Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 08:21
Pas facile pour les fans d'action de séparer le bon grain de l'ivraie, de nos jours.On a beau avoir des sites comme Rotten Tomatoes pour essayer de se faire une idée, ça ne sert pratiquement à rien ; entre les critiques sérieux qui n'en aimeront aucun parce que de toutes façons c'est pas leur truc, et les abrutis qui sont prêts à  les tolérer tous parce que "bah pour se goinfrer de popcorn avec le cerveau débranché, ça va", il est rare de trouver quelqu'un qui sache réellement distinguer les bons et les mauvais films d'action.

Face à cela, on en serait presque tenté de donner sa chance à n'importe quoi en espérant peut-être de dénicher une petite perle injustement rejetée par des gens qui n'y connaissent rien. Ainsi, Ultraviolet n'a que 8 % de critiques positives sur Rotten Tomatoes, score ridicule s'il en est, mais dans la mesure où leur panel de critiques et leurs calculs n'accordent que 21 % au très sympathique Jason X tandis qu'une pauvre petite crotte sèche comme Hypertension a droit à 60 %, je me suis permis de douter de la fiabilité du truc et de claquer 5 € (les "Sony Happy Days" se poursuivent actuellement en supermarchés même si les films de l'offre "10 € = 5 €" comme Redbelt et Derrière le masque ont disparu) dans ce film signé Kurt Wimmer, le réalisateur du pas complètement convaincant mais pas complètement raté Equilibrium avec Christian Bale

Ca démarre curieusement, avec des images de comics Ultraviolet qui n'existent pas vraiment, puis avec un genre de vaisseau spatial (mais en fait c'est un avion) qui balance des boules de flipper géantes dans une cinématique de jeu vidéo d'il y a 10 ans. A leur arrivée dans un gratte-ciel, elles se transforment en cinq figurines d'Oeil-de-Serpent, le gentil ninja de GI Joe, mais sans le chien-loup qui allait avec. Mais en fait c'est un piège et ils meurent et on ne sait pas trop à quoi sert la scène si ce n'est à satisfaire les fantasmes de geek du réalisateur qui voulait vraiment des ninjas dans son film parce queles geeks c'est comme ça, pour faire futuriste dans leurs films de SF il faut qu'ils mettent des trucs asiatiques, c'est la norme depuis Blade Runner. Après ça, Milla Jovovich essaie de nous expliquer un peu le monde de SF dans lequel se déroule le film, avec une histoire de virus sur lequel l'armée faisait des recherches mais qui a accidentellement été lâché dans la nature, contaminant une partie de la population, qui a été arrêtée et parquée dans des camps, et le ministère de la santé en a profité pour prendre le pouvoir et instaurer un régime totalitaire, et  au moment où l'intrigue démarre les dernières personnes contaminées par le virus et encore libres ont formé un mouvement de résistance secret dont Milla Jovovich fait partie.

Des boules de flipper dans le ciel d'une image 3D aux textures rudimentaires :
un début prometteur s'il en est.


Ensuite Milla Jovovich, qui s'appelle Violet, se fait passer pour un coursier pour pénétrer dans un bâtiment gouvernemental et grâce à la technologie magique du futur, elle arrive à passer l'invraisemblable batterie de tests à laquelle la soumettent les gardes.


Grâce à cette même magie technologique du futur, elle change de couleur de cheveux et de vêtements puis elle passe à travers une série de décors à mi-chemin entre la boîte de nuit et la boutique de fringues genre jeune créateur archi-branché


et on lui remet un truc qui ressemble à un bodyboard designé par Apple mais en fait c'est une valise qui contient l'arme ultime pour se débarrasser des gens contaminés comme elle


mais alors qu'elle s'apprête à partir avec, la supercherie est démasquée mais heureusement elle peut matérialiser des flingues dans ses mains et inverser la gravité pour tuer les gardes qui apparemment ont des armures en verre qui éclatent quand elle les cogne


et elle arrive à quitter le bâtiment sur une moto indestructible qui vole et des hélicoptères détruisent la moitié de la ville en images de synthèse ringardes en essayant de l'arrêter pendant qu'elle roule à la verticale sur les murs des immeubles


puis elle constate que le bodyboard d'Apple contient un petit garçon et que c'est lui l'arme ultime et il est joué par le gamin qui joue l'arme ultime anti-mutants dans X-Men III


et comme Violet a perdu son enfant quand elle était enceinte elle ne veut pas que ses amis rebelles tuent celui-ci et du coup ils se retournent contre elle parce qu'ils sont méchants, la preuve c'est que leur chef est français avec un accent et qu'un des hommes de main a des dreadlocks


et elle se retrouve piégée en haut d'un immeuble en forme d'aiguille géante


par un gang d'Asiatiques qui s'appellent, je vous jure je mens pas, les "Blood Chinois"


sûrement que Kurt Wimmer avait vu Matrix 2 et qu'à cause de Lambert Wilson il s'est dit que glisser un peu de français ça ferait futuriste aussi, et là il y a une séquence incroyable où la caméra fait des rotations et des gros plans et zoome sur l'oreille de Violet


et quand ça dézoome c'est le canon d'un flingue d'un Blood Chinois


et ça rezoome sur le reflet du Blood Chinois dans les lunettes de Violet


puis le reflet de Violet dans les lunettes d'un Blood Chinois


puis les Blood Chinois veulent tuer Violet en formant un cercle autour d'elle et en lui tirant dessus tous en même temps


et donc forcément elle esquive et chaque Blood Chinois tue le Blood Chinois d'en face avec une balle perdue


et Violet se sauve encore et quand elle peut enfin souffler, le spectateur se dit qu'il a rarement vu quelque chose d'aussi hallucinant de connerie mais qu'il n'a pas du tout senti passer cette première demi-heure.

Une application qui sera sur tous les iPhones du futur :
le numéro qui change toutes les soixantes secondes
.

Bon je vous raconte pas tout quand même mais pour résumer, en gros c'est 1h20 de couillonnades non-stop, aucun souci de vraisemblance, des scènes d'un crétinisme surpuissant s'enchaînant à un rythme effréné, le moindre plan photoshoppé à mort et une débauche de couleurs flashy pour masquer le côté finalement ultra cheap, des acteurs qui jouent atrocement mal des répliques débiles sur un scénario aussi mince qu'incohérent...Le niveau de connerie ne faiblit quasiment jamais, et il y a de sacrées trouvailles dans ce domaine, comme par exemple faire un fondu au noir ou bien filmer autre chose quand une scène d'action devrait avoir lieu mais que le réalisateur ne sait pas trop comment il pourrait la mettre en scène. Violet doit affronter des escouades entières avant de faire face au grand méchant ? Ben on va filmer le grand méchant qui l'attend et mettre un bruitage de fusillade en fond sonore et voilà, Violet arrive, elle a tué tout le monde hors champ, formidable, ça c'est une idée forte pour un film d'action, ne pas montrer l'action.

Quand les choses deviennent trop intenses, Kurt Wimmer éteint la lumière.

Evidemment, si vous essayez de prendre tout ça comme un vrai film de SF, ça ne fonctionnera pas. Le monde d'Ultraviolet est encore moins crédible que celui d'Equilibrium, on imagine mal le ministère de la santé s'imposer comme dictature pseudo-religieuse avec des croix partout et un leader qui s'appelle le Vice-Cardinal (et que fait le Cardinal pendant tout ce temps au fait ? Il y a un Pape aussi ? Un Vice-Pape ?), tout le monde parle anglais mais tout est écrit en un langage de symboles qui apparemment s'appelle le "thaihindi" pour faire futuriste (l'Asie c'est futuriste comme je disais plus haut), et les mots simples comme "casque" ou "lunettes" sont remplacés par des expressions comme "protection crânienne" et "protection oculaire" parce que c'est ça le futur, et on a la technologie pour dissimuler ses armes à l'intérieur de soi-même en les dématérialisant ou en les téléportant sur un autre plan dimensionnel, puis les faire jaillir de son poignet avec un système comme le lance-toile de Spider-Man, et faire tenir un enfant dans un sac à dos, et avoir des distributeurs automatiques de téléphones portables en papier plié, mais pour transporter une arme secrète d'un bâtiment à un autre on a toujours besoin d'un coursier à moto. Non, vraiment, Ultraviolet n'est pas un film qu'on peut regarder sérieusement.

Ultraviolet est le genre de film d'action dans lequel
des ninjas peuvent sabrer 5 mecs sans faire gicler une seule goutte de sang
pour ne pas risquer une classification plus sévère que PG-13.

Mais si vous êtes amateur de nanar, là, je dois dire, c'est du gros calibre. C'est laid, con, mal filmé, prétentieux, une sorte de condensé de ce que le cinéma de SF/action post-Matrix pouvait produire de pire, le genre dont l'esthétique générale se voudrait à la pointe de la coolitude cinématographique mais qui ne parviendrait à ressembler qu'à une sorte de longue pub pour déodorant ou chewing-gum, vous savez le genre où on nous montre que tel ou tel produit est tellement adapté même aux cas les plus extrêmes qu'il est recommandé par tous les agents secrets, ninjas et superhéros du monde. C'est tellement extrême dans sa connerie que ça en devient absolument fascinant pour peu que vous soyez capable de vous émerveiller face à un pareil accident. Plus que n'importe quelle "série Z volontaire" à la Doomsday, Ultraviolet parvient réellement à être incroyablement nul et extrêmement divertissant du début à la fin. Faut être fan du genre "tellement mauvais que c'est bon", c'est sûr, mais personnellement j'ai regardé ça avec de grands yeux ronds, tantôt bouche bée, tantôt hilare, mais sans jamais m'ennuyer devant, et je ne regrette pas une seconde mes 5 €. On peut donc effectivement le considérer comme une petite perle injustement rejetée ; les critiques cités sur Rotten Tomatoes ne savent décidément pas apprécier le cinéma navrant mais désopilant.

Partager cet article

Repost 0
Published by Toxic - dans Science-fiction
commenter cet article

commentaires

Amau 08/02/2012 17:30


Bah on a tous nos moments d'indulgence, personnellement c'est Equilibrium que j'ai acheté, parceque j'ai adoré 1984 de Georges Orwell; mais le film tiré du livre eut été chiant. C'est
visuellement plus sympa quand le héro est un super flic du système plutôt qu'un archiviste maigrichon. Les costumes sont cheap, le happy end est un peu too much mais y'a de très bon
moments...

NeoOoeN 23/11/2009 05:38



Enorme le passage avec le reflet des blood chinois dans les lunettes et l'oreille de la grosse.


 


Merci.



Présentation

  • : Ciné Discount
  • Ciné Discount
  • : Films en solde ou au rabais
  • Contact

Coupé court

Les vidéos de CoupeCourt-lefilm sur Dailymotion

Recherche

Fais pas ta pute

Bon, j'aime pas mendier, mais tu sais que je t'aime, ami lecteur, et que je sais que tu adores ce que j'écris, alors je me disais que par exemple, tu vois,  pour faire un beau geste, ce serait sympa si une fois de temps en temps histoire de filer un petit coup de pouce, tu lâchais quelques piécettes pour que j'ai un film de plus à chroniquer ici tu vois ? Non je sais que ça fait minable de réclamer comme ça mais putain,  tu crois qu'un mec qui a payé pour voir Gingerdead Man se soucie encore de son image de marque ? Et je sais que c'est la crise et que t'as des fins de mois difficile, mais bordel je demande pas la lune non plus, quand je pense au temps que tu passes GRATUITEMENT sur mon blog qui illumine ta journée ennuyeuse au bureau, je me dis que m'offrir un DVD de temps en temps ce serait un juste retour des choses quand même. Y a pas d'obligation hein, mais quand même quoi vazi fais pas ta pute. A ton bon coeur, mec. Tu le regretteras pas. Et je te cacherai pas que pour le moment, cette opération est un bide complet donc si tu décidais de participer, ça ferait de toi le premier contributeur, soit un genre de membre Gold du site tu vois, la classe. En plus si ça se trouve c'est déductible des impôts ou un truc du genre, renseigne-toi mec, ça vaut le coup.

Goldmembers

goldmemberMC Jean Gab'1 n'est pas une putain, retiens-le bien, mais ça vous le saviez déjà. Mais d'autres gens ici n'ont pas fait leur pute, et contribué à l'effort de guerre. Grâce soit donc rendue en ces lieux à :

-Artemis
-jakbonhom
-Mahg

-Sheep Tapes
-Snowman
-Super Menteur