Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 07:15

San-AntonioComme le Godzilla d'Emmerich, San-Antonio fait partie de ces films que j'avais plutôt bien aimés en allant les voir à leur sortie en salles, pendant que le reste du monde chiait copieusement dessus. Du coup, et même si le fait que je ne m'en souvienne déjà plus tant que ça (alors qu'il n'est pas si vieux) aurait dû être signe qu'il n'était peut-être pas très réussi finalement, celui-ci aussi j'ai voulu le revoir, pour être sûr.

Le film reprend la quasi-totalité des personnages principaux de la série de romans (il manque Marie-Marie et quelques autres) pour une enquête inédite (qui emprunte néanmoins quelques éléments à La Fête des paires). Pour ceux qui ne connaitraient pas du tout, San-Antonio est officiellement commissaire de police et concrètement un genre de James Bond français, un super-agent super queutard mandaté par le ministère de l'Intérieur pour accomplir des missions impossibles de la plus haute importance. Il travaille en marge de la loi, selon ses méthodes, avec son équipe, pour arrêter des terroristes, des savants fous ou des anciens nazis. Dans cette aventure cinématographique, il se fait virer après avoir involontairement favorisé l'enlèvement d'un ambassadeur. Remplacé par son adjoint incapable, l'inspecteur Bérurier, il est néanmoins vite appelé à reprendre du service lorsque le Président de la République lui-même disparaît à son tour. Persuadé que les deux affaires sont liées, San-A se lance sur la piste de ce mystérieux gang de kidnappeurs qui n'a émis ni revendication, ni menace, ni demande de rançon.


San Antonio 01

En théorie, on les dirait nés pour incarner le plus célèbre duo de flics français.
En pratique, on devine qu'ils se sont aussi peu amusés à faire le film que nous à le regarder.

 

En surface, le film de Frédéric Auburtin (Un pont entre deux rives, Envoyés très spéciaux...) a les ingrédients d'une chouette adaptation. Les acteurs, par exemple, sont tous théoriquement d'excellents choix. Lanvin en San-Antonio, Depardieu en Béru, franchement, qui aurait pu faire mieux ? Jérémie Rénier en Toinet, Eriq Ebouaney en Monsieur Blanc, Luis Rego en Pinaud, Galabru en Achille, là encore sur le papier c'est parfait. Dans les faits, les personnages secondaires sont trop nombreux pour contribuer de façon significative, donner une vraie saveur à leur personnage, chacun n'ayant que quelques minutes de présence à l'écran, mais surtout, les deux vedettes ont l'air de regretter d'être là. Il faut dire aussi qu'on ne leur a pas donné des dialogues bien brillants à jouer. Certes, on retrouve un peu du parler de Bérurier, de l'argot de Frédéric Dard, quelques bons mots, mais dans l'ensemble c'est assez plat. Quand San-Antonio sort que "Avec moi les conneries ça va une fois, deux fois bonjour les dégâts", ou qu'il rétorque "peau d'lapin, la maîtresse en maillot d'bain" à un adversaire qui lui dit "haut les mains", on ne peut pas dire que ça soit particulièrement percutant ou savoureux.


San Antonio 02

A vouloir mettre en scène tous les adjoints du commissaire, le film ne parvient pas
à rendre au moins un personnage secondaire vraiment mémorable.

 

Au moins, l'ennui qu'on peut déceler chez Lanvin peut à la rigueur passer pour le côté blasé de son personnage. Depardieu semble pour sa part vraiment éteint, débite poussivement ses répliques avec l'air de se demander s'il est encore dans un Astérix et s'il va bientôt pouvoir retourner comater dans sa caravane. Dans quelques scènes il se réveille un peu (et on a alors l'impression qu'il improvise, mais sans trop d'inspiration), mais la plupart du temps on est assez loin du gros rustre jovial et exhubérant qu'un lecteur des bouquins s'attend à voir. Alors après, je vais pas faire l'intégriste qui exige une fidélité absolue à l'oeuvre d'origine, et si le metteur en scène a choisi de ne retenir de Béru que le fait que c'est un mou du bulbe qui aime besogner les soubrettes, c'est son droit, mais le résultat n'est pas franchement drôle ou intéressant. Lui aussi est desservi par des dialogues quelconques, et il faut bien le dire aussi, un certain manque de situations comiques.


San Antonio 03A moins que les violences policières ne vous fassent hurler de rire,
San-Antonio est plutôt pauvre en gags.

Car hélas, il ne se passe pas grand'chose de vraiment drôle dans San-Antonio. L'enquête est banale, les rebondissements sans grande imagination. Ca manque de moments incongrus, de fantaisie. Le scénario a probablement été rendu pas fini le premier jour du tournage, les trous ont été bouchés avec des péripéties inutiles (l'enlèvement de Toinet, par exemple), des invraisemblances même pas drôles (une plaque d'immatriculation de scooter suffit à remonter jusqu'à la banque suisse qui finance les kidnappeurs...). On pourra se consoler en se disant qu'au moins ça progresse sans trop de temps morts mais c'est quand même super brouillon et paresseux. Alors, vous me direz que dans une comédie policière il ne faut pas forcément s'attendre à une intrigue hyper bien ficelée mais s'il n'y a pas non plus de bons gags et que les quelques scènes d'action sont plutôt molles, on se demande ce qu'il reste pour sauver un peu les meubles.


San Antonio 04Quelques poursuites en voitures assez insipide et une séquence façon James Bond du pauvre
ne suffisent pas à détourner l'attention d'un scénario qui ne tient pas debout.

Les romans étant comiques à la base, le réalisateur et le scénariste se seraient probablement encore plus vautrés s'ils avaient tenté le genre de détournement de personnage que Michel Hazanivicius réussirait quelques années plus tard avec les OSS 117. Et si l'on peut apprécier qu'ils n'aient pas tenter de "moderniser" les facettes les moins reluisantes du personnage, il faut reconnaître que sans la verve et l'humour de Frédéric Dard, la pilule a un peu de mal à passer. La tendance du tandem de héros à tabasser les suspects pour les faire avouer, leur machisme invétéré sont ici à accepter comme "charmants" au premier degré ; même moi qui suis fan des livres, j'avoue que ça m'a un peu fait grincer des dents. Bon, oui, ok, au début c'est rigolo de voir Lanvin et Depardieu séduire toutes les femmes qu'ils croisent d'un simple regard, les bourgeoises pour l'un, les bonniches pour l'autre. Mais quand on finit par se rendre compte que tous les personnages féminins du film (à l'exception des deux "méchantes") n'existent que pour se pâmer ou se faire troncher, sans aucune incidence sur le scénario, on a un peu de peine pour les actrices qui les incarnent et un peu de mal à croire que le film ne date que de 2004.


San Antonio 05Vanessa Guedj et Delphine Zentout sont cantonnées à des rôles muets,
Cyrielle Clair est à genoux en train de turluter le beau commissaire 1mn30 après son entrée en scène,
et il y avait sûrement un personnage prévu pour Barbara Schulz mais le scénariste a oublié de l'écrire.


Alors voilà, une fois de plus, je m'étais trompé. Non, San-Antonio n'est pas un chouette film injustement décrié. Je ne saurais pas dire si c'est une meilleure adaptation que les deux films de Guy Lefranc avec Gérard Barray et Jean Richard (que je suis assez curieux de revoir, du coup), mais ça n'est clairement pas une réussite. C'est pas la plus indigente ou insupportable des mauvaises comédies françaises de ces dix dernières années, mais c'est vraiment pas très drôle, assez ringard, platement joué et mal écrit. Ca m'a coûté que 3€ et c'était médiocre mais pas insupportable, ça va, y a pas mort d'homme, mais que vous soyez fan inconditionnel, lecteur occasionnel ou complètement indifférent à la série de romans éponyme, il vaut vraiment mieux éviter le film.

Partager cet article

Repost 0
Published by Toxic - dans Goleri
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur