Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 07:27

Sang pour sang extremeDans le genre "jaquette mensongère", en voilà une qui fait fort. Ni le nom ni le visage de l'acteur principal n'apparaissent sur l'image, et l'ex-espoir des mixed martial arts Kimbo Slice est mis en avant comme la vedette du film alors qu'il doit avoir 5 minutes de présence à l'écran en tout. Bon, par contre, le logo du sponsor Tapout apparaît presque aussi gros que le titre, et ça c'est assez honnête, puisqu'à la manière de La Vengeance de Morsay, dont presque tous les personnages et figurants arborent des sapes Truand2lagalère tout le temps, Sang pour sang extrême n'a pas vraiment été d'une grande subtilité dans son "placement de produit" et a revêtu la quasi-totalité du casting des fameux t-shirts pour gros qui veulent avoir l'air musclés. A part ça, on sent aussi que l'éditeur DVD espère se distinguer des ouatmille autres titres sur les MMA sur le marché en vendant celui-ci comme le film "officiel" de l'Ultimate Fighting Championship, et c'est vrai que pour une fois au lieu d'un seul ex-champion on a droit à toute une brochette de combattants de l'UFC à l'affiche, mais c'est en fait une modeste production à budget super restreint qui essaie de faire passer des combats en studio devant vingt personnes pour un championnat du monde.

Le scénario ne brille pas par son originalité : Colin "The Brick" Wahle, champion poids-lourds de baston en cage, vient de défoncer un nouvel adversaire et n'est plus qu'à une victoire du record d'invincibilité de son prédécesseur, Dalton Hunt. La promotrice des combats voit l'occasion rêvée d'un beau coup médiatique : tirer Hunt de sa retraite et organiser un match entre lui et le "Mur de Briques". Dalton s'est juré qu'il avait définitivement raccroché les gants suite à un accident sur le ring qui a laissé son meilleur ami paralysé, mais les manoeuvres sournoises de son ex-patronne finissent par le pousser à reprendre le chemin de l'entraînement, auprès d'un coach anticonformiste... Comme vous pouvez le constater, presque tout est repompé aux Rocky : un champion en quête d'un bon coup de pub comme dans le 1 et le 6, qu'on accuse de ne devoir son succès qu'aux adversaires minables qu'on lui a offert en pâture comme dans le 3, le 5 et le 6 ; un vieux briscard qui a raccroché les gants mais qui sort de sa retraite parce qu'il a besoin de thunes comme dans le 2 et le 5, et aussi pour voir si le petit jeunot est réellement meilleur que lui comme dans le 6 ; un gentil qui s'entraîne dans la nature pendant que le méchant se prépare comme une machine comme dans le 4... Pour l'originalité, on repassera.


Sang pour sang extreme 01

Réalisateur de clips, Daniel Zirilli sait filmer lisiblement l'action
sans chercher à "faire l'Auteur", mais ça n'en fait pas un grand cinéaste pour autant.


Le début est pourtant un peu prometteur, en tout cas pour quelqu'un qui aime la castagne cinématographique et dont la dernière expérience en matière de "film de MMA" fut Warrior avec Tom Hardy et ses combats atrocement filmés. Ca s'ouvre directement sur des bourrins qui se mettent des baffes et, miracle, le réalisateur a filmé l'affrontement comme s'il voulait que le spectateur devant sa télé puisse voir ce qui se passe. Oui, logiquement ça devrait être la norme plutôt que l'exception mais bon mais ça se fait tellement rare de nos jours, de pouvoir voir ce qui se passe dans un film d'action, que ça mérite d'être souligné. A part ça, Heath Herring est raisonnablement convaincant en méchant pour un non-acteur (plus que le mannequin Bai Ling, qui pourtant fait l'actrice depuis des années, et joue ici l'organisatrice des combats), et à défaut d'un grand charisme, Tony Schiena a ce côté "Thomas Jane du pauvre" qui le rend potable en bagarreur vieillissant retourné à une honnête vie de "col bleu". Mais on déchante vite, parce que Sang pour sang extrême ne tarde pas à enclencher le mode "pilote automatique" et à se contenter d'aligner un par un toutes les ressorts les plus usés du genre.


Sang pour sang extreme 05

Warrior avait au moins de belles performances d'acteurs
et des personnages un peu consistants, ce qui n'est pas trop le cas ici.


Le film semble ne jamais essayer de surprendre, il donne même presque l'impression de viser spécifiquement un public qui se satisfera d'avoir deviné tous les rebondissements à l'avance. Dès qu'on voit le copain en fauteuil roulant on sait qu'il va se faire tabasser par le méchant 20 minutes avant la fin pour déstabiliser le héros avant le match. Dès qu'on voit l'ex-femme et sa fille on sait qu'elles vont être utilisées comme moyen de pression pour lui faire accepter le combat. Dès que le héros commence à s'embrouiller avec un costaud dans un bar on sait que d'ici la fin du film il aura gagné son respect en lui mettant une branlée. Toutes les prédictions se réalisent, jusqu'à celles qui concernent les scènes de cul, ainsi dès qu'on voit qu'une masseuse s'apprête à s'occuper de Bai Ling on sait que leur relation ne va pas rester strictement professionnelle et que ça va dévier en "broute-mi et broute-moi sont sur une table de massage".


Sang pour sang extreme 02La squelettique asiatique de Taxi 3 n'a clairement
pas été embauchée pour son talent d'actrice...

 

Alors c'est vrai que ces films sont de toutes façons tous construits sur des schémas très similaires. Mais les bons parviennent quand même à se donner une personnalité d'une façon ou d'une autre. Sang pour sang extrême, hélas, ne fait quasiment aucun effort dans ce domaine : non seulement il ne met en scène à peu près aucune situation inédite, mais en plus les personnages sont fades, les dialogues sont plats... Le coach-cowboy a beau mettre le paquet sur l'accent texan pour faire pittoresque, entre des répliques aussi inspirées que "il cogne fort, t'as qu'à le cogner plus fort" et sa pseudo-légende japonaise absurde censée donner au héros la clé pour vaincre son adversaire (et dont la morale est en gros "si tu as mille ennemis, combats-les avec mille sabres", vraiment ça aide vachement quand, en plein match, il conseille à son poulain "empoigne tes mille sabres !"), il ne risque pas de rejoindre Maître Miyagi et Mickey Goldmill au panthéon des entraîneurs de champions de cinéma.


Sang pour sang extreme 03

Le plus curieux finalement ce ne sont pas tant les méthodes de l'entraîneur
que le fait qu'un ancien sportif de haut niveau ait l'air de considérer comme
injuste et insurmontable de devoir fournir de gros efforts physiques pour être en forme.

 

Et puis, donner un enjeu un peu plus important au combat final n'aurait pas été du luxe non plus. Sans ça et faute de personnages plus intéressants, il manque quelque chose pour qu'on se sente vraiment impliqué dans l'histoire. Après tout, ici, que le héros gagne ou perde, il touchera quand même l'argent dont il a besoin pour sa famille. Et il n'a pas l'air spécialement motivé par l'idée de relancer sa carrière ni protéger son record. Et le budget minable n'arrange rien, on sent bien que tout ça se passe plutôt au niveau "honneur régional", pas qu'on assiste au choc des deux plus grands champions du monde de la discipline. Il faut dire aussi que l'acteur principal, sans être complètement risible quand il se bat, est quand même très limité.


Sang pour sang extreme 04

Cela dit, il est moins limité comme castagneur
que Kimbo Slice comme acteur...

 

Je vais peut-être pas épiloguer beaucoup plus longtemps sur un film de tatane, vous aurez compris que celui-ci est pas très bon. C'est assez plat, assez beauf (l'accumulation de plans nichons et de scènes de cul soft, si elle n'est pas totalement inattendue dans ce type de film, le place plutôt dans la catégorie des couillonnades pour adolescents que des films de sports de combat "sérieux" comme Fighter ou Rocky), ça a le mérite de ne pas être trop débile et d'être réalisé, disons, "proprement", mais ça n'en fait pas un film intéressant pour autant, les fans de l'UFC préféreront probablement voir leurs idoles en action dans de vrais combats que là-dedans. Même si ça se trouve pour pas très cher (je l'ai eu à 5 €) et que ça n'est pas le pire film de MMA qui soit, ça ne vaut vraiment pas le coup d'oeil.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur