Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 08:24

The SpiritAprès les attentats du 11 septembre 2001, Frank Miller, connu pour quelques BDs ayant marqué l'histoire des comics, avait annoncé qu'il se lancerait dans un Batman qui emmènerait le justicier à la chasse aux islamiss'. Et puis il s'est aperçu que faire du cinéma c'était vachement plus classe que dessiner des petits miquets, et donc il a divorcé de se femme coloriste pour pouvoir se taper des starlettes hollywoodiennes et n'a plus rien publié depuis des années, préférant bosser sur des adaptations de ses oeuvres. Après avoir cosigné Sin City et produit 300, il a gagné le droit de réaliser lui-même un film tout seul comme un grand, et il s'est donc retrouvé avec The Spirit entre les mains, un personnage crée dans les années 40 par Will Eisner pour les pages BD des journaux du dimanche.

Je ne sais pas trop ce que ça donne en strips, mais en film en tout cas The Spirit c'est l'histoire d'un policier abattu en mission qui se retrouve invulnérable aux armes à feu après avoir été mystérieusement ressuscité. Le Commissaire décide de dissimuler son existence et lui propose de profiter de son pouvoir pour espionner la pègre pour le compte des flics. Sous un masque et sous le nom de Spirit, il arpente les toits de Central City en clamant son amour de la ville qui est sa muse, son ange, son tout, son autre soi-même, sa chérie, sa moitié, sa bourgeoise, sa salope à lui, son jouet préféré, sa grosse, sa tonkiki sa tonkiki sa tonkinoise, sa légitime, sa poupée, sa Madame The Spirit, sa blonde, sa valentine, et des fois une fille se fait voler son sac à main alors il dit "MY CITY SCREAMS!!!" sur un ton de tragédie grecque et il va faire semblant d'être Batman deux minutes et tu sens bien qu'après ça, si un jour l'acteur se retrouve dans un bon film ce sera de la figuration intelligente mais plus jamais un premier rôle comme ça, et pour le coup effectivement c'est tragique de voir un type suicider sa carrière comme ça pour The Spirit.

The Spirit 12Le brave Gabriel Macht fait ce qu'il peut pour avoir l'air d'y croire
mais au milieu de ce film factice, on comprend qu'il ait eu du mal.

 

Comme si ça ne suffisait pas à remplir un film (et c'est vrai que ça ne suffit pas), à Central City il y a aussi La Pieuvre, un criminel qui est l'ennemi juré du Spirit et qui est invulnérable aussi et assez vite on comprend que les deux hommes ne sont pas uniquement liés par leur haine réciproque. C'est Samuel L. Jackson qui joue la Pieuvre parce que sa carrière peut survivre à tous les mauvais films et tous les mauvais rôles du monde, et comme dans la BD c'est un maître du déguisement, dans le film il porte tout un tas de costumes invraisemblables sans la moindre raison, un coup c'est un bandit mexicain avec un sombrero géant, un coup c'est un samouraï et puis même un nazi. Il a une assistante jouée par Scarlett Johansson et quand elle n'est pas déguisée en infirmière elle aussi se met en uniforme nazi parce qu'il faut bien que Miller assouvisse ses fantasmes. Ensemble, La Pieuvre et sa meuf cherchent le sang d'Hercule qui donne le pouvoir absolu ou l'immortalité ou un truc comme ça. Heureusement, le Spirit est là blablabla blablabla, MY CITY SCREAMS!!!

The Spirit 04Rien de tel pour passer inaperçu dans les marécages que de se grimer habilement
avec un chapeau de cowboy géant.

   
J'ai longtemps pensé que si Sin City s'était acharné à reproduire à l'identique les images des comics dont il était issu, c'était parce que Robert Rodriguez voulait tenter un exercice de style jamais vu auparavant. Et que si 300 avait lui aussi adopté cette "fidélité" maniaque au matériau d'origine, c'est parce que Zack Snyder était soit un pétochard qui avait peur de se faire incendier pour trahison par des nerds débiles, soit un petit faiseur sans originalité ni style incapable de faire quelque chose qui ne soit pas la resucée de l'oeuvre de quelqu'un d'autre. Et peut-être que c'est ça, d'ailleurs. Mais peut-être aussi que Frank Miller est un gros mégalo qui est persuadé que tout ce qu'il fait est de l'or en barres et qu'il pète les couilles aux gens qui bossent avec lui jusqu'à ce qu'ils fassent exactement tout ce qu'il veut, et que ce qu'il veut c'est voir ses planches reproduites comme des dioramas vivants et ses textes cités à la virgule près. Ca expliquerait peut-être au passage qu'il se soit fait dégager de RoboCop 2 et 3 par des producteurs lassés de son "génie". Tant qu'on ne savait pas à quoi ressemblaient ses fameux scénars "massacrés" par les salauds d'Hollywood, on pouvait lui accorder le bénéfice du doute. Mais il faut reconnaître qu'après leur publication, il était difficile d'imaginer que ça n'était pas de la merde dès le départ, en fait.

The Spirit 05Comme Frank Miller aime les mangas il s'est dit que ce serait une putain d'idée
de costumer sa vedette en Sho'Nuff, le Shogun de Harlem, ne serait-ce que pour couper
l'herbe sous le pied aux gens qui feront le remake de
Dernier Dragon avec Samuel L. Jackson.


Si je m'étends un peu sur le sujet au risque de donner l'impression de digresser, ce n'est pas uniquement pour le plaisir du mal de Miller ou Snyder, mais surtout parce qu'avec The Spirit, notre ex-dessinateur tend à prouver que décidément il est très fan de lui-même, au point qu'il a décidé que The Spirit était un épisode de ses comics Sin City et qu'en tant que tel il fallait filmer la chose de la même façon. Autrement dit, c'est en simili-noir et blanc sépia-isé, avec une pointe de couleur (le rouge de la cravetouze du héros), ça a l'air entièrement tourné en studio sur fond vert, c'est très bavard et ça monologue beaucoup, et les personnages sont des archétypes à l'allure souvent cartoonesque : femmes fatales en tenues sexy improbables, savant fou ricanant, hommes de main gras-du-bide demeurés...

The Spirit 02Pour une production hollywoodienne à 50 millions de dollars,
ça ressemble quand même un peu trop souvent à un jeu pour iPhone...


Notez bien que, si Miller n'avait pas perdu son mojo au tournant du siècle, ça aurait peut-être pu fonctionner. J'adore pas toute la série, mais y a quelques Sin City vraiment très bons dans leur genre. Alors, même si la mise en scène est vraiment pouilleuse, parce que mine de rien cinéaste c'est un métier, un bon scénar, de bons dialogues, de bons personnages auraient pu sauver ce machin. Mais de l'écriture du Miller de The Dark Knight Returns, il ne reste plus qu'une caricature débile. The Spirit est simpliste, grandiloquent, puéril, prétentieux et con, tout en étant visiblement convaincu de son propre génie. Chaque mauvaise idée est surexploitée à mort, chaque mauvais jeu de mots est martelé comme s'il s'agissait d'un beau trait d'esprit dont on ne pourrait pas se lasser. Oh, voilà Sand Saref. Tiens, mais c'est Sand Saref. Ca alors, là voilà, elle ! L'ex-amour de ma vie : Sand Saref. Je n'aurais jamais cru que je la reverrais, cette chère Sand Saref. Vous voyez, une des filles s'appelle Sand Saref. Comme "Sans Serif", vous savez, les polices de caractère sans empattement, quoi. Sand Saref. Sans Serif. C'est hilarant. J'espère que vous aimez ce calembour, parce que "Sand Saref" est répété approximativement 8.463.927 fois dans le film.

The Spirit 06La voilà. Elle. Toujours aussi mystérieuse. Elle n'a pas changé. Un ange noir
déchu trop beau pour ce monde corrompu. Elle. SAND SAREF !


Et c'est comme ça de bout en bout. Ca va toujours droit dans le mur et ça ne s'en rend pas compte, au contraire ça avance fièrement comme sur un chemin bien dégagé bordée d'une belle haie d'honneur. Quand c'est pas "Sand Saref", c'est "Plâtre de Paris", parce que la fille s'appelle Plâtre parce qu'apparemment dans l'univers du Spirit c'est un prénom qui existe, et c'est une danseuse de Paris, alors du coup voilà, "Plâtre de Paris", vous savez, comme le fameux plâtre de Paris. C'est tordant. Plâtre de Paris, vous, ici ? Attention, voilà Plâtre de Paris. Méfiez-vous de Plâtre de Paris. Non mais je me doute bien que les noms à la con proviennent probablement de la BD d'origine hein, mais si Joel Schumacher a réussi à trouver en lui assez de finesse pour ne pas répéter inlassablement dans Batman Forever que le personnage de Jim Carrey s'appelait "Edouard Nigma, ça fait E.Nigma, comme une énigme et c'est un maître des énigmes, quelle coïncidence, E.NIGMA !", je crois qu'on peut tous trouver en nous la force de ne pas répéter dans nos films "Sand Saref" ou "Plâtre de Paris".

The Spirit 11On t'avait prévenu que tu aurais dû faire gaffe à Plâtre de Paris, Spirit. Tu sais comment
sont les Parisiennes, toutes des petites intriguantes vénéneuses en tenue de danseuse du Lido !


Et y a pas que ça, hein. Chaque fois que Miller a une idée de merde, on boit la coupe jusqu'à la lie, parce que lui quand il fait caca il est persuadé qu'il vient de pondre un diamant. Par exemple, le personnage de la Pieuvre a une obsession inexpliquée autour des oeufs, et on a donc droit à une pléthore de répliques nulles comme "je vais t'écraser comme un oeuf !" ou ineptes du genre "Pourquoi vous me regardez comme ça, j'ai de l'oeuf sur la figure ?" et à chaque fois ce pauvre Samuel L. Jackson essaie de les sortir comme si c'étaient vraiment de super réparties et ça fait encore plus de peine que quand on l'oblige à dire qu'il en a assez de ces motherfuckin' serpents dans son motherfuckin' avion parce que hahaha, Sam Jackson qui dit "motherfucking", trop de la balle.

The Spirit 09Et sinon que diriez-vous d'un petit combo de cosplay
Colonel Klink/Ilsa la louve des SS hein comme ça pour voir où ça nous mène ?

 
Les hommes de main sont des clones, chacun porte son nom sur son t-shirt, au début ça donne dans l'intello avec Pathos/Ethos et puis au fur et à mesure que la Pieuvre en recréé pour remplacer les morts, ça devient Huevos/Rancheros ou bien Adios/Amigos ou bien etc etc etc, et ça serait un petit peu rigolo si Miller avait su se maîtriser un peu et en caser juste un ou deux comme ça, mais comme la subtilité c'est pas son fort, on a droit à quinze mille variations de ce gag. Ou bien il y a une scène où les expériences de la Pieuvre et de son acolyte (je vous épargne son nom, le film ne sera pas aussi clément) donnent naissance à un pied avec une petite tête, et le machin sautille sur la table en faisant des bruits, et c'est assez pitoyable mais la séquence est étirée à l'infini comme si Miller trouvait que c'était une touche de bizarrerie super charmante et cocasse qui méritait bien qu'on lui consacre une scène interminable.

 

The Spirit 07Un bon condensé du film en une seule image : Scarlett Johansonn en panoplie de sex-shop,
un bonhomme-pied qui sautille, les clones teubés avec le nom sur le t-shirt. Il ne manque plus
que le héros qui viendrait geindre MY CITY SCREAMS!!! pour parfaire le tableau.

 
Avec tout ça, il faut reconnaître au film une chose : ça n'est pas du petit navet fade devant lequel on s'ennuie tristement. C'est vraiment de la couillonnade de compétition, peut-être pas du nanar pour championnat du monde, mais en tout cas ça tombe si souvent dans le comique involontaire que ça laisse peu le temps de s'ennuyer, juste un peu parce que c'est vraiment long, mais ça va. Ca se regarde comme on regarde un type se lancer tout nu et armé d'une banane molle à l'assaut d'une colonne de tanks, c'est un peu pitoyable, "tragiquement risible et risiblement tragique" pour citer une fois de plus John Waters, j'irai pas jusqu'à dire que ça force le respect mais il y a quelque chose dans cette hardiesse à foncer vers la catastrophe avec la conviction de triompher qui fait qu'on ne peut pas simplement détourner les yeux et prétendre que ça n'existe pas. Même "Sand Saref", vous savez, au début ça fait grincer des dents, ensuite ça devient pénible, mais si vous résistez à l'envie d'abandonner le visionnage, au bout d'un moment, tant d'obstination à répéter cette ânerie finit par lui donner des airs de performance artistique.

The Spirit 03Tiens tiens tiens, mais qui revoilà... SAND SAREF.


Bon, bref. C'est crétin, c'est pompeux, c'est moche comme tout, tout fait faux, les scènes d'action n'ont aucun intérêt, c'est affreusement mal joué par quasiment tous les acteurs. Ca n'est pas surprenant de la part d'Eva Mendes qui de toutes façons n'est pas actrice et se montre toujours nulle, la pauvre, mais ici même Scarlett Johansson par exemple joue tout aussi faux. Donc ce n'est pas un film pour tout le monde. C'est du produit pour nanarophiles, et c'est même pas du nanar classique, c'est quasiment de l'expérimental. Donc réfléchissez-y quand même à deux fois, parce qu'à 10 € le DVD vous pourriez avoir des regrets. Mais si vous vous sentez prêt à rire devant le genre de machin que je viens de décrire aussi longuement, The Spirit peut vous faire passer un vrai bon moment de poilade.   

Partager cet article

Repost 0
Published by Toxic - dans Action
commenter cet article

commentaires

Snowman 27/05/2010 19:31



Moi je la trouve très belle.


Pour en revenir au film, ça fait un moment que je dois le voir et j'avoue que ça me donne envie.


Enfin je comprends pourquoi Alan Moore se désintéresse du cinéma (ce qui ne l'a pas empêché d'écrire le script de Fashion Beast, une évocation de la vie de Christian Lacroix façon La
Belle & La Bête -oui c'est du Alan Moore et évidemment on ne verra jamais le film-)



Snowman 26/05/2010 21:42



Frank Miller a dit qu'il reprenait Holy Terror (après avoir un temps penser à arrêter).


Pas totalement pour Eva Mendes, elle est très bien dans La Nuit Nous Appartient (et pas seulement pour la scène d'ouverture...).



Toxic 27/05/2010 00:05



J'avoue n'avoir pas vu La Nuit nous appartient.
J'étais presque tenté de dire que je la trouvais aussi mauvaise actrice que jolie fille, mais dans le fond elle est jolie certes mais pas jolie à ce point-là.



Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur