus efficaces qu'elles sont utilisées avec parcimonie, et le robot animatronique qui lui donne vie est plus convaincant que les images de synthèse modernes (ou que son "fils spirituel de Pig Hunt, sorti 25 ans plus tard). Et ses cris furieux en font une présence oppressante même quand elle n'est pas à l'écran, comme un équivalent "barbare" du thème musical composé par John Williams pour Les Dents de la mer. Le film a, dans l'ensemble, un côté sauvage, brut, avec ses ploucs dégénérés dans leur camion hérissé de pointes qui semblent tout droit sortis d'un Mad Max, et ses déserts arides jonchés de carcasses. Les décors sont apocalyptiques, cauchemardesques, aussi bien grâce au choix des lieux (comme une conserverie infestée de rats) qu'au superbe boulot du chef op (celui des Mad Max). Si l'on ajoute quelques petites touches de bizarrerie (un des tarés qui entonne la chanson-phare de The Wiz, les hallucinations du héros, ou même simplement sa décision de rentrer chez lui une fois fixé sur le sort de sa femme) (ben oui parce que normalement dans les films, même si l'assassin de ta femme est une bête sauvage et pas un criminel, tu es tenu de te venger) on obtient un résultat qui à défaut de génie, ne manque pas de caractère.


Razorback 04Le chasseur (entr'aperçu dans Peter Pan ) aurait mérité un plus grand rôle,
le personnage du citadin veuf n'étant malheureusement pas très intéressant.


Razorback est assez comparable à Pumpkinhead : pas vraiment un classique qu'on revisitera tous les ans, mais un bon petit film d'horreur qui a de la gueule et qui compense ses faiblesses (comme un scénario un peu léger) par des qualités qui le placent nettement au-dessus de la médiocrité de beaucoup de films du même genre. Certains vous diront que "ça a vieilli" ; je suppose qu'ils veulent dire par-là qu'on voit bien que ça a été tourné par des gens qui avaient l'amour du travail bien fait, pas comme aujourd'hui. Ca se trouve facilement à 3€ et pour quelqu'un qui cherche quelques films de monstres potables pour sa soirée d'Halloween, ça les vaut largement.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rico Balboa 09/11/2013 12:56


"apparemment y avait
des mecs au taquet, qui mettaient une option dessus dès l'arrivée d'une nouveauté" I plead guilty


.Delta video... et Vestron, ça en
a animé des soirées entres potes.



Rico Balboa 08/11/2013 23:13


La vache, Razorback, ça nous rajeunit pas. Je ne crois pas l'avoir revu depuis sa sortie mais j'en garde un souvenir très moyen, de chasseurs de kangourous nocturnes et de méchant sanglier pas
franchement effrayant ni passionnant. Faudrait peut être que je le revoie. 


Par contre +1000 pour le coup des affiches de vidéo club, je garde encore une affiche terrible du Punisher (celui avec Dolph Lundgren), une effigie quasi taille réelle en carton de Stallone en
Judge Dredd (film assez merdeux mais chouette dégaine), une autre de Snipes en Blade, le tout récupéré dans mon vidéo club... c'était le bon temps, entre vieillards, il faut se soutenir. Et se
souvenir. 

Toxic 09/11/2013 11:57



Le mec de mon vidéoclub m'a rarement donné des bons trucs... Soit c'était "désolé quelqu'un l'a déjà réservé" (apparemment y avait des mecs au taquet, qui mettaient une option dessus dès
l'arrivée d'une nouveauté !), soit "non celle-ci je dois la renvoyer à l'éditeur"... Il finissait par me donner les trucs minables de chez Delta Vidéo histoire de dire qu'il donnait quelque
chose. J'ai récupéré un ou deux trucs chouettes quand même, mais il doit rien me rester aujourd'hui de toutes façons.



Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur