Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 09:01
Si vous hantez les bacs DVD des Cash Express à la recherche de merdouilles à 1 € pour rigoler un peu, vous y avez sûrement déjà vu traîner quelques dizaines d’exemplaires de Soldat cyborg. A force, ça rend curieux. Bien sûr on se doute que si c’était un bon nanar, il serait prisé par les collectionneurs et pas si facile à trouver, mais qui ne tente rien n’a rien. Fort de cette constatation, j’ai donc lâché ma piécette pour repartir avec l’un des 463 Soldat cyborg de la boutique dans mon sac et vérifier par moi-même si on avait plutôt affaire à un téléfilm pouilleux sans le moindre intérêt ou à l’un de ces mauvais films sympathiques vantés par les joyeux drilles de Nanarland.

L’histoire semble vaguement inspirée de RoboCop : Norton Cyberdyne (oui, Cyberdyne comme dans Terminator), une entreprise spécialisée dans la cybernétique, a mis au point un super soldat synthétique. Pour évincer l’attaché de presse de la société et prendre sa place, car c’est bien connu que c’est la place la plus enviée dans une boîte, un cadre de Cyberdyne va libérer un prototype de super soldat, parce que c'est vrai aussi qu'il n'y a pas de moyen plus simple et discret d'assassiner quelqu'un que de faire appel à une mystérieuse créature incontrôlable.

Evidemment, la machine à tuer de service entreprend immédiatement de faire son boulot, c'est-à-dire d'éliminer presque tout le monde sur son passage. Nommé Syngenor, un nom qui sonnerait pas trop mal pour un médicament contre la fatigue mais pas terrible pour un monstre de cinéma, le cyborg parvient à s'échapper des locaux de Cyberdyne, à la surprise de son libérateur qui ne pensait pas qu'un super-robot-soldat-du-futur puisse utiliser une technologie aussi compliquée qu'un ascenseur. Syngenor retrouve le savant qui l’a mis au point et décide de l'éliminer, avant de s’en prendre à sa nièce qui parvient néanmoins à s’échapper en lui lançant un pot de fleur à la tête avant d'utiliser le bon vieux coup du spray de laque combiné à un briquet (apparemment même les jeunes filles non-fumeuses conservent quand même un Zippo dans leur salle de bain pour les cas d'urgence).

Un film courageux, qui n'hésite pas à
désigner clairement les ennemis de l'Amérique.

Tandis que la demoiselle décide d'enquêter avec l'aide d'un journaliste sur ce qui se trame à Cyberdyne pour élucider le meurtre de son oncle, le patron de la boîte devient fou petit à petit à force de s'injecter une substance verte mystérieuse, et du coup ses employés en profitent pour comploter encore plus, parce que devenir attaché de presse c'est bien, mais remplacer le grand chef c'est encore mieux. Mais il y a d'autres Syngenors enfermés au sous-sol et ceux-ci se retrouvent libérés à leur tour (ils ne sont toutefois pas aussi malins que le 1er puisqu'ils n'ont pas réussi à fuir l'immeuble), ce qui va semer la panique dans les locaux de Cyberdyne et contrarier les plans de tout le monde...

Le méchant a un jeu d'acteur tout en sobriété,
et en plus
Donnie Darko lui a tout piqué.

Acteurs grimaçants, doubleurs nazes à moitié endormis, effets spéciaux minables, costumes de monstres ridicules, scénario débile... Oui, je sais, vu comme ça, Soldat cyborg peut paraître plutôt prometteur, du bois dont on fait les nanars. Les affreux Syngenors valent leur pesant de cacahuètes c'est vrai, ce sont des types en combinaisons en caoutchouc dont le corps semble inspiré de l'Alien tandis que la tête rappelle vaguement celle d'un endosquelette de Terminator mais qui au final a plutôt l'air du
fils que la Créature du lac noir aurait eu avec Nebula. Ils se déplacent avec l'aisance du monstre de Frankenstein et gesticulent comme des méchants de Bioman quand on leur tire dessus. Censés être des soldats surpuissants et invincibles, ils ne se montrent efficaces que contre des civils désarmés à condition d'arriver à les choper par surprise au corps-à-corps, et fondent s'ils sont aspergés d'eau. Forcément, ça en fait des monstres plus clownesques que terrifiants.

Les Syngenors sont, je cite, "invulnérables à toutes les armes conventionnelles"
mais on peut quand même les abattre au fusil à pompe,
de préférence devant un empilement de cartons vides
pour rendre leur chute plus spectaculaire.

Le scénario et la mise en scène provoqueront eux aussi quelques sourires, voire des rires. Les personnages ont des motivations et réactions invraisemblables, et quasiment chaque nouveau rebondissement apporte son lot d'incohérences dont l'énormité à quelque chose d'admirable. On ne s'en étonnera pas trop quand on regardera sur IMDB le pedigree de la fine équipe aux commande de l'entreprise : à l'origine du projet, un type qui avait déjà utilisé le même monstre dans un autre film près de 10 ans plus tôt et qui s'est dit que ce serait bête de ne pas s'en resservir. Là-dessus, un autre type qui n'a jamais rien fait d'autre dans le cinéma a une vague idée d'histoire, disons plutôt la vague idée de pomper principalement RoboCop, mais aussi un peu Terminator et divers films de monstres, ensuite transformée en un semblant de scénario par un troisième type, celui qui écrirait plus tard Mortal Kombat: Destruction finale, puis filmée par un quatrième, qui avant ça faisait des vidéos pour Playboy. On sent qu'ils ont étudié quelques téléfilms d'horreur et d'action bas-de-gamme avant de se mettre au boulot puisqu'ils en ont repris pas mal de lieux communs : l'héroïne qui au début ne supporte pas le héros dragueur mais finira par coucher avec lui,
une entreprise où les seules femmes sont soit de ravissantes idiotes soit des garces arrivistes, la scène où tu crois que le monstre est caché là mais c'est juste le héros qui fait une blague, la scène où y a un bruit suspect mais et c'est juste un rat mais en fait non, y a pas seulement un rat, y a aussi le monstre,  un peu de plan nichons parce que dans un truc de deuxième partie de soirée ça mange pas de pain, ce genre de choses déjà vues mille fois.

Avec leurs bleus de travail, leurs casques de chantier customisés,
leurs armes dépareillées et leurs épaulettes en inox,
ils ont vraiment la classe
les agents de sécurité de Norton Cyberdyne.

Bon, après tout, suivre une formule n'est pas un crime, mais faute d'avoir le savoir-faire pour assembler tout ça correctement et le faire se tenir debout, nos auteurs en sont arrivés à un résultat absolument calamiteux. L'ensemble vaut hélas moins que la somme de ses éléments nanaresques (bien gratinés, pourtant) et se révèle vraiment très ennuyeux. Pour tout dire j'ai eu du mal à rester éveillé devant, et pourtant ça ne dure qu'une heure et demie et j'ai regardé ça en milieu d'après-midi, pas à l'heure de la sieste ou tard la nuit.

Même les maquettes sont minables !

Alors c'est vrai, c'était 1 € seulement, à ce prix-là je pourrais me montrer indulgent, d'autant plus que comme je l'ai dit, il y a quand même quelques moments de débilité qui font marrer. Mais il y a aussi trop de longueurs, de scènes sans le moindre intérêt, et au final c'est plus un navet chiant qu'un nanar rigolo. Pour vous le situer sur une échelle par rapport à d'autres films chroniqués ici, c'est un peu moins laborieux que Maniac ou Les Morts haïssent les vivants, à peu près aussi absurde que Death Games mais plus ennuyeux que Nemesis 2 qui est pourtant loin d'être un sommet du genre. A moins d'être complètement fasciné par ce genre de couillonnades ratées au point de vous infliger même les pires, vous pouvez garder vos 6,55957 francs.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur