Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 08:07

The ProdigiesFilm d'animation français passé plutôt inaperçu à sa sortie en salles il y a un an et demi, The Prodigies est l'adaptation du roman La Nuit des enfants-rois (que je n'ai pas lu, je précise tout de suite) de Bernard Lenteric, par un réalisateur de cinématiques de jeux vidéo (Wet, Wheelman, Tomb Raider : L'Ange des Ténèbres... décidément, le pauvre est abonné aux bides) qui signait là son premier long métrage.

C'est un genre de Carrie mâtiné de X-Men par un fan de 24H chrono, sur des adolescents issus de familles difficiles et doués de pouvoirs paranormaux qu'ils utilisent, tantôt par réflexe de défense et tantôt sciemment, pour éliminer ceux qui les contrarient. Jimbo a été l'un de ces "Enfants-Rois", recueilli par un richissime bienfaiteur après avoir causé la mort de ses parents. Aujourd'hui trentenaire, il s'efforce de retrouver d'autres individus possédant les mêmes facultés psychokinétiques que lui par le biais de la fondation créée par son mentor, mais celui-ci meurt alors que Jim vient justement d'en localiser cinq qu'il espère réunir et coacher. Bien entendu, l'héritière de la fondation est une garce sans coeur (comme toujours) qui veut lâcher le projet parce qu'il coûte du fric et n'en rapporte jamais, mais Jim a alors une idée pour le sauver : une émission de télé-réalité qui mettrait ces jeunes surdoués en vedettes, soit parce qu'il n'a pas regardé la télé depuis trèèèèèèès longtemps, soit parce qu'il sait des choses qu'on ignore sur la fortune colossale secrètement amassée par France 3 grâce aux "Spéciales Juniors" de Questions pour un Champion. Toujours est-il que l'idée est acceptée et le show lancé en grande pompe. Pour fêter ça, les enfants prouvent leur intelligence hors du commun en donnant rendez-vous à Jimbo en pleine nuit, dans un endroit dangereux, où ils sont sauvagement agressés par des malandrins. Bien qu'ils parviennent à les identifier, la méchante garce intervient pour convaincre tout le monde de lâcher l'affaire et déclarer à la presse qu'ils ont simplement été fauchés par un chauffard inconnu, parce que "nos candidats ont été agressés mais rassurez-vous, la police est sur la piste des coupables" est apparemment beaucoup plus préjudiciable à son émission que "nos candidats ont été renversés par une voiture, et on ne trouvera jamais qui a fait ça". Se sentant lâchés par les adultes, et bien décidés à venger leur camarade dans le coma depuis son viol (oui c'est un dessin animé avec du viol), les quatre "enfants-rois" encore debout entreprennent de faire justice eux-mêmes en utilisant leurs pouvoirs pour localiser et punir les malfaiteurs. Jimbo se retrouve alors face à un dilemme : son devoir est-il de rester solidaire de ses semblables, ou de les ramener dans le droit chemin ?


The Prodigies 02

Si vous achetez ça pour vos gosses, préparez-vous à devoir leur expliquer
ce que le méchant monsieur fait entre les cuisses de la pauvre gamine en poussant des cris de bête.
Rassurez-vous, si vous ne savez pas comment l'expliquer la première fois,
le film a la délicatesse de rejouer la scène plus tard.


Bon voilà, désolé pour le pavé de texte mais on est face à un scénario qui prend des détours assez compliqués pour raconter une histoire finalement assez simple d'ados mal-aimés et de vengeance. Pour être honnête, ça a beau se targuer d'être tiré d'un roman pour faire sérieux, ça donne vraiment l'impression d'avoir été écrit par un collégien. Les personnages n'ont pas la moindre épaisseur, l'intrigue accumule clichés et grosses ficelles. Ca aimerait être un dessin animé pour les grands mais, même si c'est violent, sanglant et sordide, ça reste trop con et superficiel pour prétendre intéresser un public adulte. Moi je veux bien accepter tous les trucs surnaturels du monde le temps d'un film, mais si ça cherche à la jouer vrai thriller alors qu'autour ça les éléments censés ancrer l'histoire dans le monde réel sont complètement bidon, ça fout tout par terre. Le coup de la télékinésie, c'est pas nouveau mais ça reste cool, surtout que la façon dont les personnages peuvent contrôler n'importe qui comme une marionnette donne lieu à des scènes originales qui n'auraient pas vraiment été possible autrement que dans un film d'animation, donc c'est pas là-dessus que j'ai des soucis concernant la vraisemblance de l'intrigue. C'est sur tout le reste, parce que c'est vraiment de la couille en branches.


The Prodigies 04Visuellement, ne vous attendez pas à une prouesse technique.
Tant que ça reste minimaliste ça va mais dès que ça essaie d'être spectaculaire,
on se dit que finalement Clone Wars  n'était pas si cheap que ça.


Cette histoire de jeu télé par exemple c'est ridicule. Un quiz pour surdoués, comme poule aux oeufs d'or pour producteurs télé, on a vu mieux. L'argument de Jimbo pour vendre le projet à sa garce de soeur adoptive c'est qu'ils vont pouvoir faire rêver le public sur l'idée de leur montrer un affrontement entre "Einstein, De Vinci, Hawking, Bonaparte, Shakespeare, encore adolescents", alors déjà là tu sens que le mec est bien déconnecté des envies du télespectateur moyen, mais même à supposer que rafler toutes les parts de marché chez les profs et les retraités constitue réellement ce qu'il appelle "une véritable mine d'or !", l'idée reste foncièrement débile puisque 1) c'est pas comme si les génies étaient tous géniaux et passionnants dès leurs 12 ans donc qu'est-ce que t'en as à foutre de voir Shakespeare adolescent, et 2) des personnalités comme De Vinci ou Napoléon sont peut-être "marketables", mais tu vas pas transformer en vedette un gamin qui n'a encore rien accompli de sa vie sur la simple possibilité qu'il devienne un jour l'égal d'un génie célèbre, sinon les paparazzi se feraient pas chier à courser des acteurs et des mannequins et tu verrais ta voisine ou ton cousin sur une plage de Palavas-les-Flots avec la mention "le futur Johnny Depp et la future Scarlett Johansson en vacances au futur Ibiza !"
en couverture de Voici donc bon on est bien d'accord que dans la vraie vie l'arrivée en limousine d'une bande de boutonneux venus faire un Trivial Pursuit sous les caméras ne dépacerait pas une foule en délire. Parce que oui en plus la cerise sur le gâteau c'est que le seul moyen trouvé pour départager le plus génial entre le futur Shakepeare et la future Einstein, c'est de les questionner sur la date de naissance de Lincoln ou la longueur du pont de Brooklyn.


The Prodigies 03Ils ont beau mettre un genre de Manu Katché en caution faussement jeune et cool
de l'émission pour qu'on comprenne que c'est censé être
un genre de Nouvelle Star pour gros QI, on n'y croit pas plus.


Sur cette base en carton, le scénario accumule des rebondissements absurdes jusqu'à un final avec invasion du bunker souterrain de la Maison Blanche et désamorçage de missile nucléaire à la dernière seconde que lui envient probablement les auteurs de GI Joe.
L'intrigue n'a pas d'autre souci que de satisfaire un pur fantasme pour ado premier de la classe qui rêve de prendre sa revanche sur les sportifs et les cailleras qui l'emmerdent à la récré, sur ses parents qui ne comprennent pas à quel point c'est un être supérieur, et qui se projette en génie tout-puissant capable de mettre une branlée au monde entier par la pensée. Du coup, quand on n'est pas dans ce genre de trip, on voit surtout les insultes à la logique et au bon sens. Comme en plus les personnages sont à peine développés et, dans l'ensemble, tous antipathiques et inintéressants, leurs aventures ne sont décidément pas bien passionnantes à suivre.


The Prodigies 01On apprend quand même des choses grâce au film et à son placement de produit très subtil :
dans le futur, les magasins Game renaîtront de leurs cendres et
on pourra contrôler l'arme atomique avec nos téléphones Sony Ericsson.


Le film ne se rattrape pas sur le plan technique ; je comprends bien qu'il n'ait pas le budget d'un Pixar (les sponsors sont pourtant particulièrement envahissants, mais il faut croire qu'ils n'étaient pas très généreux) et avoir renoncé au quasi-photoréalisme flippant d'un Zemeckis n'est pas une mauvaise idée, mais visuellement The Prodigies est quand même assez raté malgré quelques bonnes scènes. C'est au niveau d'une cinématique PS3 d'il y a 5 ans, et le fait qu'il n'y ait qu'un seul acteur connu parmi les doubleurs (Matthieu Kassovitz) n'aide pas à dissiper cette impression qu'on est face à un produit bas-de-gamme. Les personnages ne changent jamais de vêtements et de coiffure "playmobil", quand la gamine se fait violer et démolir le portrait dans le parc, on la voit ensuite dans son lit d'hôpital avec la tenue qu'elle portait lors de son agression, elle n'a aucune égratignure et sa chevelure a toujours la même forme parfaite. Les personnages sont ainsi réduits à l'état de figurines articulées, et encore... Après tout, les poupées de Toy Story, quand il leur arrive des misères, elle portent les traces des dégâts reçus.


The Prodigies 05La pauvre petite blonde se réveille de son coma avec les fringues qu'elle portait
à son entrée à l'hosto et ne porte aucune marque de coups après s'être fait détruire la tronche,
parce que pourquoi on se ferait chier à modéliser plusieurs versions d'un même personnage hein ?


Quelques maladresses pénibles de cinéaste débutant achèvent de rendre The Prodigies prodigieusement déplaisant, comme cette insistance à fourrer des clins d'oeil à d'autres oeuvres pour montrer qu'on a de la culture, qu'on sait ce qu'on fait, qu'on aime les bonnes choses, comme toi public ! Hé, t'aimes Seven bien sûr ? Jimbo aussi ! Il a un poster de Seven dans sa cellule à l'hôpital psychiatrique, parce que bien sûr à l'asile on laisse un enfant présumé schizophrène voir un film interdit aux mineurs ! En 1991 alors que c'est sorti en 1995 ! Non, je sais, c'est un détail, cette affiche, mais c'est aussi à des petites choses comme ça qu'on voit à quel point un auteur réfléchit à la cohérence de son film. En résumé, c'est trop crétin pour un public d'adultes, trop horrible pour les enfants, ça peut à la rigueur intéresser quelques geeks/ados attardés séduits par l'idée que des intellos comme eux puissent péter la tronche aux gros-bras et régner sur le monde le temps d'un film. Pour ma part je regrette méchamment les 5€ que ça m'a coûté.

Partager cet article

Repost 0
Published by Toxic - dans Science-fiction
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur