Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 08:10

Shark Week Beach Shark Jurassic SharkCette année encore, en guise de soldes DVD les supermarchés achètent des stocks de films moisis au spécialiste de l'édition bas-de-gamme Zylo pour les fourguer à vil prix. Et comme chaque année je sais que ça va être nul mais comme un brave con j'en achète quand même quelques-uns par curiosité parce que bon, allez, c'est que 1 ou 3€, c'est pas cher. Cette année j'ai même fait exploser le budget avec un coffret de 3 films à 10€ sur le thème de nos amis les requins tueurs.

Le premier du lot est un film Asylum qui rompt un peu avec leur habitude de produire soit des copies à tout petit budget de gros films hollywoodiens soit des histoires d'animaux monstrueux improbables. Shark Week est en effet un mélange incongru de Saw avec un film de squales. Un richissime psychopathe surnommé Tiburon (ça veut dire "requin" en espagnol) a fait enlever huit personnes désormais prisonnières de son île. Tout comme Jigsaw, il leur propose de "jouer à un jeu" qui consiste à tenter de survivre à une série d'épreuves sadiques, sauf qu'ici, le thème n'est pas "vos péchés seront votre punition" mais "des poissons mangeurs d'hommes seront votre punition". Oui du coup c'est un peu moins malin et varié certes, mais moins donneur de leçons aussi, ce qui est appréciable. Evidemment, en cours d'aventure, les participants s'avouent les uns aux autres qu'ils n'ont pas été kidnappés par hasard : Tiburon a quelque chose à reprocher à chacun, et compte se venger d'eux en les faisant dévorer par ses bestioles.


Shark Week 03Même pour une scène comme ça, de nos jours les films à petit budget
ne veulent même plus se payer un pauvre requin en caoutchouc
et font tout par ordinateur, c'est vraiment triste.


Sur le papier l'idée tient à peu près la route, dans les faits elle est complètement massacrée par l'extrême pingrerie de ce studio de clochards et le rien-à-branlisme du simili-réalisateur Christopher Olen-Ray (Almighty Thor). On reconnaît une recette typique des machins destinés à la chaîne Syfy, mais le mot d'ordre sur ce tournage-ci devait être quelque de l'ordre de "essayons de faire pareil que d'habitude mais pour encore moins cher et voyons si on arrive à en vendre autant quand même". La majorité des rôles est comme toujours tenue par des aspirants acteurs de leur cheptel habituel, le genre serveur ou mannequin qui essaie désespérément de percer à Los Angeles, mais pour économiser sur les frais de transport ils ont aussi donné des rôles à des gens comme leur maquilleuse. Il y a comme toujours deux has been recrutés pour avoir des noms un peu connus au générique, ici Patrick Bergin et Yancy Butler, mais ils ont l'air d'avoir bu tout leur salaire avant le tournage et d'avoir bouclé toutes leurs scènes en une journée, dont les trois quarts dans leur chambre d'hôtel. Les effets spéciaux sont plus indigents que jamais, les héros sont censés être filmés et contactés en permanence par leur tortionnaire mais on ne voit jamais une caméra ou un haut-parleur dans le décor parce que les accessoires ça coûte cher.


Shark Week 01Annie Girardot et Renaud Yancy Butler et Patrick Bergin
méritaient bien d'être cités comme vedettes du film sur la jaquette, leur performance fait vraiment rêver.


Le scénario se contente de répéter la même séquence autant de fois que nécessaire pour se débarrasser de tours les personnages, ils reçoivent l'ordre d'aller dans une grotte affronter un requin, ils y vont, l'un d'eux se fait manger pendant que les autres tuent la bête, ils ressortent de la caverne, ils décident qu'il est temps de dormir, ils se réveillent et reçoivent l'ordre d'aller dans une autre grotte, etc. De temps en temps il y a un rebondissement bidon, comme quand ils tombent sur un champ de mines sur la plage et que, au lieu de simplement contourner l'obstacle (rien ne les empêche de s'éloigner de la plage), ils décident de le traverser. Mal écrit, mal filmé, mal joué, le résultat a parfois des airs de bricolage à la Ed Wood, sauf que ça n'est pas vraiment très drôle ni charmant. Je me suis pas mal ennuyé devant et je pensais vraiment que ce serait le pire film du coffret avant de passer aux autres. La suite allait me donner tort, mais ça n'enlève rien au fait que Shark Week est extrêmement mauvais.


Shark Week 02Allez, on reste dans le champ de mines, ce serait de la triche de dévier pour se mettre à l'abri.


Plutôt comparable à un Piranha 3D qu'à un film d'horreur sérieux, Beach Shark se trouve également sous le nom Les Dents de la plage. Corin Nemec, qui a pris quelques rides depuis Parker Lewis ne perd jamais, joue Jimmy Green, un promoteur de spectacles un peu escroc sur les bords qui espère s'enrichir en organisant un festival de musique censé rameuter en masse les étudiants pour le "spring break" dans une petite station balnéaire habituellement désertée par les touristes. C'est évidemment le moment que choisissent des requins monstrueux pour attaquer, mais leurs premières victimes laissent les autorités perplexes : quelle créature a bien pu dévorer ainsi des gens sur la terre ferme ? Les méchantes bestioles ont en effet une particularité pour les moins étonnante : elles sont capables de nager sous le sable ! Une experte en biologie marine (jouée par la fille du catcheur Hulk Hogan) tente d'aider le shérif à empêcher un massacre, mais Jimmy Green a décidé que son festival aurait lieu coûte que coûte, et le bilan s'alourdit de jour en jour.


Beach Shark 01La carrière cinématographique de Brooke Hogan est, comme sa carrure, digne de son papa.


En général j'apprécie qu'un film sache exploiter une idée débile sans en faire des tonnes pour avertir son public que c'est une blague. Mais pour le coup je pense que Beach Shark aurait gagné à aller plus loin dans la grosse déconne, parce que là, on est dans une espèce de semi-parodie qui ne fonctionne pas tout à fait. Le résultat est largement plus regardable et moins fauché (même si le super concert avec son public de 30 figurants trahit les limites du budget encore plus sûrement que les effets spéciaux médiocres)
que le film précédent, et donne moins l'impression d'avoir été baclé en trois jours par un fumiste, mais malgré quelques moments rigolos, ça ne vole quand même pas bien haut. En tout cas, les dialogues ne sont clairement pas assez drôles (enfin, je ne juge que d'après la VF, vu que ces trois DVD ne proposent rien d'autre) pour que le film puisse se permettre d'être aussi bavard, et un peu plus d'action à la place du blabla aurait été bienvenu. Dans l'ensemble, c'est médiocre mais pas trop affligeant. Ou alors c'est qu'après Shark Week, n'importe quoi de moins minable paraît soudain meilleur qu'il n'est. Je ne sais pas. Bon en tout cas j'ai pas souffert devant.

 

Beach Shark 02Au moins le film a quelques vrais acteurs dans les rôles principaux et quelques jolies nanas.
Shark Week ne peut hélas pas en dire autant.


Le dernier film est un faux long métrage puisqu'il dure à peine plus d'une heure ; pour atteindre péniblement les 75 minutes, il y a un générique de fin au ralenti de près d'un quart d'heure. Charles Band aurait pu être fier, mais même lui aurait probablement honte de voir son nom associé à un truc pareil. Avec son titre Jurassic Shark, il laisse espérer une créature originale dans la veine de Dinoshark, mais le monstre est juste un gros requin banal, en images de synthèse pourraves comme il se doit. Libéré par des forages pétroliers sur une île au milieu d'un lac, il se met à manger les baigneuses qui s'aventurent dans les environs. Un groupe de jeunes venus enquêter sur les forages se heurte à un gang de voleurs en fuite et blablablabla, écoutez, honnêtement, on s'en bat les steaks, l'intrigue est complètement idiote et inintéressante et on voit bien que même le réalisateur s'en foutait. Il y a une île, il y a un lac, il y a un requin, il mange les gens, voilà.


Jurassic Shark 02Eh non, l'animal qui donne son titre au film n'a rien à voir avec un tyrannosaure.


Plus miteux encore que Shark Week, Jurassic Park est un film semi-amateur qui semble avoir été financé pour 200 dollars canadiens, probablement par le brasseur local dont le logo et les produits apparaissent plusieurs fois à l'écran, une connerie faite entre potes comme prétexte pour aller s'amuser à la plage et qui se retrouve on-ne-sait-comment en circulation sur le marché du DVD. Un nanardeur acharné pourra sourire face à quelques moments particulièrement absurdes, comme quand les filles s'endorment en forêt et se réveillent au bord de l'eau, où quand les voleurs parviennent à contacter par talkie-walkie leur complice qui n'en a pas, où quand le type doit rejoindre une fille qui se trouve quelques mètres plus loin sur la plage et décide pour ça d'aller dans l'eau au lieu de marcher sur le sable (et se fait bouffer par le requin, bien entendu). Mais c'est peu de chose, et cet assemblage maladroit de rebondissement improvisés autour d'un scénario d'une demi-page paraît interminable tant c'est mollasson, ennuyeux et mal foutu.


Jurassic Shark 01L'ambition du réalisateur se limitait vraisemblablement à trouver une excuse
pour filmer ses copines en maillot de bain.


En résumé, on a donc deux séries Z imbitables qui n'ont pas de quoi mériter le label "nanar", et un petit téléfilm crétin à peu près potable mais sans plus. Rien dans ce coffret qui ne justifie de claquer 10 euros ; à côté de ça, les packs de chez Antartic ont l'air d'achats raisonnables. Si vous trouvez Beach Shark tout seul, ça peut à la rigueur valoir une dépense d'1€ mais pas plus, et le mieux est encore d'attendre un passage télé sur les chaînes spécialisées dans ce genre de couillonnade. Vivement que les soldes soient finies, que ce genre de daube retourne aux oubliettes pour six mois.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur